Jecko

14/03/08, 20:15
(Modifié par Jecko
le 14/03/08, 21:04)
 

Tout sur la manufacture PRIM (Revues & Essais)

Découverte d’une manufacture PRIM


Nous sommes partis de Bratislava (Slovaquie) en fin de matinée, direction Nové Město nad Metují (Rep Tchèque).

[image]

[image]
Pose du soir dans un petit resto proche d'une gare routière.

[image]
Arrivée dans notre hôtel Zuzana peaufine son interview

[image] [image]
Après le petit déjeuné nous pouvons voir la collection de Prim de l’hôtel


Nove Mesto est une très jolie petite ville avec des remparts, un château,
[image]

[image]

Une place immense entourée d’une galerie qui abrite du soleil de multiples petits magasins,
[image]

de petites ruelles parsemées d’œuvres d’art.
[image]

[image] [image]

et des glaces délicieuses.

Mais nous sommes venus pour visiter la manufacture de PRIM-ELTON. Nous quittons donc le centre ville pour la zone industrielle. Là ce n’est pas la suisse, bâtiments cubiques et froids ponts de transbordements…
[image]

On est bien dans une ZI.
[image]


Nous trouvons l’entrée du bâtiment, arrivons devant un grand escalier ou une dame charmante vient nous chercher elle nous conduit au bureau de M Helicar directeur des usines Prim et Elton.

L’accueil est très chaleureux, autour d’une table et M Helicar nous accorde un long entretien, il nous présente non sans fierté quelques montres prêtes à aller rejoindre leurs nouveaux propriétaires. J’ai tous loisir de les observer pendant que Zuzana mène l’interview. Elle le mène directement en Tchèque pour plus de fluidité.




[image]

Remerciement à Mr Helicar pour son accueil, aux forumeurs de Chronomag pour leur support, à Zuzana pour ses traductions.

Cordialement
Jecko

Jecko

14/03/08, 20:26

@ Jecko
 

L'interview de Mr Helicar

Interview de Mr Helicar Chairman of the board de PRIM et ELTON






Monsieur Helicar merci triplement d’abord de nous recevoir dans votre manufacture, de répondre à nos questions et de nous faire découvrir vos ateliers et votre collection.

Je suis très heureux de vous compter parmi nos fans.

Depuis quand Prim existe ?
Prim existe depuis 1949.

Mais au lieu de vous raconter l’histoire je vais vous montrer le livret offert à un client français qui nouds avait passé une commande.
Pour nos clients important nous fabriquons un livret contenant l’histoire de la marque (ainsi que la fabrication de leur montre, ndlr). Vous trouverez dans ce livret toutes les informations que vous désirez sur notre histoire.

Est-ce que historiquement Prim fabriquait des montres de luxe ou à complications?
Non, le premier critère de fabrication de Prim était le prix le plus bas possible, mais avec une grande fiabilité car à l’époque les gens ne changeaient pas de montre, c’était la montre du peuple. C’est resté comme ça jusque dans les années 90 ou notre pays a connu le changement.

Et le changement chez Prim c’est passé comment ?
Le grand changement est arrivé entre 2000 2001 ou nous avons du nous poser la question comment sauver l’horlogerie en Republique Tchèque. Nous sommes arrivé à la conclusion que nous devons abandonner la production de montre de grande série et passer à la production de série très limité. Nous nous sommes dit qu’il faut que l’on trouver une clientèle de connaisseurs capable de mettre beaucoup plus cher dans une montre de grande qualité et de payer un travail de précision.

Avez-vous des ambassadeurs de la marque ?
Nous fabriquons des montres pour des personnes très connues, ce sont des commandes personnelles, mais nous n’avons pas d’ambassadeur et ne payons personnes pour nous représenter. Nos clients sont des personnes connues dans la politique, le bizness, la culture ou le sport. Il est possible que certain de nos clients qui cherchent un model exclusif accepterait mal de voir leur montre porté par une autre personne.

Toute votre production se fait uniquement sur commande ?
Pas tout à fait mais 95% de la production sont des montres fabriqués sur commande les 5% qui reste est réservé à la production de montre bas prix pour les magasins qui demande à continuer de vendre des prim et qui ont une clientèle très attaché à la marque.

Pouvez-vous nous parler de la production actuelle ? La Tycho Brahé par exemple, est ce que je peux la choisir automatique ou remontage manuel ?
Nous allons faire comme ça…
Mr Helicar se lève et va chercher un plateau de montres. Il nous présente une Tycho Brahé

Celle-ci est faite avec un boitier en or c’est la copie de la montre qu’a commandé un célèbre footballeur tchèque. Vous pouvez la choisir avec un mouvement ETA ou Valjoux car Prim ne fabrique pas ce type de mouvement. Mais à par le mouvement tout le reste est en fonction des désirs du client. Pour chaque commande nous fabriquons 2 pièces la seconde étant conservé ici.

L’Orlik ?
Nous n’en avons pas ici (devant nous ndlr) mais quand nous allons visiter l’usine nous visiterons le musée et je vous montrerais l’original de cette montre qui sert maintenant de model pour la production qui est d’environs 50 commandes.

Pourriez-vous nous parler des procédures qualité durant la fabrication des montres ?
Chaque pièce est fabriqué avec des contrôles interopération plus contrôle final de la pièce même. Lors du montage nous avons un contrôle interopération à chaque étape du montage aspect visuel, aspect fonctionnel. Jusqu’au contrôle final de précision et d’étanchéité.

Comment sont fabriqués les mouvements ?
Chaque pièce d’un mouvement Prim est fabriquée en machine. Pour les mouvements suisse à leur réception ils sont complètement démonté, modifié que ce soit pour une gravure personnalisée ou pour une modification du mouvement. Ils sont finis et ajustés. Ils sont mieux réglés qu’à l’origine.


Avez-vous de nouveaux modèles en préparation ?
Le dernier modèle est la montre dite d’aviation tirée d’un design vintage. Ce modèle est tiré du modèle fabriqué en collaboration avec la division héliporté de l’armée tchèque. Ce corp se nomme les Tigres. Une série spéciale à été faite pour eux et à servie de base pour cette nouvelle Prim. (Ndlr: La nouvelle Prim est la dernière Prim Sport II 45)

[image][image][image]

La série spéciale Prim 231 Tiger SQN

Certaines montres sont marquées propriété de l’armée Tchécoslovaque ?
Ces montres étaient fabriquées à la demande de l’armée de l’air tchécoslovaque entre 1973 et 1975 pour environs 3000 pièces.

Toutes les commandes de montres de l’armée tchécoslovaque étaient destinées à l’armée de l’air ?
Non, l’Orik était destinée aux unités spéciales de l’armée Tchécoslovaque soit une commande de 600 pièces en 1966.

Votre distribution en Europe ?
Notre fabrication dépend entièrement de la demande du client. Chaque client est inspiré par notre fabrication actuelle ou pour des pièces historiques. Par exemple en ce moment nous pouvons une réplique inspirée d’un model ancien avec notre mouvement original. Ou comme ici une réplique fidèle d’une montre des années 1980 que le client a désiré toute en or.

Mr Helicar nous présente ensuite quelques montres, qu’ils ont « à proposer »
Une montre qui n’est pas de réplique d’aucun modèle, mais il s’agit d’un modèle fabriqué en prenant l’inspiration dans les traditions tchèques. Ce modèle est fabriqué dans le but de cadeaux prestigieux (par exemple si une ville attend la visite d’une personne importante, elle peut la commander afin de pouvoir offrir un cadeau original). Ce qui était le cas d’une ville qui l’a fait fabriquer pour l’offrir au président de la République Tchèque qui est un client fidele de la marque PRIM.

Une autre montre fait partie de la série très limitée de 88 pièces, une commémorative de 50e anniversaire de la mort de F.Kupka (peintre tchèque qui vivait en France). Le design a été proposé par un de propriétaire d’une de ces raretés. Un modèle a été offert a Miss Word 2006 (Ndlr : Tatana Kucharova tchèque) qui est née dans la même ville que FK.
[image][image][image]
Tatiana Kucharova Miss Word 2006

Nous avons aussi fabriqué une montre à la demande d’une entreprise tchèque dont le Pdg Français partait à la retraite. Ils nous ont demandé de créer aussi un livre en accompagnement ce livre que je vous ai montré contient l’histoire de la marque, la description de la montre et quelques copies des dessins techniques de la montre. Nous faisons aussi ce genre de prestation à la demande.

