capitaine56


Toujours près de la mer,
12/02/24, 18:51
(Modifié par capitaine56
le 12/02/24, 19:00)
 

Montre Bretonne; eurier Breizh (Général)

UNE MONTRE BRETONNE

Chapitre 1: connaissez-vous ce magnifique pays

[image]

Oui ? Tant pis, on y va quand même. Ce pays n’est PAS la France. Ce pays n’est EN France que depuis 1532. On y parle trois langues (3) : à l’ouest, le BRETON, où le nom de mon cher pays se dit « BREIZH », à l’est, le GALLO, (dit aussi « langue gallèze ») chez qui le nom se prononce BERTEGN (les Gallos ont la réputation d'être susceptibles; je suis Gallo, vu?) et un peu partout le FRANÇAIS depuis que la « BRETAGNE » a été colonisée (en 1532 comme je vous l’ai dit.)

Connaissez-vous ce petit fleuve ?

[image]

Non ? Ah, on ne progresse pas vite! Ce fleuve BRETON se nomme « La Vilaine », (un nom stupide et totalement inadapté, donné, sans aucun doute, par un Français.)

Connaissez-vous ce village tout près du bord de la Vilaine, ( toujours ce nom ridicule et parfaitement inexact,)

[image]

Non ? Bien, bien, bien. Suivez le guide ! Vous êtes ici à Férel, dans le Morbihan (Mor Bihan signifie «  Petite Mer », comme tous les gens un peu cultivés ne l’ignorent pas. C'est un nom rigolo pour un département qui borde l'Atlantique))

Connaissez-vous ce lieu-dit ?

[image]

Non ? De mieux en mieux. Attention, c’est tout près de la rive de la Vilaine (vous savez, ce nom absolument mensonger). Ce trou perdu fait partie de Férel.
Connaissez-vous cet atelier ?

[image][image]

Non ? Voilà qui est parfait : c’est précisément là que nous allons. C’est un atelier d’horlogerie, pas comme n’importe quel atelier d’horlogerie, mais un atelier d’horlogerie unique ; sinon, pourquoi vous emmener dans un atelier d’horlogerie, vous en connaissez des tas, d’ateliers d’horlogerie.

Connaissez-vous cet horloger ?

[image]

Non ? Et pourtant...je vous en ai longuement parlé, autrefois dans un article à lui-même consacré. Vous avez oublié ? Vous ne l’avez pas lu ? Vous avez bien tort. Il est pourtant connu, cet horloger qui travaille seul dans son atelier d’horlogerie à lui. Mais pas encore suffisamment reconnu, parce qu’il est très réservé, voire timide et qu’il n’aime pas être dérangé par n’importe qui, genre :

« Salut, mec, je veux que tu changes vite fait la pile de ma Festina à quartz. Magnes-toi, j’suis pressé ! »

Tout comme un autre horloger que vous connaissez tous, lui, vous savez, ce type qui fabrique des super-chouettes montres, qui répond (quand il a le temps) au surnom de LAO et qui demeure à Cap Breton, lieu-dit qui ne se trouve pas en Bretagne, au demeurant.
Bon. Je vais donc vous parler de cet horloger qui travaille seul dans son atelier d’horlogerie dans un coin paumé des bords de la Vilaine (quel nom à la con !) en Bertègn (c’est du gallo) :

C’est un immigré, apparemment de race française, variété normande, mais chacun sait qu’il y a depuis quelques années plein d’immigrés dans notre belle Breizh et qu’il y a belle lurette que la Bretagne n’est plus une terre d’exil, mais une terre d’accueil pour des tas d’étrangers de ce genre, venus d’outre-Vilaine, et qui font monter vertigineusement les prix du moindre penn ty (petite ferme pour les non-bretonnants) Et bien, notre immigré, qui a fait souche non loin de la jolie Vilaine, il construit, avec ses petites mains et ses outils anciens (nous en reparlerons) vous savez quoi ? Une montre !

Et comme vous avez eu la patience de lire les « konirioù » (en français : conneries) du vieux jusqu’ici, ce vieux (à propos, le dit vieux à célébré ses 81 hivers le 9 janvier 2024, ce qui explique en partie ses délires et divagations) il va laisser la parole à notre exilé, dont le nom et le prénom sont : Simon Lefrançois (preuve ,s’il en était besoin, qu’il n’est pas Breton.)

Chapitre 2 : Simon Lefrançois par lui-même :

« J’ai découvert l’horlogerie à l’âge de 16 ans. Je fus saisi d’une passion dévorante pour cet univers et particulièrement celui de l’horlogerie ancienne quand j’ai fait la connaissance d’une extraordinaire horlogère qui avait son atelier dans un petit village du Lot. Cette rencontre m’a décidé à suivre la formation de l’école d’horlogerie de Bordeaux. C’est alors que j’ai enfin trouvé un intérêt à l’école !

Ayant passé mon CAP, j’ai fait le choix de partir sur les chemins de l’horlogerie suisse. Du haut de mes 19 ans, me voilà débarquant à Sainte Croix chez Vianney Halter.

