Origami
[image]
Paris,
25/09/21, 14:12
 

Un article sur les politiques commerciales des marques (Revues & Essais)

Bonjour à tous,

J'ai trouvé par hasard un article publié par "NYC Watch Guy" à propos des politiques commerciales de certaines marques horlogères.
Je lui ai demandé l'autorisation de le publier ici, traduit (à 99% avec www.deepl.com) en français.
Le lien vers l'article original.


Les Règles d'Engagement Horloger
Publié le 24/09/2021 par NY Watch Guy.

Dans mon premier article, j'ai évoqué une idée sur la manière de cultiver une nouvelle génération de collectionneurs sans les détourner du hobby de la collection de montres en raison d'un manque d'offre. Je souhaite développer ce sujet tout en me concentrant un peu sur la manière de ne pas perdre la génération actuelle de collectionneurs qui sont de plus en plus frustrés par le manque de transparence du système de vente au détail.

Le dernier exemple en date est la croyance largement répandue selon laquelle Vacheron avait épuisé son allocation de la montre Overseas Everest bien avant l'annonce officielle. Bien qu'il n'y ait aucun doute que plusieurs allocations ont été faites à de grands dépensiers des mois à l'avance, je peux attester du fait que ce n'est pas tout à fait vrai, non seulement parce que j'ai été informé que j'allais en recevoir une seulement après leur sortie, mais aussi parce qu'au moins 4 personnes que je connais, qui n'avaient aucune idée de la sortie de la montre et qui avaient très peu d'historique d'achat avec Vacheron, ont également pu obtenir des allocations dans le prochain lot de livraisons qui sortira plus tard cette année. Cependant, pour le collectionneur moyen qui a appelé sa boutique locale lundi matin après l'annonce de la fuite, il semble que le jeu ait été truqué dès le départ, et qu'à l'exception des plus grands flambeurs, personne n'avait la moindre chance d'obtenir ce qui est sans doute la meilleure montre que Vacheron ait produite ces dernières années. Pour les collectionneurs, il semble que les marques soient désormais juge et partie - elles décident qui obtient quoi et vous pénalisent si vous ne dépensez pas assez ou si vous vendez une partie de leurs produits sur le marché secondaire.

Ce qui se passe dans l'industrie horlogère avec les montres à la mode n'est pas différent de ce qui se passe avec la majorité des autres produits à la mode sur le marché, qu'il s'agisse de baskets, de streetwear, de sacs à main ou, dans une certaine mesure, de produits électroniques comme les consoles de jeux vidéo. Il y a toujours des gros dépensiers qui vont être pris en charge, il y a toujours des revendeurs qui vont conclure des accords détournés pour obtenir un produit le jour de l'ouverture, il y a toujours un garçon qui va les brancher, et il y aura toujours des consommateurs mécontents qui n'ont pas pu obtenir ce qu'ils voulaient. Nous vivons dans une société capitaliste (du moins ici aux États-Unis), et avec cela vient la malheureuse vérité que les entreprises doivent faire ce qui est dans le meilleur intérêt de leur ligne de fond, tandis que les clients n'achètent pas nécessairement toujours des produits pour leur propre utilité, mais aussi potentiellement pour faire de l'argent. La différence réside toutefois dans les règles (ou l'absence de règles) qui existent dans les différents secteurs verticaux.

Les marques de baskets comme Nïke, par exemple, vous donnent des instructions assez claires : elles vous disent quand une basket va sortir, combien elle va coûter, où vous pouvez potentiellement l'acheter si vous êtes prêt à faire la queue pendant une semaine ou si vous avez de la chance à une loterie en ligne. Ils ne se soucient pas non plus de savoir si vous mettez immédiatement ces baskets en vente sur StockX et si vous les revendez le lendemain. Si vos chances d'obtenir une paire de baskets tendance sont encore assez minces, il existe au moins quelques règles bien établies, ce qui donne aux consommateurs le sentiment d'avoir une chance s'ils s'y mettent.