Comment se passe les tests d’étanchéité ?

Les montres sont garanties étanches à 50 mètres elles sont testées dans une machine avec une réserve. Mais si un client veut la garantie à 100 mètres nous pouvons aussi le faire.

Les aiguilles des « Armée de l’air » étaient éclairées à la lumière UV sur les montres actuelles, qu’utilisez-vous pour les rendre lumineuses ?
Nous utilisons le luminophore qui brille mais n’est pas radioactif.

Pouvez-vous nous parler de la tradition horlogère tchèque et de ses écoles d’horlogerie ?
Nous avons quelques écoles d’horlogerie comme à Nove Mesto Nad Metuji ou Jihlava avec les nous collaborons et nous avons un centre de formation pour nos employés. Nous y prenons des horlogers ayant déjà une formation de base en horlogerie avec une expérience ou des personnes ayant un certificat d’apprentissage.

Mr Helicar merci de toutes ces informations.

Mr Helicar nous invite ensuite à la visite des ateliers de fabrication des pièces mécaniques de montage et du musée ou nous allons voir de très belles choses.

Nous tenons tous deux à remercier Mr Helicar pour sa gentillesse et pour le temps qu’il nous a accordé.

[image]


Intreview et traduction: Zuzana

Jecko

14/03/08, 20:28

@ Jecko
 

Visite des ateliers

Visite de la manufacture



M Helicar nous guide pour nous faire visiter les ateliers, nous donnant explications et répondant à nos questions.

Tout de suite la dimension du travail à façon saute aux yeux, dimension humaine des ateliers, nombre limité des machines, espace important dédié à chaque poste de travail, nombreux outils de contrôle.

Nous commençons la visite par l’atelier Mécanique ou sont fabriqué les boitiers. Une série est en cour de réalisation sur une machine à commande numérique dernier cri. Ce dernier côtoie un tour manuel, traditionnel. Toujours en service, il sert à la restauration ou à la refabrication d’anciens modèles. Car le long de l’atelier cour un long couloir meublé d’étagères, c’est le local des archives mécaniques. Sur les tablettes des étagères sont rangé, classé, l’outillage de la totalité de la production des montres Prim. La société Prim, c’est la bonne surprise, assume la totalité de son histoire ce qui est assez rare pour être signalé. Ils sont aussi capables de vous fabriquer une montre à complication de haut de gamme comme la Tiko-Brahé que de remettre à neuf la montre à 100 sous de votre arrière grand père. Et ce avec le même souci de qualité.
L’atelier de fabrication des cadrans suit la visite. Toujours la même atmosphère de sérénité tout est nickel, les postes spacieux, des unités de petites tailles.
Apres l’atelier de polissage arrive. Ici tout est fait à la main. Le polissage est réalisé en plusieurs phases pour obtenir le résultat demandé. Après avoir été poli les boitiers sont couverts de silicone qui crée un « étui » pour les protéger des rayures ou des chocs lors des manipulations à venir.
Le service contrôle qualité c’est une des pièces maîtresses d’une production haut de gamme. Il se situe bien entendu dans une pièce à part. Des boitiers, cadrans et fond attendent sur les tables.
Puis nous entrons dans une pièce blanche, petits chaussons et bonnet de rigueur. C’est l’atelier de montage.
Une dizaine de petites mains s’affairent au montage de différentes pièces.

[image]« Stage de formation »

Mr Helicar me fait remarquer une « armée de l’air » dont le propriétaire désirait changer le boîtier laiton chromé pour un acier inox. Il y a plusieurs de ces montres au remontage. « Ce sont des montres aux qu’elles les gens sont très attaché, il y en a beaucoup qui sortent des fond de tiroir en ce moment ».Une série toujours en service est là pour révision. Au montage aussi des Prim Tigre destinées aux pilotes d’hélicoptère de l’armée thèque.

[image]
Au milieu de l’atelier trône le caisson sous argon ou les boîtiers sont fermés.

La pièce du contrôle qualité finit la visite. Une rangée de poste fait le tour de la pièce ou chacune des montres passera plusieurs fois durant sa fabrication.
Il est dommage que je n’ai pu prendre des photos pour vous faire partager de façon plus vivante cette visite. Le personnel en blouse blanche affairé sur son travail, les petites mains occupées à leur travail de précision ou la naissance de la montre. Mais photos sont interdites dans la production pour plein de bonne raisons.

La visite des ateliers se poursuit par celle du « Musée » Mais c’est un autre post

Jecko

14/03/08, 20:30

@ Jecko
 

Histoire de la manufacture PRIM

L’histoire de la manufacture PRIM



À une époque où la plupart des montres de marque sont fabriquées ou assemblées sous pavillon suisse ou en Asie (surtout en Chine ou à Hong-Kong) un nombre croissant de personnes s’intéresse à l’histoire de la marque PRIM, à ces montres fabriquées depuis 1949 à Nové Město nad Metují.
Il y a peu de gens qui connaissent la marque PRIM malgré sa position exclusive sur le marché tchèque durant des années. C’est un fait la première montre-bracelet de la plupart des Tchèques et des Slovaques était une Prim.
Dans l’usine de production de Nové Město nad Metují, le 5.11.1949 a débuté le développement de montres-bracelets. Depuis 1954, début de la production en série, plus de 15 millions de montres-bracelets de marque PRIM ont été produites par ELTON. Ce qui permet à la, manufacture PRIM d’avoir sa place parmi les producteurs important.

HISTOIRE


[image]



L’INDUSTRIE DE L’HORLOGERIE EN BOHEME DE L’EST
Les pays tchèques ont une tradition horlogère très ancienne. (La célèbre horloge astrologique de l’Hôtel de ville de la Vieille ville de Prague, mise en service en 1410, fonctionne encore aujourd’hui avec son mécanisme d’origine.)
L’histoire de la production d’horlogerie débute en 1889 en Bohême de l’Est. Cette année-là, l’entreprise de Basse-Silésie Gustav Becker ouvrit à Broumov une filiale pour la production de réveils et autres grandes montres. L’usine fut rachetée en 1930 par l’entreprise Junghans et nationalisée en 1945. Dès 1946, une industrie moderne de l’horlogerie commença à voir le jour sur les ruines des usines allemandes. À cette fin, l’entreprise d’État Chronotechna fut fondée, avec son siège à Šternberk. En 1949, une usine détachée de l’entreprise d’État Chronotechna fut ouverte à Nové Město nad Metují, chargée de lancer la production de montres-bracelets tchécoslovaque. Depuis 1969, cette usine porte le nom d’ELTON et est une entreprise indépendante.

SPARTAK
La première montre tchécoslovaque était équipée d’un mécanisme PRIM, calibre 50, dont la conception modèle se basait sur le calibre de 11 lignes de l’entreprise française LIP R25 d’une hauteur de 4,4 mm. Il était équipé de 15 rubis, d’une ancre suisse et d’une petite trotteuse. La fréquence du balancier à vis était de 18 000 alternances par heure. Cette montre a été introduite sur le marché tchécoslovaque en 1957.

[image]


Les premiers exemplaires des montres-bracelets tchèques portaient la marque Spartak. Le premier boîtier pour cette montre fut créé dès le 27.11.1953 par l’équipe de développement dirigée par MM. Řehoř, Čáp et Martínek.

[image] [image]
Deux Spartak de Lukas (Chronomag)

Pour le millésime 1958, le boîtier fut modifié le 1.2.1958. Les dessins avaient alors été ajustés par M. Žid et validés par M. Martínek. Ce modèle portait la marque PRIM – la même que celle donnée par Chronotechna à ces réveils et horloges murales.

[image] [image]
Prim calibre 50 de Red Dwarf (Chronomag)

[image]
Collection Jecko

Grâce aux produits de l’entreprise ELTON de Nové Město nad Metují, la marque PRIM devint très populaire.

Le calibre PRIM 50 fut largement modifié et développé durant les années suivantes. Le modèle 52 reçut une couronne de dates, le modèle 55 une trotteuse centrale à commande indirecte simple. Le modèle 57 combinait une couronne de dates avec une trotteuse centrale.
[image] [image]
Calibre 52 - Calibre 55

[image]
Calibre 57

Les boîtiers étaient en laiton, nickelés, chromés ou plaqués or.

