Le départ, c'est dimanche prochain (Articles)

posté par capitaine56 Page d'accueil , Toujours près de la mer, 24/06/18, 18:42
(Modifié par capitaine56 le 24/06/18, 19:55)

Oups! Gros problème d'images. Je reviendrai.

Voilà voilà voilà, c'est reparti!

Connaissez-vous ce personnage?

[image]

Non?

Et celui-ci?
[image]

Peut-être?

Je vous parle d'un temps que les moins de cinquante ans ne peuvent pas connaître. Il faut donc aider certains d'entre vous.

Connaissez vous ce bateau?
[image]

Non?

Et celui-ci?
[image]

Là, c'est trop facile, on peut lire son nom!

Vous avez compris, je vais encore vous pomper l'air avec des histoires de bateaux. Il faut bien participer à l'éducation des foules terriennes.

De bateaux, d'hommes, de navigation et de montres.

Le premier des bonshommes dont vous avez vu le portrait s'appelle Robin Knox-Johnston, SIR Robin Knox-Johnston, pour être précis.

Le second se nommait Bernard Moitessier. Ah, quand même! Vous en ouïtes parler. Peut-être même avez-vous lu l'un de ses bouquins?

L'un et l'autre s'illustrèrent dans une course à la voile qui se déroula en 1968 et 1969. Simple comme bonjour: effectuer un tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance.

Le premier, Robin, prit la mer à Falmouth le 14 juin 1968 et franchit en vainqueur la ligne d'arrivée le 22 avril 1969, soit après 312 jours de navigation ininterrompue en solitaire.

Le second, Bernard, parti six semaines après le britannique et, sur le point de le dépasser, décida d'abandonner la course et de poursuivre son chemin jusqu'à Tahiti, devenant ainsi le premier homme à boucler un tour du monde et demi seul sur un bateau.

Une jolie paire de fondus, quoi. Les autres concurrents, au nombre de sept, connurent des fortunes diverses. Six abandonnèrent. Le dernier ne quitta jamais l'Océan Atlantique où il tourna longuement en rond, tout en communiquant de fausses positions, avant de se suicider, victime de troubles mentaux.

Cette course de folie donna naissance, au «BOC Challenge» et au «Vendée Globe» qui, à leur tour, furent à l'origine de courses contre la montre à bord d'engins de plus en plus sophistiqués, générant une course à l'armement si délirante que quelqu'un, bien loin dans l’hémisphère sud, répondant au nom de Don McIntyre, né natif de l'Australie, se dit un jour:

«Bon, ça suffit! Revenons aux fondamentaux.»

[image]

Don McIntyre. Incroyable aventurier australien, mérite un tas de bouquins à lui seul.
Image «Ouest France»


Quels sont les fondamentaux en matière de circumnavigation?

Avant de poursuivre, je prie le lecteur de bien vouloir noter que certaines illustrations et affirmations à venir sont à prendre aux second degré

-Un bateau costaud
[image]


-Un sextant
[image]


-Une montre
[image]


-Un loch
[image]


-Des cartes nautiques en papier (si possible, imperméable, le papier)
[image]


-Un compas à pointe sèche
[image]


-Un compas de navigation
[image]


-Une règle Cras, une règle auto-cap ou un rapporteur breton, selon les goûts, le but à atteindre étant le même, tracer la route sur la carte en papier à l'aide des sous-dits:
[image]


-Crayons et gommes assorties
[image][image]

-Un journal de bord
[image]


-Des vivres pour un an, dont les confitures de Mère-Grand et plein de boîtes de pâté Hénaff
[image]


-Quelques vêtements chauds, on ne sait jamais, dont un bonnet de laine
[image]


-Un chapeau de paille pour le grand soleil
[image]


-Le maillot de bain est facultatif: a priori, il n'y a personne à moins de 1000 miles pour vous regarder
[image]


-Des seaux (important, les seaux!)
[image]


Vous ajoutez quelques condiments indispensables:

-Un grand bol de courage

-Une grosse dose de persévérance

-Une marmite de patience

-Beaucoup de calme et de sang-froid

-trois ou quatre grandes cuillères d'énergie et plus si affinité

-Deux ou trois louches d'inconscience

Vous laissez mitonner un an ou deux en touillant de temps en temps, pour que le mélange prenne bien. Il ne vous reste plus qu'à déguster.