Sur le marché des montres, par contre, rien n'est clair. Je connais un client d'une grande marque de montres qui leur avait acheté de nombreuses montres sur une longue période. Il a récemment vendu une pièce qu'il avait achetée il y a plusieurs années, et lorsque la marque l'a découvert, elle l'a appelé pour lui dire qu'il ne recevrait probablement rien de nouveau pendant un certain temps parce qu'il avait vendu une montre. Je connais des gens qui sont capables de n'acheter que les pièces les plus chaudes des magasins sans autre dépense, et d'autres personnes qui doivent littéralement regrouper des montres de merde avec les bonnes pour obtenir quelque chose. Il n'y a pas de règles d'engagement qui ont été établies, et cette opacité, plus que toute autre chose, est ce qui démoralise les collectionneurs en leur faisant croire que le jeu est truqué.

J'aimerais donc proposer quelques règles que les marques pourraient envisager d'adopter. Bien sûr, nous avons parlé du système de parrainage dans le premier article, qui exige essentiellement que vous demandiez à quelqu'un de se porter garant pour vous auprès d'une marque en vogue. Ensuite, les marques devraient vous donner des indications claires sur ce qu'il faut faire pour pouvoir acheter les pièces que tout le monde veut. Prenons l'exemple d'AP : Le perpétuel ajouré en céramique noire est pour moi le graal de tous les graals. C'est la montre de collection ultime. Il n'y a rien de plus sexy sur la planète aujourd'hui que cette pièce. Si, dans l'esprit d'AP, il faut dépenser 2 millions de dollars pour obtenir cette montre, dites-le simplement pour que nous le sachions et que nous puissions cesser de demander ou de rêver et travailler activement pour y parvenir. Dans un autre ordre d'idées, si le seuil pour une Jumbo est de 75 000 dollars de dépenses chaque année pendant au moins 3 ans, dites-le nous aussi. Faites-nous savoir ce que nous devons faire, au lieu d'en faire une boîte noire qui laisse tout le monde dans l'incertitude.

Et surtout, arrêtez de faire comme si les consommateurs avaient un budget illimité et étaient de mauvais acteurs s'ils vendent une montre. Bien sûr, si quelqu'un obtient une montre et la vend le lendemain, il mérite d'être mis sur liste noire. Mais si quelqu'un a une montre depuis, oh je ne sais pas, disons 3 ans, et qu'il s'en est lassé ou qu'il est dans une situation où il a besoin d'argent, ne le pénalisez pas pour avoir vendu sa montre. Peut-être que c'est 2 ans. Peut-être que c'est 5 ans. Je ne connais pas la réponse, mais donnez-nous les règles que vous voulez que nous suivions, et je vous garantis que la plupart des collectionneurs les suivront parce qu'ils veulent pouvoir être des clients à long terme.

Si l'attrait des marchés du luxe a toujours été, d'une certaine manière, cette idée de mystère et d'accès, la définition du luxe a radicalement changé au cours des dernières années. La génération actuelle a grandi en utilisant une application tous les samedis matin pour essayer de gagner la dernière paire de baskets ou de streetwear à la mode. Ils apprécient la transparence et comprennent que, même si vous avez une entreprise à gérer, c'est toujours de leur argent dont vous avez besoin pour la faire fonctionner. Si nous pouvons établir des règles de base qui donnent à chacun le sentiment qu'il sait au moins ce qu'il doit faire pour obtenir ce qu'il veut, je pense que tout le monde jouera le jeu plus durement.

---
Ma nouvelle montre : HDDWatches (aussi sur Twitter)
Les Origami Watches : www.origami.watch.