Vers le milieu des années soixante débuta le développement du calibre 66. Il s’agissait d’un mouvement à 11 lignes à ancre classique et à fréquence de 18 000 alternances par heure, le nombre de rubis passait à 17, une trotteuse centrale à entraînement direct. Le calibre 68 en découlant donnait en plus la date, avec réglage de la date rapide.

[image]
Calibre 66
[image] [image]
Prim calibre 66 de Kupa54 (Chronomag)
On retrouve aussi le calibre 66 dans les "Presque Diplomat".

[image] [image]
Le calibre 68 était monté dans les célèbres Prim Sport 1 dite Igen et Diplomat.

En 1970 l’usine a déménagé dans ses locaux actuels. La construction de la nouvelle usine et l’ajout des équipements technologiques nécessaires pour la production militaire a apporté à ELTON un grand élargissement de ses capacités et de ces possibilités de production. Le volume annuel de la production a ainsi dépassé plus d’un demi-million de montres les années suivantes.

Apres l’étude du premier calibre de type Dame, le calibre 70 (51/2 x 63/4 lignes) qui s’avéra trop petit, et donc très difficile à produire. En 1971, la production d’un mouvement plus grand de dimensions 63/4 x 8 lignes débuta le 80. Ce dernier adoptait une fréquence de 21 600 alternances par heure, qui fut ensuite utilisée pour tous les mouvements ultérieurs de PRIM.
Le développement de la nouvelle gamme de mouvements PRIM désignée calibre 90 débuta au cours de l’année 1976 et qui entra en production en 1978. L’objectif était de développer un mouvement modulaire moderne. Les différences fondamentales résidaient l’augmentation de la fréquence de l’oscillateur à 21.600 alternances par heure, le diamètre du mouvement était 111/2 lignes et le nombre de rubis qui passait à 21. Au niveau de la conception, la structure était prévue pour pouvoir assurer des fonctions supplémentaires au moyen de diverses extensions. Cette solution technique devait permettre de proposer aux clients une large gamme de modèles de montre avec diverses variantes d’affichage, comme un indicateur de date simple, un indicateur de date double, une réserve de durée de marche, le tout avec un remontage manuel ou automatique. Le résultat des travaux fut réduit à 2 variantes, un mouvement à remontage automatique et indicateur de date simple – PRIM calibre 96 et à un mouvement à remontage automatique complété d’un indicateur de date double – PRIM calibre 97.
La production en série ne concerna toutefois que le mouvement PRIM calibre 96 qui fut produit jusqu’en 1989.

ELTON a suivi aussi les tendances l’horlogerie électronique et créa un mouvement à diapason dénommé Elton. Il avait un diamètre de 28 mm et une fréquence de 360 Hz. En 1969, une douzaine de prototypes furent construits et le projet fut arrêté car ces montres auraient été trop chères pour le marché tchécoslovaque. Elton avait toutefois acquit de la technologie de ces mouvements. Le développement de montres à diapason fut mené jusqu’à la phase préséries.
[image]

En 1982 ELTON produisit les mouvements calibre 200, 210 et 220 quartz. Diamètre de 25,6 mm, une trotteuse centrale et une hauteur de 4,8 mm, avec un disque de date de 5,5 mm ; le calibre 220 avait un double calendrier. ELTON développa aussi des mouvements quartz pour des horloges murales et de tables.

[image] [image]

Calibre 200 - Calibre210


Après 1990, ELTON a connu une période difficile causée par trois facteurs.
L’arrêt de la production militaire a été presque immédiatement stoppée (elle formait environ. 50% de la production de l’entreprise).
L’ouverture du marché et la faim des clients pour n’importe quel produit étranger. Cet intérêt se basait sur l’idée que tout ce qui venait de l’étranger était meilleur. La diversité du design des produits étrangers a aussi joué un rôle important.
L’invasion des montres à quartz venue d’Asie, qui est venu changer le rapport des prix des mouvements mécaniques et à quartz en défaveur des mouvements mécaniques.

L’entreprise, alors privatisée, a fait une dernière tentative avec le calibre mécanique 64, hauteur de 5 mm, 11 lignes, 17 rubis, indicateur de date et remontage manuel et le calibre 69 à remontage automatique, haut de 6,65 mm. Le mouvement 69 se basait au niveau de la conception sur deux modèles le calibre 68 et le calibre 96, et il combinait efficacement les avantages de leur conception et les possibilités technologiques de la production d’alors. Mme Dana Macháčková, MM. Vladimír Ježek et Petr Husták prirent part au développement cette nouvelle gamme de mouvements modulaires sous la responsabilité de M. Josef Žid, et M. Ing. Jaroslav Řehoř.
En 1993, la production du mouvement PRIM calibre 69, débutait. Mais la production tchèque de ces mouvements mécaniques s’est avérée trop chère et la production des mouvements mécaniques propres à la manufacture PRIM a été interrompue en 1994.

Avec le réveil de l’intérêt pour les montres mécaniques des mouvements mécaniques suisse ETA ont été importés à partir de 1995. Avec le retour de l’intérêt pour les mouvements tchèques originaux, la production de mouvements de manufacture PRIM calibres 64, 66, 68, 69 et 96 a progressivement repris, à partir des outils d’origine.

[image] [image]
Prim calibre 66 moderne de Viktor (Chronomag)

L’exigence croissante des clients amène PRIM tout en concervant ses critères qualitatifs, à déplacer son attention vers le caractère individuel des montres-bracelets, qu’il s’agisse du design ou des services rattachés.

[image]
Série spéciale Jawa

A partir de 2001, PRIM profite du changement de technologie de production pour s’orienter sur la fabrication de montres en petites séries. Des machines-outils modernes, commandées par ordinateur et les logiciels de pointe de l’entreprise tchèque de design Creative Services, ont aidés à accélérer les processus de développement et de production.

[image]
PRIM Tycho Brahe

La recherche d’une nouvelle identité a emmené PRIM à changer sa politique commerciale. L’offre de PRIM comprend, en plus de sa production de série, des montres-bracelets répondant aux souhaits individuels du client. L’approche personnalisée des clients est le pilier de la philosophie PRIM aussi PRIM propose de larges possibilités d’individualisation de ses montres de luxe et une large gamme de services liés aux réparations, à la maintenance et à la rénovation de toutes les montres-bracelets fabriquées à Nové Město nad Metují.

Jecko

14/03/08, 20:32

@ Jecko
 

Visite du Musée PRIM

La visite du Musée



Plus qu’un musée, c’est la collection de la manufacture Prim que nous avons visité. La collection est répartie dans deux salles, une pour les montres anciennes et une pour les montres actuelles. Le musée qui accueillera bientôt toutes ces montres n’est pas encore fini.
Sur les étagères les montres sont alignées et quelques pièces plus exceptionnelles ont droit à une position plus valorisante.

[image]
Vivement que toutes ces montres puissent être plus mise en valeur dans le musée définitif.

[image] [image]

[image]
Les plateaux sont alignés sur les étagères.

[image]
La première production, la Spartak calibre 50

[image]
Horloge de véhicules et prototypes

[image]
La fameuse Prim à diapason.

[image]
De biens jolies petites secondes.

[image]
Les mouvements.

[image]
Une Diplomat avec son histoire.
Donnée à la manufacture par un maçon qui l’avait perdue lors d’un chantier pensant qu’elle avait fait le bonheur d’un autre, il en avait fait son deuil. Vingt cinq ans plus tard il retourne dans la maison pour reprendre la tuyauterie bouchée par… sa montre. Elle fonctionne toujours.

[image]
Une autre Diplomat en parfait état.

[image]
C’est un officier qui a donné au musée cette rare Orlik complète avec son coffret et tous ces documents.

[image]
Prim Avia et Prim Czechoslovakian air force.

Quelques photos des modèles actuels

[image]
La Rider

[image]
L’Orlik grande seconde.

[image]
Les Prim premiers prix pour les anciens qui restent fidèle aux Primky et qui désirent toujours les trouver dans leurs magasins.
[image]

Beaucoup d’autres montres à retrouver sur le site Prim et dans l’album des plus belles photos.

Jecko

14/03/08, 20:35

@ Jecko
 

PRIM Czechoslovakian air force

La Prim Czechoslovakian air force


[image]


Entre 1945 et1975 l’armée de l’air tchécoslovaque a utilisé des montres conçues avant guerre, fabriquées par Lemania, Longines et Eterna.