Et pour déguster, vous allez dé-gus-ter!

-Le trop chaud
[image]


-Le grand froid
[image]


-Le calme plat
[image]


-Le gros temps
[image]


-Le trop plein d'eau de mer
[image]


-Le trop plein d'eau de pluie (pensez à sortir les seaux pour remplir la réserve)
[image]


Sans parler de tout ce qui s'use, qui casse, se desserre, se dévisse, se tord, ou qui se déchire et qui fuit, se bouche, tombe en panne, tombe à la mer ou dans des recoins inaccessibles, ni parler non plus de tout ce qu'on a oublié au dernier moment, dont les confitures de Mère-Grand.

[image]


[image]



Bref, une suite d'emmerdes pendant lesquels vous vous demanderez ce que vous avez bien pu faire
au Bon Dieu et à tous les Saints du Paradis pour qu'ils vous collent dans une pareille galère.

Et après, après...vous serez content! Un barjo de plus, un!

Ceux qui ont tourné le dos aux fondamentaux embarquent:

-Ordinateurs-Téléphones satellitaires-Décodeurs météo-Cartes électroniques-GPS-Et j'en passe!
[image]


-Panneaux solaires
[image]


-dessalinisateurs
[image]



-Combinaisons étanches-isothermes-flottantes avec climatisation interne auto-régulée
[image]

Seyant, non?


-Bouffe lyophilisée et sur-aliments pour soixante jours maxi et encore…
[image]


ça donne envie, ça donne envie


En matière de condiments, ils embarquent, reconnaissons-le, les mêmes que ceux cités précédemment. Ensuite, ils en bavent aussi, mais moins longtemps.

Et après, après... ils ne sont pas contents: tandis qu'ils tournaient autour du monde à 15,75 nœuds de moyenne, un autre loustic tournait, juste derrière, à 15,85 et il faut tout recommencer.

Pigé?

Reprenons dans l'ordre et en analysant point par point.

En premier, il faut un bateau, exclusivement monocoque. Catamaran, trimaran, prao, pirogue à balancier, verboten! Comparons:

Celui de la GGR mesurera au maximum 36 pieds (en gros, 12 mètres), sera fabriqué en bois ou en plastique et disposera d'une quille longue avec un safran intégré. Selon le goût de chacun, il portera un ou deux mats.

[image]

Le «Matmut» de J.L. Van Den Heed
Photo R. Gergaud

L'engin du recordman, long de 60 pieds, issu de la conception assistée par ordinateurs et du cerveau ravagé de quelques architectes agités du bocal sera composé d'éléments inspirés de l'aéronautique, de la recherche spatiale et sera fabriqué de matériaux composites, de carbone, de titane, de kevlar et autres bizarreries. Il aura des foils, une quille pendulaire, des safrans doubles et compensés et devra s'extraire de l'eau pour «voler» (sis si!) à la moindre risée.
[image]


-Le sextant:
Obligatoire sur les deux types de bateaux, indispensable sur le bateau du GGR, inutile sur la bête de course où il sera en plastique ultraléger et rangé au fond d'un équipet.

-La montre:
Indispensable sur les deux embarcations, elle sera obligatoirement mécanique dans le premier cas, où elle servira à déterminer avec son pote le sextant la position approximative du navire et le mois éventuel d'arrivée.

Intégrée dans tous les ordis, GPS et autres fourbis dans le second cas, elle permettra de connaître au centième de seconde près l'avance ou le retard sur le précédent record.

-Le loch:
Une petite hélice ou une petite roue à aube sous la coque du bateau, indiquera en gros la vitesse vaguement moyenne du 36 pieds.

