Grand Seiko SBGH255, pour ceux qui savent ... (Revues & Essais)

posté par gnkt Page d'accueil , 24/05/19, 01:02
(Modifié par gnkt le 24/05/19, 01:45)
[image]

Amateur de montres de plongée, je collectionne depuis toujours les Seiko Diver's.
C'est par les montres de plongée que je suis venu à Grand Seiko : ma toute première GS a été la SBGA029 à calibre Spring Drive, exclusivité du Shinshu Watch Studio (EPSON).
Très exactement 10 ans plus tard j'ai acquis une autre GS de plongée tout aussi exclusive, produite par le Shizukuishi Watch Studio (SII), la SBGH255 motorisée par un calibre 36000 alternances, une autre spécialité de la marque.
Que de chemin parcouru en une décennie, entre ces deux montres qui reflètent bien la différence de philosophie des deux studios.

L'ami AutrichonGris, grand connaisseur s'il en est, avait déjà parlé de sa SBGH255. Il aurait d'ailleurs été impensable qu'elle ne fasse pas partie de sa collection.
Pour ma part, après 12 mois de vécu au quotidien et un peu de recul j'ai pris le temps de mieux découvrir et comprendre cette GS qui n'est vraiment pas comme les autres.
C'est le moment de partager mes impressions et quelques photos de ma SBGH255.

La GS Diver's 600m Professional a été lancée en 2017, l'année charnière où Grand Seiko est devenue une marque indépendante de Seiko ... au moins sur le plan marketing.
Elle arbore donc un cadran conforme à la nouvelle charte, où le logo SEIKO a disparu.

Pour être franc, je ne suis en principe pas un grand fan des nouveaux cadrans que je trouve en général moins bien équilibrés esthétiquement, même si il y a quelques exceptions.
J'ai quand même fait l'acquisition de quelques GS à "nouveaux cadrans" mais avant de franchir le pas, il y a eu à chaque fois une longue réflexion et il fallait que ces pièces aient vraiment quelque chose de particulier et se démarquent du reste de la production GS.
La SBGH255 fait partie de mon top parmi les nouveaux cadrans.

J’ai longtemps hésité entre la SBGH257 (cadran bleu, édition limitée 500 pièces), et la SBGH255 (édition ‘régulière’ à cadran noir).
Les deux modèles partagent le boitier et le bracelet en titane, le calibre 9S85 HiBeat à 36000 alternances, les aiguilles des minutes et heures en ailes de mouche.
[image]
Merci Dom d'avoir amené ta belle bleue pour la photo de famille ;-)

Une fois n'est pas coutume, je ne suis pas allé vers l’édition limitée car j’ai trouvé que la version noire était plus cohérente, notamment vis à vis de l’histoire de Seiko en matière de montres de plongée.

Comme souvent, les designers ont été puiser l’inspiration dans l'histoire de la marque.

Les clins d’oeil à la 6159-7000 de 1968 sont assez flagrants.
Pour ceux qui ne connaissent pas, la 6159-7000 est une plongeuse pur jus, avec des index cerclés et des aiguilles dorées, et un calibre 36000 alternances.
[image]
Source : SEIKO DIVER’S WATCH EVOLUTION / Ikuo Tokunaga

Bien que GS n’ait pas d’histoire particulière en matière de montres de plongée, la référence à la glorieuse ancêtre badgée SEIKO me plait particulièrement, surtout pour une GS à nouveau cadran ;-)

Le design de la boite doit également beaucoup à la glorieuse histoire de GS.
La fameuse "Grammar of Design" élaborée à partir de 1962 par Taro Tanaka, ça vous rappelle quelque chose ?
Les angles saillants, les surfaces plates (plus tard polies à la mode Zaratsu tant qu'à faire) le cadran et les aiguilles parfaitement plats, pour maximiser la réflexion la lumière ...
La plus belle application de ces règles est la fameuse 44GS de 1967, dont le dessin intemporel est largement utilisé à toutes les sauces (et même un peu trop à mon goût) par GS jusqu'à aujourd'hui.