[image] [image]
Très belle Longines de Cédric (FAM)

En 1975 le commandement de l’armée de l’air tchécoslovaque lance une étude pour renouveler son parc de montres.
Plusieurs montres réussissent les tests, Lemania, Longines, Eterna et TAG Heuer. Mais le projet d’équiper l’armée de l’air tchécoslovaque avec des montres suisse est abandonné.
Le tarif des montres est jugé excessif par rapport à la solde d’un pilote de l’armée. De plus il y à 2500 montres à acheter, ce qui représente une somme considérable. Une des raisons importantes, aussi, est la difficulté à assurer la maintenance de ces montres.
Il était cependant nécessaire de réapprovisionner les dépôts d'équipement et remplacer les montres suisses, qui arrivaient à la fin de leur temps de service. À ce moment-là les montres-bracelets étaient un élément de l'équipement du pilote ainsi que de celui des autres membres de l'équipage (navigateurs, artilleurs, etc.). Leurs rôle étaient aussi bien de doubler les informations données par les instruments de bord que de permettre de se rendre à « un rendez vous » en cas d’éjection. Les montres étaient soumises à de telles contraintes mécaniques dans les cabines que les montres fabriquées de façon régulière et vendues dans la CSSR n'auraient pas résisté.

[image] [image]

C’est à lumière de ces faits que le commandant Forgacs prit l’initiative de prendre contact avec la direction d’ELTON et de commencer à rédiger les spécifications possibles pour une montre de service pour l'armée de l'air.
La technologie du quartz fut laissée de coté. Le commandement de l'armée de l'air préféra une montre mécanique analogique. Très bonne lisibilité (lecture intuitive et rapide du temps), indépendance énergetique et surtout meilleur comportement en conditions de combat électronique.
Le modèle Sport, régulièrement vendu et équipé d’une lunette tournante, devint la base pour ce projet de montres d'aviation. Ces montres ont été montées en standard avec le calibre PRIM 57 rouages d'horloge. Le calibre à 21 rubis 96 rouages a été cependant utilisé dans ces montres.

[image] [image]
Site Prim.......................................Jacob « Chronomag » a choisi un cuir vert pour nous présenter sa montre.


Après plusieurs sessions de consultation un cahier des charges des montres spéciales pour l'armée de l'air CSSR est apparu.
Etanche à un minimum de 30m
Résistance à basse pression atmosphérique basse équivalente à une hauteur de 20,000 m
Resistant to dust
Remplissage de gaz inerte
Décalage compris entre 5 et 15 secondes pour 24 heures.
Remontage automatique avec une réserve de marche supérieure à 24 heures et dateur.
Lunette tournante
Résistante aux chocs (mécanisme absorbant les chocs)
Température de fonctionnement comprise entre -30 et +50°C
Cadran noir avec index lumineux jaunes
Aiguille des seconde rouge
Un des problèmes fut l'application de peintures réfléchissantes, les peintures radioactives étaient déjà interdites à ce moment-là.
Une cabine spéciale était construite pour l'application de ces peintures, l'application elle-même avec une brosse humide la rendait impossble, les tentatives de coopération avec des fournisseurs étrangers d'Angleterre et de Suède se révélaient problématique.
Une peinture réfléchissante était disponible, elle était au moins capable de refléter la lumière même en faible quantité et donc la discussion a commencé sur la nécessité d'utiliser des peintures radioactives.
Bien que la peinture réfléchissante n'ait aucun effet résiduel, il a été finalement décidé que cette exigence serait baissée. La lumière ultra-violette serait utilisée dans la cabine afin d’augmenter le contraste.

[image]

La résistance à la pression atmosphérique basse a été évaluée dans la chambre de pression à l'Hôpital Militaire Central à Prague – Stresovice.
L’étanchéité, la résistance à la température, la vibration et le choc ont été évalués avec la participation des spécialistes militaires.
L'Institut de Santé de l’aviation a même évalué les montres au niveau de la résistance aux bactéries et pour toutes les réactions allergiques possible.

[image] [image]
Photos Popshop2007 (chronomag)
Les montres ont passé avec succès tous ces essais, seulement l'exactitude des montres fabriquées de lot était plus mauvaise qu'attendu. Malgré cela, la déviation quotidienne entrait toujours à sous 15 secondes.
La commande a été mise en oeuvre par HTS – Hlavní technická správa (l'Administration Technique Principale) - le Général Hanzal.
En 1977 un total de 3,000 montres a été fabriqué, dont 2,500 ont été acheté par HTS. Environ 100 montres ont été vendues directement aux salariés qui avaient travaillé sur le projet et 400 montres ont été rendues disponibles pour l'achat via le Klenoty (magasins d’état) pour approximativement CZK 850.00.
Les montres destinées pour l'armée de l'air avaient l'insigne d'armée de l'air sur la partie inférieure du cadran
Au début, les montres faisaient partie le la dotation et quand les équipages quittaient le service, ils étaient supposés les rendre.

[image]

Les montres étaient toujours dans le service militaire actif récemment et chaque pilote d'armée de l'air avait le droit d’en avoir une.
Le commandant Forgacs a fini sa carrière dans l'armée de l'air en 1991.

Un superbe article sur les héros oubliés de l’armée de l’air tchécoslovaque.
http://www.radio.cz/fr/article/91143

Article réalisé à partir d’une interview du wing commander Stanislav Forgacs.

[image]
Deux Jolie pièces de Kamil (Chronomag)
La Prim « Czechoslovakian air force » se décline en version civile au travers des Prim Sport deuxième génération.

Jecko

14/03/08, 20:39

@ Jecko
 

La PRIM ORLÍK

PRIM ORLÍK

En 1968, le mouvement PRIM calibre 50 fut utilisé pour une série spéciale de montres-bracelets développée pour les besoins des forces spéciales de l’armée tchécoslovaque. La montre PRIM Orlík devenait la première montre PRIM destinée à une utilisation dans des conditions extrêmes.

[image]

[image]
Une des 600 Orlik, dans un état NOS.
Collection et photos de popshop2007 (CHronomag).

Le développement du modèle Orlík débuta en 1963 selon les exigences du ministère de la défense nationale et MM. Hrubý, Žid et Martínek participèrent à sa conception. En plus de sa fiabilité et de son fonctionnement précis, la montre devait aussi remplir les critères suivants : résistance aux chocs, étanchéité à l’eau d’au moins 5 Atm, aiguilles luminescentes et index luminescents sur le cadran, lunette tournante et traitement de surface antireflets.
Le boîtier, la lunette tournante, la couronne et le fond vissé étaient réalisés en acier inoxydable spécial Phonix MAZ, dont la surface était rendue mate par sablage (pour éviter des éventuels reflets de lumière). L’étanchéité à l’eau à une pression d’essai de 6 Atm était assurée au moyen de joints de caoutchouc pour le fond et le verre et parla conception d’une couronne vissée, composée de huit pièces au total !
Le verre était en Umaplex épais de 2,7 mm.

[image]
Musée Prim

Le cadran noir mat à impression gris-blanc était doté de 12 symboles de peinture radioactive luminescente tout comme les aiguilles et le point sur le « 12 » de la lunette tournante. C’est l’institut pour la recherche, la production et l’utilisation d’isotopes radioactifs de Prague 7 qui procédait à l’application de cette peinture.
Le mouvement calibre 50 à trotteuse excentrée était spécialement ajusté avant l’emboîtage, pour respecter les exigences chronométriques strictes de la montre.

[image]

600 Orlik furent livrée aux forces spéciales de l’armée tchécoslovaque.

[image] [image]

Il est à noter l’air de famille entre la lunette de l’Orlik et celle de l’Omega Sea Master 300 de 1957.

[image] [image]
Photos: popshop2007 (Chronomag)


Les Rééditions.

[image]
Parmi les principales différences entre la PRIM Orlik et sa réédition, on trouve l’emploie du calibre 73 à 25 rubis réserve de marche garantie de 36 heures et totale de 40heures.


Specifications de L’Orlik Open Edition.