Montres1
[image]
Lagos - Nigéria,
27/09/21, 11:09

@ Origami
 

Un article sur les politiques commerciales des marques

C'est très vrai, la frustration des collectionneurs augmente à mesure que des spéculateurs se précipitent sur le marché des montres pour revendre avec une grosse culbute des pièces achetées au prix catalogue (quand ce ne sont pas les revendeurs eux-mêmes qui écoulent au marché gris leurs pièces pour faire de meilleures marges - même si cela est risqué).

Je suis d'accord avec la conclusion, un collectionneur serait prêt à conserver un pièce quelques années de plus avant de la revendre afin de rester dans les petits papiers d'une marque, même s'il est rappelé fort justement que nous n'avons pas de fonds illimités et qu'il faut souvent faire des arbitrages.
Merci du partage Origami

isosta
[image]
yonne,
28/09/21, 12:07

@ Montres1
 

Un article sur les politiques commerciales des marques

Et bien moi ça me défrise totalement de lire de telles inepties !

"messieurs les dieux fabricants dites nous ce que nous devons faire pour avoir le droit de dépenser des fortunes pour vos montres ...."

incroyablement absurde !

ce qu'il faut faire c'est ... RIEN ! :lol3: et ne jamais acheter une montre neuve au dessus de son tarif !

It's my choice and I believe it :cool:

Isosta

Montres1
[image]
Lagos - Nigéria,
28/09/21, 14:36

@ isosta
 

Un article sur les politiques commerciales des marques

Il est clair que je ne me sens pas concerné par ce "problème" de collectioneur, mais je me mets à la place du collectionneur qui se tape des Rolex Cellini, des "Mobutu" ou autres montres pas forcemment "sexy" pour remonter sur la liste d'attente d'une Daytona, pour se voir entendre dire "ah désolé, vous avez revendu votre Cellini, vous êtes blacklisté..." comme le suggère l'article.
Je comprends la problématique, même si encore une fois je ne suis pas vraiment concerné.

Exupery
[image]
28/09/21, 21:28

@ Origami
 

Un article sur les politiques commerciales des marques

Surréaliste, les fournisseurs qui prennent leur clientèle pour des héroïnomanes, les clients qui se comportent en fumeurs de crack et l'auteur de l'article qui trouve ça normal. Entièrement d'accord avec Isosta (idem pas vraiment concerné, faisant partie des fondus qui n'aiment que les objets ayant vécu).

Sur les listes d'attente, les fabricants (pardon, le fabricant) qui organisent ces pseudo-pénuries se fichent du monde de bien vile manière. Si encore ils faisaient des séries limitées. D'autant que ceux qui n'aiment pas le vintage et sont pressés d'acheter leur Dayto neuve peuvent pour 10% du prix de la montre passer un weekend à Dubai et l'acheter sur place.

---
Proverbe: "A man with a watch knows the time. A man with two watches is never sure"

capitaine56

Page d'accueilToujours près de la mer,
28/09/21, 23:22

@ Exupery
 

Un article sur les politiques commerciales des marques

Bien vu, le week-end à Dubaï!
J'en achète deux, j'en revends une, j'ai laaaargement payé mon WE!

---
Je tiens beaucoup à ma montre, c'est mon Grand Père qui me l'a vendue sur son lit de mort (W. Allen)

renaud
[image]
28/09/21, 23:19

@ Origami
 

Un article sur les politiques commerciales des marques

A la lecture de cet article je ne me sens pas plus idiot avant qu'après. Beaucoup de poncifs éculés et datés. Avec un verbiage différent, certes.
Quand à la marque à la couronne, célébrons au moins son génie marketing à défaut de son aide à lutte contre la contrefaçon.:-|

---
Je préfère une 100 mètres chez Rolex à une 200 chez beaucoup d'autres.

279239 messages dans 23018 discussions, 38520 usagers enregistrés, 413 usagers en ligne (8 enregistrés, 405 invités) :
ed2007, Ed the Grocer, capitaine56, nonosore, Madelon, Stoukboy, leo.muriset, PIX4U
RSS Feed
powered by my little forum