On constate que ces mêmes règles ont été appliquées en 2017 pour créer la boite de la SBGH255.
Très exactement 50 ans après la sortie de la 44GS voilà donc la "Grammar of Design" réutilisée sur une boite au design entièrement nouveau.
Ce dessin inspiré du passé et les lignes de cette boite taillée à la serpe tranchent résolument avec la silhouette plus contemporaine de ma SBGA029.
[image]
[image]
[image]

Nous voici devant un nouvel épisode de la querelle des anciens et des modernes, de la tradition vs la modernité, de la rivalité entre Daini (SII) et Suwa (EPSON), du HiBeat vs le Spring Drive, ... vous choisirez la métaphore qui vous convient.;-)

Les cornes sont très courtes et légèrement incurvées, avec un design qui est à lui seul un morceau de bravoure : 5 facettes polies Zaratsu, 3 brossées.
[image]

Résultat : malgré un diamètre conséquent de 46,9mm et une épaisseur de 17mm, cette plongeuse de pose parfaitement sur mon poignet de 17,5cm.
[image]


Seiko n'utilise pas de valve à hélium sur ses plongeuses Pro (qui arborent la mention PROFESSIONAL sur le cadran), mais un joint spécial en forme de L qui rend inutile la valve.
La forme et la taille de ce joint ont très probablement une conséquence sur l'épaisseur de la boite.
C'est d'ailleurs une caractéristique commune à mes Diver's Pro : SBDB001 MM600, Tuna Emperor, Darth Tuna, SBGH0255.

La SBGH255 est massive, ce n'est clairement pas une montre pour fillette, mais sur le poignet elle parait beaucoup moins large que le diamètre annoncé.
Elle est étonnamment confortable grâce au titane haute densité utilisé par Seiko.
Le poids annoncé par GS est de 174g ... à titre de comparaison ma SBGA029 acier affiche 201g sur la balance.

La lunette est typiquement Seiko : 120 clics et graduations sur 60 minutes.
Elle a un rendu brillant qui fait penser la céramique. Mais en réalité GS a fait le choix d'utiliser l'acier pour des raisons de solidité (la céramique est sujette à la casse/aux éclats en cas de chocs).
La lunette est spécifique à ce modèle, elle est plus large que celle de la SBGA029. Fort heureusement GS n'est pas tombé dans la facilité en réutilisant des composants existants dans la banque d'organes, mais une lunette spécifique a été utilisée pour préserver l'homogénéité des proportions avec les dimensions de la boite.
Un de mes contacts bien informé qui a ses entrées à Morioka m'a expliqué que sur la SBGH255 le profil de la lunette a un angle plus prononcé que sur la SBGA029, pour permettre aux manches de chemises de glisser plus facilement afin de compenser l'épaisseur de la boite.
Enfin une Diver's Pro portable au quotidien avec des manches longues !!!:lol2:
[image]

La rotation unidirectionnelle est souple, avec des clics bien marqués.
J'avoue néanmoins que je préfère la sensation de la lunette de la SBGA029 qui est un peu plus ferme.

Le verre saphir plat est traité anti reflet sur la face interne.
Il est positionné légèrement en dessous du plan supérieur de la lunette.
Un spacer ring métallique est placé entre la lunette et le saphir.
C'est à tous ces petits détails qu'on réalise que le niveau d'exigence est bien plus élevé sur la SBGH0255 comparativement à une SBGA029 plus "grand public" ... si on peut utiliser ce qualificatif pour une GS :lol:

Le cadran est une autre particularité de cette GS Diver's HiBeat.
Shinichiro Kubo était en charge du design de la 255 lorsqu'il a effectué sa toute première plongée.
[image]
Shinichiro Kubo - Credit Photo SJX

En observant la forme des bulles d'air qui remontaient à la surface, en contre-jour, il a eu l'idée de créer un cadran inspiré par cette vision.
Kubo san observa également sur la Golden Tuna qu'il portait au poignet pendant cette plongée que la couleur dorée disparait progressivement sous l'effet de la profondeur, en accentuant l'impression de taille des index et des aiguilles, et l'impression de lisibilité globale.
[image]
Credit Photo SJX

Ce cadran est pour moi un vrai tour de force.
Il n'est pas guilloché mais très probablement fabriqué par pressage, une technique de GS maitrise et utilise très fréquemment pour obtenir des motifs et des textures complexes sur les cadrans.