[image]
Open Edition de Kamil (Chronomag)
[image]

[image]

Typ 73-026-285-00-1
Serie Open Edition
Category male
Type of design Classic retro-sport watches
Type of movement Mechanical movement with automatical self-winding system
Code of movement Kalibr 73
Number of jewels 25 Jewells
Power reserve 36 hours
Number of hands 3 hands + date ring
Material of case Case from stainless steel 316L
Surface finishing Abraded
Lunette/Ring Stainless steel rotary ring
Aretation Both directions aretation
Type of bottom Screwed stainless steel bottom with mineral glass
Type of crown Screwe aretated stainless steel crown
Type of glass Concavity sapphire glass
Thickness of glass 1,5 mm
Dial Dial / indexes with ilumination of indexes
Strap/Band Leather strap with classic spone
Water resistancy Water Resistant 50M / 5atm
Packaging Sourcing in leather etui with certificate


Edition limitée PRIM Orlík 55 l.e.

[image]

La montre est équipée du mouvement Prim calibre 74
Specification of ORLÍK 55 l.e.
Typ 74-001-285-00-1
Serie Limited Edition 55
Category male
Type of design Classic retro-sport watches
Type of movement Mechanical movement with automatical self-winding system
Code of movement Kalibr 74
Number of jewels 27 Jewells
Power reserve 44 hours
Number of hands 3 hands + date ring
Material of case Case from stainless steel 316L
Surface finishing Abraded
Lunette/Ring Stainless steel rotary ring
Aretation Both directions aretation
Type of bottom Screwed stainless steel bottom with sapphire glass
Type of crown Screwe aretated stainless steel crown
Type of glass Concavity sapphire glass with antireflex inside surface
Thickness of glass 1,5 mm
Dial Dial / indexes with ilumination of indexes
Strap/Band Leather strap with classic spone
Water resistancy Water Resistant 50M / 5atm

Size of case L
Diameter of case 38 mm
Lenght of case 49 mm
Spacing 20 mm
Diameter of glass 30 mm
Vista to movement 27,2 mm


[image] [image]

Images des unités spéciales de l’armée slovaque source www.specialunits.sk

Jecko

14/03/08, 20:41

@ Jecko
 

La PRIM Diplomat en photos

La PRIM Diplomat en Photo.


Il s’agit d’un des plus belles réussites de PRIM.
Remise au catalogue dans une version modernisée et correspondant aux standards actuels de la marque, elle a su garder la ligne qui à fait son succès.

[image]

[image]

[image]

La Diplomat est équipée du calibre 68

Quelques pubs d’une autre époque…

[image] [image]


[image]
Très belle montre de Spiderer (Chronomag) avec son cadran blanc et sa couronne fine.

[image]
Deux pièces de Kupa 57 (Chronomag) équipée de cadrans plus anciens (logo, pas de date)
Ces pièces sont appelées par les amateurs des « presque Diplomat »

Présentation détaillée de la Diplomat de Popshop2007 (Chonomag)
[image]

[image]

[image]

[image]

Dessins d’étude, non définitifs, de le future Diplomat Chronomag 2008.
Source PRIM pour Chronomag
[image][image]


[image]
Une photo que j’adore (lumière, léger reflet et maîtrise de la profondeur de champ).
Superbe « presque Diplomat » portée.
Photo et montre de JJ (Chronomag)



[image]

[image]

Très rare cadran noir sur boîtier acier et n° 001 de Kamil (Chronomag)

[image]


[image]
Peu commune aussi cette cadran blanc sur boîtier acier.
Source Prim


Il est à noter que toutes ces Diplomat sont marquées Czecholovakia et pas encore Czech Made comme sur l’étude pour Chronomag.

Jecko

14/03/08, 20:43

@ Jecko
 

PRIM Saint Venceslas

PRIM Saint Venceslas


[color=blue]Description d’une PRIM modèle Saint Venceslas commande unique.[/color]

Nombre d’exemplaires :1
PRIM, modèle Saint Venceslas, numéro de série 1/1

Le design de la montre est l’œuvre de M. Ing. Vladimír Bláha.
La conception technique a été réalisée par M. Petr Andrš.
Le boîtier de la montre est en or massif jaune 750/1000 (18 carats), avec une glace saphir. Le fond en or est également complété d’une glace saphir.
Sa conception assure une meilleure résistance mécanique et une meilleure étanchéité à l’eau.
Le mouvement reçoit un traitement de surface des ponts, de la platine et des vis. Il bénéficie aussi d’une taille décorative. Un Lion de Bohême stylisé est gravé à la main sur le rotor du système de remontage automatique, ainsi que l’inscription du type de mouvement et son origine. La montre est complétée d’un bracelet en cuir d’alligator marron et d’une boucle en or jaune 18 carats. Le logo PRIM est gravé à la main sur la boucle. La couronne de la montre est aussi en or 18 carats et elle est décorée d’un monogramme gravé à la main. La montre porte les poinçons requis par la Loi sur les poinçons de la République tchèque.

Paramètres techniques du mouvement utilisé :
Désignation du mouvement : PRIM calibre 96
Caractéristiques du mouvement : mécanique à remontage automatique, trotteuse centrale, indicateur de date simple à correction rapide, balancier à pose antichoc.
Nombre de rubis fonctionnels : 21
Nombre d’alternances du balancier : 21.600 alternances par heure
Diamètre de la platine : 11,5 lignes, 25,6 mm
Hauteur du mouvement : 5,5 mm
Production : mouvements produits de 1978 à 1989 et de 2002 jusqu’à présent

Cette montre commande spéciale fut accompagnée d’un livre en français rédigé par Jan Prokop et Jiří Helikar à partir de documents de l’entreprise. Document illustrant pour l’occasion, la production de cette PRIM Saint Venceslas dont le propriétaire est Monsieur Philippe… On y trouvait :

La copie du dessin original du boîtier de la montre PRIM, modèle Saint Venceslas
La copie du dessin original de l’assemblage du mouvement PRIM calibre 90
Le dessin du mouvement de base de la nouvelle série 90.
La copie du dessin original d’une partie de l’assemblage du mouvement PRIM calibre 96
Un dessin s’inspirant de l’assemblage précédent en le complétant de l’organisation du dispositif de remontage automatique du barillet.
La copie du dessin original de l’assemblage de la roue libre (numéro de pièce 96-521)
Le dessin d’une pièce importante permettant la transmission du couple du rotor du remontage automatique au barillet.
La copie du dessin original de l’assemblage du barillet (numéro de pièce 96-820)


A titre de comparaison voici les spécifications du modèle St.Wenceslas édition 40

[image]
Photo PRIM

Serie Open Edition
Category male
Type of design Classic formal watches
Type of movement Mechanical movement with automatical self-winding system
Code of movement Kalibr 73
Number of jewels 25 Jewells
Power reserve 36 hours
Number of hands 3 hands + date ring
Material of case Case from stainless steel 316L
Surface finishing High polished
Type of bottom Screwed stainless steel bottom with mineral glass
Type of crown Classic stainless steel crown
Type of glass Concavity sapphire glass
Thickness of glass 1,5 mm
Dial Dial / indexes without ilumination of indexes
Strap/Band Leather strap with classic spone
Water resistancy Water Resistant 50M / 5atm
Packaging Sourcing in leather etui with certificate
Dimentions
Size of case XL
Diameter of case 40 mm
Lenght of case 49 mm
Spacing 20 mm
Diameter of glass 34 mm
Vista to movement 31,2 mm

[image]
PHOTO PRIM

Jecko

14/03/08, 20:45

@ Jecko
 

PRIM Rider Everest 2005

Une Prim Rider Sur le toit du monde du monde


Pour tester les conditions climatiques extrêmes et à la demande spécifique des alpinistes d’Himalaya on n’a pas pu choisir quelque chose plus « petit » que Mont Everest.
L’expérience personnelle des alpinistes qui ont vérifié la qualité de la montre dans les conditions rudes est pour nous d’une très grande valeur.

Le compte rendu du test de la PRIM Rider dans les conditions extrêmes.
Par Ing Miroslav Caban.

Expédition : Mont Everest 2005
Période : avril, mai 2005
Les participants : ingénieur Miroslav Caban, Viktor Pustai, Pert Dvorsky, Jaroslav Fukala
Le but du test : tester ma montre dans les conditions extrêmes lors de l’ascension du Mont Everest.

Après l’arrivée au camp de base à 4500 m d’altitude, j’ai commencé tester la montre en la portant sur la surface des vêtements.
Dès la première ascension vers la base C1 j’ai trouvé que la montre s’intégrait à l’équipement alpiniste de façon très pratique et surtout fonctionnelle. Nous sommes partis vers C1 par une température de -20 ° C, nous sommes passé par la chute de glace Khungbu ce qui nous à emmené à une altitude 5900 m. Durant la montée la température sous le soleil a grimpé à + 30°C. La montre marchait impeccablement. C’est surtout sur ce tronçon elle a bien démontré sa qualité fonctionnelle et pratique. Les autres alpinistes étaient obligés d’enlever leurs gants pour voir leurs montres, je n’avais qu’à jeter un coup d’œil sur ma manche pour voir ma montre tout en continuant de monter.