Rebaptisé speedomètre et intégré aux différents écrans sur le monstre, il indiquera au centième de mile la distance exacte parcourue, la vitesse instantanée, la vitesse moyenne atteinte, celle que l'on voulait atteindre et le dernier record depuis vingt quatre heures.
-Les cartes:
Du papier d'un côté, des écrans multicolores en trois D de l'autre

-Un compas à pointe sèche sur le premier, un: «Un quoi à pointe sèche?» sur le second

-Une règle Cras (Auto-cap ou rapporteur breton), un: «Hein? une règle quoi?» en deux

-Crayons et gommes d'une part, claviers, souris, commandes digitales d'autre part

-Un journal de bord en forme de gros cahier posé sur la table à carte en bois et un appareil photo argentique. En face, des mémoires bourrées de méga-octets, de brefs textos et pleins de caméras qui enregistrent tout et envoient des images en direct dans tous les coins du monde.

Passons sur le reste et revenons aux montres sur les seuls navires qui nous intéressent, ceux de la première catégorie, qui seront, probablement, dix neuf au départ du Challenge le 1er juillet prochain aux Sables d'Olonne. Oui, il s'est trouvé de par le monde une vingtaine de zigotos disposés à relever le défi:

Les nations représentées, par ordre alphabétique:
Autriche, Australie, Estonie, Finlande, France, Inde, Irlande, Italie, Norvège, Palestine, Royaume Uni, Russie, USA.

Notez au passage qu'il y a d'étonnantes nationalités ici présentes: je veux bien croire qu'un Palestinien ait pu naviguer sur la Mer Morte, ce qui ne manque pas de sel, mais un Autrichien? Certes, le Zeller See couvre 750 kilomètres carrés, mais, 1/ C'est de l'eau douce et 2/ C'est à 750 mètres d'altitude. Quand on a fait quatre kilomètres dans un sens et un kilomètre et demi dans l'autre, on n'a pas rencontré beaucoup de déferlantes...
Laissons cela et passons aux choses sérieuses: quelles marques et quels modèles de montres embarqueront-ils?

Parmi les partenaires de la compétition:

RALPH TECH. Cela est cohérent avec la politique de la marque qui se positionne sur le marché des montres de «baroudeurs»

Je me suis payé le culot de contacter Don McIntyre dans mon anglais approximatif. Il a eu l'obligeance de me répondre dans un français hasardeux. Mais nous nous sommes compris. Je lui est transmis un questionnaire à soumettre aux participants dont vous trouverez copie ci-dessous:

Pendant le Golden Globe Challenge,

-Quelle marque de montre de poignet avez-vous choisie:
-What brand of wrist watch did you choose:

-Quel modèle:
-What model:

-Combien d'exemplaires emportez-vous:
-How many do you take:

-Avez-vous à bord un chronomètre fixe:
-Do you have a fixed chronometer:

-Quelle marque:
-What brand:

-What model:

-Quel est votre nom:
-What is your name:

- Quelle est votre nationalité:
-What is your nationality:

-Quel est le nom de votre bateau:
-What is the name of your boat:

-Quel est votre principal sponsor:
-Who is your first sponsor:

-Avez-vous un sponsor «montre et chronomètre»
-Do you have a special sponsor « watch and chronometer

Merci d'avoir pris le temps de répondre à ces questions
Many thanks for your answers



Avouons-le: autant Don Mcintyre s'est montré disponible, autant j'ai eu du mal à obtenir des réponses des concurrents. Je les comprends: Ils ont autre chose en tête et mille priorités hautement prioritaires mais bon.

La maison ne reculant devant aucun sacrifice, je me rends cette semaine aux Sables d'Olonne pour y rencontrer les héros de la fête.

Ce long voyage fera l'objet du second volet de ce long article.

A bientôt.

---
Je tiens beaucoup à ma montre, c'est mon Grand Père qui me l'a vendue sur son lit de mort (W. Allen)


Discussion complète:

272746 messages dans 22520 discussions, 36283 usagers enregistrés, 241 usagers en ligne (1 enregistrés, 240 invités) :
Mnementh
RSS Feed
powered by my little forum