Les motifs carrés ont une face supérieure polie pour tenter de donner un effet brillant comparable à la vision des fameuses bulles d'air.
[image]
Lorsqu'on l'examine de près, on constate que le cadran est noir.
Mais au poignet, les éléments dorés lui confèrent un rendu beaucoup plus subtil.
Selon l'éclairage et l'inclinaison de la montre, on observe des variations de couleurs qui vont du marron chocolat au noir en passant par une multitude de nuances de gris.
Le rendu chromatique vraiment très différent de celui de la SBGA029.
[image]

Le cadran est fabriqué en fer, pour obtenir une meilleure protection du mouvement contre les champs magnétiques.
GS annonce une résistance de 16000 A/m, bien plus élevée que celle de la plupart des GS (les SBGX291/293 quartz anti-magnetic sont hors catégorie avec 40000 A/m)

Les index sont luminescents (normal pour une plongeuse) avec un cerclage doré que je n'avais jamais vu jusqu'alors chez GS.
Je connaissais les cerclages plats utilisés par Seiko sur les MM300 et MM600, les cerclages biseautés qu'on trouve sur les GS SBGA029/031.
Ceux de la SBGH255 sont un mixte des deux : flancs biseautés et partie supérieure plate.
[image]

Les aiguilles reprennent le dessin habituel utilisé pour les plongeuses Grand Seiko avec :
le triangle à l'extrémité de l'aiguille des minutes,
le design en aile de mouche de l'aiguille des minutes,
le contrepoids rond situé à l'extrémité la plus courte de la grande seconde
le Lumibrite pour assurer pour l'effet sapin de Noêl dans l'obscurité

[image]

La lisibilité est évidemment parfaite : les aiguilles se positionnent jusqu'aux graduations des minutes sur le réhaut, c'est net, précis, et ... conséquence directe du diamètre important, point besoin de cyclope pour lire facilement la date <;-) >
Bref, un cadran de plongeuse comme je les aime : lisible au premier coup d'oeil.

Tout comme la lunette, le bracelet en titane est lui aussi spécifique à la SBGH255.
Il est constitué d'éléments brossés et polis (Zaratsu évidemment).
[image]

L'extrémité des maillons est légèrement biseautée, à la différence des maillons arrondis utilisés sur la SBGA029.
[image]

Le dernier maillon (end-link) a également un dessin spécifique afin de s'intégrer visuellement avec la géométrie particulière des cornes.
[image]

La boucle sécurisée, avec extension pour la plongée est celle qu'on retrouve sur les plongeuses GS.
[image]


On ne peut décemment pas parler d'une GS en omettant de dire quelques mots du mouvement.
La SBGH255 est motorisée par le 9S85 HiBeat "standard" (au sens où il n'a pas fait l'objet d'un ajustement poussé comme les HiBeat Special, dotés du lion en or incrusté dans le rotor).
Je ne mesure plus la dérive de mes GS depuis belle lurette, la précision n'étant plus un enjeu avec les 9R et les 9F et mes HiBeat.
Je me souviens qu'au moment d'un changement de date en fin de mois, après avoir porté la montre pendant 7 jours, j'ai par hasard jeté un coup d'oeil sur l'horloge radio pilotée qui me sert de repère.
Résultat : +6 sec sur 7 jours.
Inutile d'en dire davantage ;-)


La SBGH255 est un condensé de tout ce que j'aime chez GS.
Les designers ont poussé le souci du détail à un niveau que j'ai rarement vu sur une GS, que ce soit sur la boite, les motifs du cadran, les maillons du bracelet.
Comme souvent chez GS il y a une multitude d'indices cachés, comme autant de symboles à découvrir (par ceux qui savent ;-)) qui font référence à l'histoire de la marque et à l'environnement dans lequel évoluent les horlogers de la manufacture japonaise.

Le tarif demandé est élevé, mais à mes yeux cette pièce est vraiment une GS hors catégorie.
Elle boxe clairement dans une catégorie supérieure à celle des SBGA029/031.
Etant un grand maniaque qui tient à conserver mes GS en bon état cosmétique, je ne porterai certainement pas cette montre pour barouder et plonger aux 4 coins du monde.
Mes autres Diver's Pro ou ma SBGA029 font parfaitement le job pour ce genre d'activités.


Enfin, GS a récemment annoncé des déclinaisons plus abordables, les SBGX339/335/337 (calibre 9F61, boite acier aux dimensions plus raisonnables) qui arriveront prochainement dans les Seiko Boutiques. Mais c'est une autre histoire ...


Amicalement,

[image]
[image]
[image]
[image]

---
GS, pour ceux qui savent ...
Instagram @gnktwatch


Discussion complète:

265081 messages dans 21955 discussions, 33754 usagers enregistrés, 66 usagers en ligne (1 enregistrés, 65 invités) :
tchutteluci
RSS Feed
powered by my little forum