[image]

Nous avons passé la nuit à cette altitude, nous nous sommes reposés 1 journée
Au petit matin par -30°C nous sommes parti pour C2, altitude de 6400m. Ma montre continuait à chanter sa mélodie en faisant tic tac.
A C2 la montre a subi son 2e test, nous l’avons abandonnée pendant 15 jours dans la tente. Elle n’a plus bougé de l’altitude de 6400m. La température dans les tentes en l’absence des alpinistes variant de -30°C jusqu’à + 40°C. Je voulais savoir si cette variation de température de 70°C n’aurait pas d’influence sur l’étanchéité et si éventuellement il n’y aurait pas de condensation venant geler à l’intérieur de la montre.
J’avais l’expérience des autres expéditions et aucune montre n’a « survécu » cette manipulation.
Après 2 semaines nous sommes revenus à C2. La montre était couverte d’une couche de glace, produite par la condensation de l’humidité à l’intérieur de la tente qui a gelé ensuite.
Après avoir gratté la glace j’ai redémarré ma montre simplement en la balançant dans ma main. La mécanique avec le remontage automatique fonctionnait. Elle s’était simplement arrêtée après que la réserve de marche se soit épuisée. J’ai vu de suite que même s’il y avait de l’humidité sur la surface, il n’y en avait pas à l’intérieur. C’était super.

[image]

Les alpinistes rencontrent souvent ce problème : pendant la nuit leur montre gèle et il n’est plus possible de la remettre en marche par la suite. Parfois à cause du gel à l’intérieur, parfois car la pile est morte. Mais à ces altitudes avec une montre qui ne marche pas on risque sa vie.
Maintenant il fallait de nouveau la régler. Je craignais qu’en tirant la couronne de l’air ne pénètre dans la montre. Mais la montre a une capsule d’absorption qui élimine d’éventuelles rentrées d’humidité. Ce réglage n’a pas posé de problème.

Le jour suivant on est reparti pour C3, à l’altitude de 7100m. Je gardais la montre tout ce temps sur mon blouson. A 5h du matin il faisait -30°C.
La montre a résisté sans problème jusqu’à 6800m, où par la grande tension sur l’ardillon de la boucle, celle-ci c’est déformée. Le bracelet était fixé dans le dernier trou.
Je conseillerai de renforcer l’ardillon et de prendre d’un bracelet plus long. Pour une manipulation plus facile, je pencherais pour un bracelet en matière plus souple ou un mélange de matières, ainsi qu’une façon alternative pour le fixer (par ex par scratch).
Il est important de simplifier le processus pour retirer et remettre la montre sans avoir à enlever les gants.
D’un autre coté il faut avouer que le bracelet en cuir a résisté à des manipulations brutales. Lors des descentes en rappel il frottait contre les cordes. Il a aussi subi des températures extrêmes. Ce qui aurait endommagé un bracelet cousu standard.

Ensuite jusqu’à 7100m aucun problème, et c’en était ainsi jusqu’à 7400 où mon test sur le toit du monde s’est achevé.

[image]


Je voudrais souligner dans ce compte rendu que pour l’alpinisme une montre pareille à un grand intérêt. A ces altitudes il y a tellement peu d’oxygène, qu’on oublie vite l’heure limite pour rentrer. Le simple fait d’enlever ses gants, éventuellement de bien soulever sa manche afin de pouvoir consulter sa montre est très éprouvant. Déjà il faut s’en souvenir, ensuite c’est difficile à faire.

Avec ma montre sur ma veste impossible d’oublier le temps qu’il faut pour rentrer. J’étais obligé de la regarder et je faisais travailler mon cerveau en calculant les limites de temps pour un retour en sécurité. C’est très utile pour le fonctionnement du cerveau qui est ralenti à ces altitudes ou l’oxygène se fait rare….

[image]
"The watch is fitted with PRIM calibre 73 mechanical movement that has 25 jewel bearings,
automatic winding and guaranteed reserve operation of 36 hours."

Jecko

14/03/08, 20:46

@ Jecko
 

Le skipper Richard Konkolski

Le skipper Richard Konkolski


[image]



Richard Konkolski, célèbre skipper tchèque né le 6 juillet 1943 à Bohumin Tchécovlovaquie et naturalisé citoyen américain depuis 1994, avec lequel une montre Prim a fait un tour du monde en solitaire. Cette entreprise n’avait pas de caractère commercial. La seule forme de soutien a été le prêt d’une montre PRIM Sport. La montre a survécu ! Rayée, burinée par trois ans de navigation sur les océans, mais toujours fonctionnelle.
Richard Konkolski : « La voile est un sport assez exigeant dans le dur milieu marin et en fait aucune montre-bracelet ne résiste à cent pour-cent à l’environnement marin, alors que l’heure exacte est un élément indispensable dans tous les égards (navigation, etc.) ».

Pour la petite histoire.
1979 Parmelia Race
Course organisée en mémoire du voyage de Parmelia, colon européen, vers l'Australie en 1829. La course a couvert la distance de Plymouth en Angleterre, à Perth en Australie, avec une escale à Cape Town, en Afrique du Sud.
En dépit des problèmes de réglage et de pilotage sur un tout nouveau bateau, Richard Konkolski et son équipage font le 4e meilleur temps corrigé.
L'ensemble de l’équipage Tchécoslovaque participait à une course trans-océanique, pour la première fois de leur vie.

[image]
Prim Sport (collection perso)

[image]

La très belle et rare Prim Sport de Skipi (Chronomag)

Jecko

14/03/08, 20:49

@ Jecko
 

L’aventure extraordinaire de František Venclovský

L’aventure extraordinaire de

František Venclovský


Le chrono s’arrête sur 15h, 26 minutes. František Venclovský gagne son duel avec le Canal La Manche, qui pourtant n’a pas commencé ce vendredi 30 juillet 1971, mais bien avant. « Je suis tellement heureux » lance Frantisek dans son accent de Moravie aux eaux anglaises.

František a passé des dures épreuves depuis son enfance, de huit enfants, ils ne sont restés que deux, son papa est décédé en 1945 et sa maman perd la vue suite à la cataracte. Le sport est depuis toujours son échappatoire. Il pratique la lute, l’haltérophilie, s’aventure dans l’athlétisme. Il n’y a que foot qui n’est pas son fort, par contre sur un ring il est comme chez lui.

En 1955 il est devenu champion des armées en poids mi-lourd, une année plus tard il gagne le Grand Prix de l’aviation. Il commence secrètement à caresser le rêve des jeux Olympiques à Rome.
Il bosse à en crever, il en rajoute...
Mais...dans le cadre de l’éducation physique du service, il y a la gymnastique aux appareils. Un saut carpé en voltige lui est fatal. Il se réceptionne à coté du tapis.
Le diagnostic tombe, cruel, fracture et entorse des 3 e et 4 e vertèbres cervical. Un an dans un lit de plâtre. En une seule seconde sa priorité change, ce n’est plus Rome, c’est de pouvoir à nouveau marcher. Il a réussi, il sort de l’hôpital. Mais le sort s’acharne, alors qu’il s’entraine à marcher dans un chemin a travers les champs vers Henclov le pot d’échappement d’un motocycliste qui s’est « échappé », vient frapper le convalescent à la tête.
De nouveau l’hôpital, de nouveau des blouses blanches, de nouveau l’incertitude. Heureusement sa colonne vertébrale n’a pas lâchée. Il recommence a s’entrainer, il découvre la natation. Ça le soulage dès le début.
Il travaille l’endurcissement au froid, avec son ami DR Mohapl ils réunissent une équipe des endurcis. Il nage dans la Vltava entre Prague et Vrany, parcourt aussi les 55 km de trajet Bratislava-Gabcikovo.

[image]

Apres plusieurs compétitions en rivière, il bat l’anglais Losner à Ostrava. Un nouveau but germe dans sont esprit, fini de penser au fauteuil roulant, il va traverser la Manche à la nage. Cette décision a été renforcée par une rencontre avec le metteur en scène Josef Valchar, qui l’a fait connaitre dans le monde des médias en diffusant son histoire dans un reportage de 12 minutes, à la fin il y a la traversée de la mer « rêvée » entre l’Angleterre et la France.

[image]
Les « Endurcis »

Le 8 décembre 1964, il demande la permission à l’autorité suprême de l’éducation physique de nager dans la Manche. Il est le premier tchécoslovaque qui s’entraine pour traverser la Manche à la nage. Il dévore tout ce qui est publié à ce sujet. Mais c’est en vain, les autorités ne sont pas intéressées par cet exploit.
On est déjà en 1968, quand l’Usine de constructions mécaniques de Prerov offre de financer le voyage et les frais avec l’Entreprise de commerce extérieur Pragoin. Mais Frantisek en tant que soldat a besoin d’une permission de Ministère de la défense. Et celle-ci, il ne l’obtient pas…

Le 6 septembre 1970 à 11h00, enfin son rêve , vaincre la Manche, devient réalité. Il démarre de la rive française, la météo est incertaine, mais il ne peut plus attendre, sa réserve d’argent diminue.

Au début tout ce passe bien malgré la météo. L’arbitre John Gill reconnait le record sur la distance parcourue. Mais tout à coup Frantisek ne peut plus rien manger, tout ce qu’il avale ressort immédiatement. Le froid dévore les calories qu’il ne peut plus récupérer en se ravitaillant. L’eau se met à rentrer sous les verres de ces lunettes. « Je ne sentais plus rien. J’étais dans le noir total. Je ne me sentait plus en vie … »
L’arbitre demande d’envoyer le canot de sauvetage, malgré les protestations de l’équipe tchèque mais Frantisek n’a plus de force.
Une émission titrée « le vainqueur vaincu », va émouvoir le public et des centaines de lettres de soutien vont lui redonner le courage de recommencer.
Si Frantisek ne traverse pas la Manche à la nage, il le ferra en marchant au fond. Et le 30 juillet 1971 à 16h après 15h 26 minutes de nage, il sort de l’eau à Douvres.

[image]

Par la suite il traversera encore la Manche 3 fois et dans le sens Angleterre France. Et avec son ami Jan Novak ils traverseront le lac Baïkal.

[image]
La Sport Igen deViktor (Chronomag)

Durant toutes ces traversées Frantisek protera au poignet sa Prim Sport1
Son record de traversée de la Manche est de 13h42 minutes.
Le 13/12/1996 à l’age de 64 ans Frantisek Venclovsky décède subitement à Přerov.

[image]
Très bel ensemble de Sport Igen. Collection : Jovani (Chronomag)
[image]
Encore une Photo signée Jovani

[image] [image]
La PRIM Sport Igen Réédition cadran rouge

Jecko

14/03/08, 20:54

@ Jecko
 

L'album Prim des "forumers"

L’album




Les Spartak

[image] [image]
Lukas (Chronomag)

[image]
Luk (Chronomag)
[image]

[image] [image]
Misha (Chronomag)

[image] [image]
Viktor (Chronomag)




Calibre 50



[image] [image]
Red dwarf (Chronomag)

[image] [image]
Vor (Chronomag)

[image]
Tolja (chronomag)





Calibre 52

[image]
Vor (Chronomag)




Calibre 66

[image]
Tolja (Chronomag)

[image]
Kupa54 (Chronomag)





Pavouk

Ce nom signifie araignée.

[image] [image]
Popshop2007 (chronomag)

[image]
Vor (Chronomag)




Diplomat et Presque Diplomat

[image]
Kupa54 (hronomag)

[image]
Popshop2007 (Chronomag)

[image]
Spiderer (Chronomag)

[image] [image]
Kamil (Chronomag)

[image]
JJ (Chronomag)

[image]
Kamil (Chronomag)





Prim Sport

Prononcer chport

[image] [image] [image]
Sport 1 Igen de Popshop2007 (Chronomag)

[image]
Brochette façon Jovani (Chronomag)

[image]
Kamil (Chonomag)

[image]
Kupa54 (Chronomag)

[image]Jovani (Chronomag)

[image] [image]
Prim Sport pour Chronomag avec cadran ELTON. Photo PRIM

[image] [image]
Africab (Chronomag)

[image]
Kamil (Chronomag)

[image] [image]
typograf (Chronomag)

[image]
Jakubisko (Chronomag)

[image]
Kamil (Chronomag)

[image]
Kupa 54 (Chronomag)

[image][image][image]
[image][image][image]
Tolja (Chronomag)

[image] [image]
Popshop2007 (Chronomag)

[image]
Prim sport 41 Automatic de Typograf (Chronomag)





Televizia

[image]
Kamil (Chronomag)

[image]
Jecko




Autres formes et couleurs…

[image] [image] [image]
NIGHTinGALE (Chronomag)

[image] [image]
Popshop (Chronomag)

[image] [image]
Tolja (Chronomag)

[image]
Kamil (Chronomag)

[image][image]
Kupa54 (Chronomag)
[image]






C’est pas des montres mais c’est prim.

[image]
NIGHTinGALE (hronomag)

[image]
Tolja (Chronomag)

[image]
Vor (Chronomag)

[image]
Vor (Chronomag)

Merci à tous les participants de chronomag pour leur aide.

Merci à Xlaque, Skipi , Popshop2007, Luk, Jovani, Misha, JJ, Typograph, Rorda, Kamil, PRIM, Jakubisko, Africab, Jacob, Viktor, Spiderer , Kupa54, Red Dward, NIGTHinGALE, Vor, Tolja…

Jecko

14/03/08, 21:01

@ Jecko
 

Voilà c'est tout. Bonne lecture...

Nous avons eu la chance Zuzana et moi d’être reçu par Mr Helicar et de visiter la manufacture.
A travers quelques articles nous espérons vous avoir fait partager ce voyage, fait découvrir la marque PRIM et surtout rencontrer à travers leur passion et leurs photos des collectionneurs du Forum Chronomag.
J'espère que vous aurez eu plaisir à lire ces lignes.


Je remercie encore un fois :
Mr Helicar Chairman of the board de PRIM et ELTON pour son accueil et son temps.
Les forumeurs de Chronomag pour leur accueil, leurs encouragements et leurs photos : Xlaque, Skipi , Popshop2007, Luk, Jovani, Misha, JJ, Typograph, Rorda, Kamil, PRIM, Jakubisko, Africab, Jacob, Viktor, Spiderer , Kupa54, Red Dward, NIGTHinGALE, Vor, Tolja…
Et Zuzana pour ses traductions.

Jecko

DrFreud

14/03/08, 21:17

@ Jecko
 

un morceau d'histoire

Merci pour cette revue d'une marque (carrément), moi qui ne connaissais même pas Prim . D'ailleurs, elle n'est pas référencée sur chrono24...

Travail impressionnant, un grand merci

---
En Yvelines, de la JLC, B&R, Zénith...

Theo
[image]
75/11,
14/03/08, 22:44

@ Jecko
 

Voilà c'est tout. Bonne lecture...

Bravo Jecko, tu m avais parlé de cette revue il y a pres d un an deja. Y a pas a dire c est du bon boulot, faut que je relise ca quand j aurais plus de temps ou que tu me donnes un cours de vive voix.

A bientot,

Theo

KRONOTIC

15/03/08, 08:40

@ Jecko
 

A quand la PRIM "Chronomania"

»Bravo Jecko
même lu en diagonale, voila un sujet bien croustillant

jef33
[image]
15/03/08, 09:25

@ Jecko
 

Voilà c'est tout. Bonne lecture...

Superbe reportage sur cette marque qui ne m'est plus inconnue maintenant.
merci Jecko et encore bravo.

FRANCOIS
[image]
Au dessus du cafè des sports,
14/03/08, 22:47

@ Jecko
 

Un grand merci pour cette superbe contribution !!

pas encore tout lu, et marque inconue pour moi, mais
une super contribution !!
Merci encore
Une de ces magie du forum
:ok: :ok:

---
[image]

EDI
[image]
14/03/08, 23:47

@ Jecko
 

Mais c'est formidable ça....!!!

Merci pour cet énorme travail d'historien et journaliste et aussi pour me faire (re)découvrir cette marque.
Je me mets à la recherche d'une Prim "chport" dés la semaine prochaine.
Cdt,

---
EDI

Origami
[image]
Paris,
15/03/08, 08:08

@ Jecko
 

Tout sur la manufacture PRIM

:surprised:

WHAOWH ! Ca c'est de la revue !

Merci beaucoup pour ces articles !

---
Ma nouvelle montre : HDDWatches (aussi sur Twitter)
Les Origami Watches : www.origami-watches.com.

Gér@rd
[image]
Paris,
15/03/08, 09:20

@ Jecko
 

Merci (j'aime) !

Post comme je les aime (je veux dire très enrichissant, car on y apprend un tas de choses). Très sympa (et hyper complète cette revue) ! Une petite Spartak ou une belle Dipmomat vintage me plairait bien...

Perso je connaissais pas du tout cette marque et j'ignorais même qu'il y avait une production horlogère actuellement dans ces pays. Donc je vais commencer à fouiller tout ça !

Amicalement,

Gérard

Néo
[image]
Ailleurs...,
15/03/08, 09:49
(Modifié par Néo
le 15/03/08, 12:04)


@ Jecko
 

chapeau !

très beau boulot de reporter sans frontière !

je trouve les deux versions d’Orlik très intéressantes

quelle est l'adresse du site PRIM ?

quelle est la taille de cette montre ?

est il possible de connaître les prix ?

est il possible de commander ?

encore merci de nous avoir fait faire cette découverte

tiens on parlait de montre du forum il n’y a pas longtemps

moi je verrai bien une Orlik personnalisée ;-)







[image]
[image]
[image]

j'ai trouvé

[image]


PRIM Orlík

Type designation: 73-026-285-00-1


Description: Sport watches for men ٠ Open Edition ٠ male ٠ Mechanical movement with automatical self-winding system ٠ Kalibr 73 ٠ 25 Jewells ٠ 36 hours ٠ 3 hands + date ring ٠ Case from stainless steel 316L ٠ Abraded ٠ Stainless steel rotary ring ٠ Both directions aretation ٠ Screwed stainless steel bottom with mineral glass ٠ Screwe aretated stainless steel crown ٠ Concavity sapphire glass ٠ Dial / indexes with ilumination of indexes ٠ Leather strap with classic spone ٠ Water Resistant 50M / 5atm ٠ Sourcing in leather etui with certificate ٠ pouzdro L (38 mm)

Price: € 1 069 including VAT (898,32 not including VAT)




et pour finir deux annonces eBay :

vue d'autriche

Orlik vue des US












---
Tout le monde peut se tromper ! comme le disait si bien un hérisson myope en descendant d'une brosse à cheveux.

alain.b

15/03/08, 17:17

@ Néo
 

chapeau !

http://www.prim.cz/en/

tout y est sauf les prix de personnalisation, je suppose par devis
belles montres, en tous les cas et passionnant reportage

---
Le temps fuit, sans doute... Quand on en parle, le temps a déjà coulé, il n'en reste que des images

Ed the Grocer
[image]
Paris,
15/03/08, 17:31

@ Jecko
 

Excellent !

Superbe travail exhaustif !

Je ne connaissais de Prim que la Diplomat et le modèle de l'Armée de l'Air, merci pour tous ces détails et précisions .

Une diapason dans le bloc de l'Est , face à la Bulova yankee ! Extraordinaire ...

Le propre d'une revue réussie, c'est de faire apprécier et de donner envie sur un sujet inconnu jusqu'alors.

---
Ed the Grocer ancienne maison l'Epicier - Pour voir les photos otages de Photobucket ransomware : sur Google Chrome, download l'extension "Photobucket Hotlink Fix " et sur Firefox : " photobucket embedded image fix " ou "Photobucket Hotlink"

JFQ

15/03/08, 18:18

@ Jecko
 

Tout sur la manufacture PRIM

bravo pour ce partage

sam
[image]
Page d'accueilRennes,
16/03/08, 10:37

@ Jecko
 

Bravo ! ça c'est du reportage !

Félicitation ! TRÈS TRÈS complet !

---
Même en panne, une montre donne l'heure juste 2 fois par jour ! étonnant, non ?

MSAINT
[image]
16/03/08, 13:01

@ Jecko
 

Tout sur la manufacture PRIM

Merci Jecko pour ce superbe travail encyclopédique sur ce sujet assez méconnu. Quelques superbes pièces sortent de l'ombre... Notamment ce diapason! :surprised:

---
Fly me to the moon! - Blog My Watch

Charlie
[image]
16/03/08, 13:21

@ Jecko
 

SUPERBE REVUE: quelques photos de mes modèles

acheté à Prague :


[image]

[image]


celle-là date des années 1990

[image]

Himal

16/03/08, 15:06

@ Jecko
 

Tout sur la manufacture PRIM

Merci de m'avoir fait découvrir cette marque !

20'age

Région parisienne,
16/03/08, 15:46

@ Jecko
 

Superbe Boulot !

Impressionnant et très professionnel reportage !!

Merci c'est une mine d'info que je vais me permettre de mettre de côté

---
La passion est le moteur de la création

Laurent B
[image]
Près du Ciron...,
16/03/08, 15:57

@ Jecko
 

Bravo et merci !

ça vaudrait le coup d'en faire un bouquin avec moultes photos !!

---
Instagram : rustikcuriositas

Jecko

16/03/08, 19:01

@ Jecko
 

Tout sur la manufacture PRIM

Merci pour tous vos commentaires qui me font très plaisir et m’encouragent à remettre le couvert.

Les PRIM sont visibles sur le site PRIM:
http://www.prim.cz/en/
On y trouve les tarifs pour les "open édition", pour le sur mesure, il faut remplir le formulaire ou demander un devis au représentant de la marque.
La finition de la montre est à la demande, elle intervient aussi dans le prix final. Il est donc toujours un peu difficile de ce rendre compte de la qualité de la production sans connaître exactement les désirs du propriétaire de la montre.

J'essaierai de vous faire suivre la création de la Diplomat "Chronomag" pour voir justement la souplesse de cette conception.
La politique de fabrication de PRIM est surtout tournée vers le travail à façon et la montre construite autour des désirs du client.

Par exemple j'avais demandé le tarif pour une PRM Orlik seconde centrale équipée du calibre auto de manufacture PRIM fini, avec masselotte gravée de l'aigle tchèque en lieu et place de l'ETA et fond gravé Tchez made et fond transparent saphir. Malheureusement mon budget était largement dépassé.:lol2:

Oui ….. J'ai mis du temps mais les recherches pour un article en amenant un autre... Ensuite les traductions car la plus part des documents étaient en Tchèque. La recherche des illustrations et la demande des autorisations pour les utiliser (là c'est une excuse fallacieuse car les réponses ont été particulièrement rapide et toutes positives). Et surtout le temps passé sur les forums à faire autres choses que l'article.

Charlie, superbe ta Sport Igen:ok:

Merci encore.
J’ai plein d’autres idées de découverte..
Cordialement.
Jecko

ben265
[image]
Bruxelles,
16/03/08, 20:44

@ Jecko
 

Tout sur la manufacture PRIM

Quel travail de recherche, bravo:ok:

Voici une marque qui attisait ma curiosité depuis un moment. J'avais découvert le site l'année dernière mais mes demandes d'information (sur l'Orlik) étaient à l'époque restées sans suite. Je suis maintenant comblé (même si je n'ai pas encore tout lu) et ceci a fait renaître en moi l'intérêt pour cette montre.

Merci pour ce reportage, j'espère qu'il figurera en bonne place dans le Wiki.

Benoît

Jerry
[image]
17/03/08, 22:04

@ Jecko
 

Tout sur la manufacture PRIM

Super. Merci !
Ces montres ont une vraie personnalité, dont certaines marques plus en vue ne peuvent sans doute pas se vanter.
Coup de foudre pour les 3 lignes" "Retro" Orlik et Sport Igen.

---
Allez Hop ! C'est l'heure...

Jeff d'Alsace
[image]
France,
18/03/08, 06:18

@ Jecko
 

Un grand merci pour m'avoir fait découvrir dans le détail

cette manufacture.

---
Jeff.

28800

18/03/08, 07:03

@ Jecko
 

Tout sur la manufacture PRIM

Quel article!

Sickboy
[image]
40,
18/03/08, 10:52

@ Jecko
 

J'ai tout lu ! Beau boulot. Respect [ST]

»

262142 messages dans 21712 discussions, 32824 usagers enregistrés, 29 usagers en ligne (0 enregistrés, 29 invités) :
RSS Feed
powered by my little forum