[image][image]

Ce fut une expérience très enrichissante et la découverte d’une autre forme d’horlogerie que je ne connaissais pas. A l’école, nous ne parlions que très peu de la Suisse et de tout son vivier de savoir et d’artisans d’exception.
Ensuite, la vie m’a emmené à Genève où j’ai découvert une horlogerie beaucoup plus « industrielle », si j’ose dire, en fréquentant des manufactures comme Patek Philippe et François Paul Journe. Dès que j’en ai eu l’occasion, je me suis spécialisé dans le domaine des montres plus anciennes en commençant dans le service après-vente des montres « vintage » chez Vacheron Constantin. D’autres expériences ont suivi sur Bienne chez Omega, toujours à la restauration des pièces anciennes et à la Chaud-de-Fond avec un court passage chez Greubel Forcey.

[image]

Puis, je suis retourné chez Vacheron, cette fois-ci dans le service des montres les plus anciennes où j’ai pu travailler à la restauration et la conservation de leur très riche collection de pièces exceptionnelles. C’est ainsi que je me suis perfectionné et spécialisé dans les montres à complications.

Ma carrière prit un sacré tournant en 2017 quand j’ai décidé de rejoindre ma compagne dans le Morbihan. Je ne savais pas réellement ce que je ferai sur le plan professionnel. J’avais quand même mis dans mes valises quelques machines et outillages d’horlogerie…

Après la naissance de mon fils, un an plus tard, j’ai ouvert mon atelier d’horlogerie. J’ai découvert les bons et les mauvais côtés du travail en indépendant dans un pays où la profession d’horloger n’a pas le même éclat qu’en Suisse. Il m’a fallu réapprendre le métier de base car j’intervenais dorénavant sur des « garde-temps » beaucoup plus populaires. Pendant ces quelques années, je me suis complètement éloigné de l’horlogerie haut de gamme et de son actualité. Ouvrir mon entreprise m’a néanmoins permis de prendre confiance en moi, d’apprendre à organiser, à planifier, à gérer, à communiquer….

J’ai ressenti le besoin d’amener de la créativité dans mon travail, chose qui m’avait toujours manqué depuis que j’étais à mon compte. Étant indépendant et libre de mener mon emploi du temps comme je le souhaitais, j’en ai profité pour réaliser une première création : une montre de poche, fruit de mes premiers dessins et premiers essais. Ce choix de la montre de poche m’a semblé une évidence pour moi, venant du milieu de l’horlogerie ancienne. Je trouve cet objet intime et très attachant. L’idée directrice était déjà de travailler uniquement sur un style artisanal… Je ne me sentais pas encore prêt à révéler mon travail. Je ne connaissais pas non plus les réseaux sociaux et ne m’étais pas trop penché sur une stratégie de vente et de communication. Cette réalisation m’a permis de tâtonner, de cheminer par essais et erreurs pour créer MA montre, de me faire la main et de mieux appréhender la complexité d’un projet abouti.

[image]

Il m’a fallu investir pour compléter mon outillage, et apprendre à remettre en état certaines machines anciennes, les seules qui m’intéressaient et que je suis allé quérir pour l’essentiel chez nos amis helvètes. Dans une Bretagne éloignée de la Suisse et de l’activité horlogère, ce n’est pas facile de mener la réalisation d’une montre à son terme. Cette nouvelle expérience a elle aussi été très constructive et j’ai tenu à ce qu’elle reste personnelle. Fort de la réussite de ce premier prototype, j’ai décidé de me lancer un nouveau défi : dessiner et construire une montre-bracelet, montre qui devait correspondre à mes goûts. J’y ai œuvré seul, en fonction du temps que me laissait mon travail d’horloger-restaurateur et mes devoirs de père de famille.

C’est alors que j’ai découvert Instagram qui m’a reconnecté aux mouvances actuelles et à une horlogerie que je connaissais peu. Je me suis trouvé en contact avec des indépendants qui réalisaient des créations remarquables. Cela m’a encouragé à aller de l’avant. En juin 2023 j’ai cessé de prendre des commandes de réparations pour me consacrer exclusivement à la fabrication de ma montre et en octobre j’ai commencé, peu à peu, à communiquer sur Internet.
Voilà pour mon parcours. Je vais maintenant expliquer en quelques mots ma démarche de création pour ce projet et décrire la montre.

Chapitre trois : la montre.

Le dessin de la boite fut l’essentiel de mon travail. Ne fabriquant pas encore le mouvement, ce qui, bien qu’étant tout à fait dans mes cordes, m’aurait pris trop de temps, je me suis concentré principalement sur l’harmonie des éléments. J’ai rapidement décidé de créer des cornes rapportées qui se fixent à la boite.

[image]

Le design m’a tout de suite donné satisfaction et m’a offert davantage de possibilités pour modeler les volumes.

[image]

L’enjeu était de conférer à la boite à la fois une certaine légèreté et des traits affirmés. Beaucoup de mes choix ont été également guidés par les possibilités offertes par mes propres machines car j’ai, dès le début, fait le choix de ne pas sous-traiter, dans la mesure du possible, avec des entreprises extérieures, ce qui m’a conduit à une certaine créativité et à confronter mes idées et dessins aux spécificités de ces machines, sans la moindre intervention de ces appareils modernes truffés d’électronique.

[image]

Ainsi, pour pouvoir fixer les cornes et le fond, j’avais besoin d’une importante quantité de matière (acier), alors que je voulais affiner au maximum la partie haute de la boite ; j’en suis donc arrivé à faire une boite conique, ce qui, à mon sens, rééquilibrait l’ensemble.

[image]

J’ai ensuite fabriqué plusieurs prototypes pour trouver les degrés ou les centièmes de trop ou manquant afin que ça « matche » le mieux possible. Ce faisant, j’ai mieux compris à quel point le design horloger est exigeant et cela m’a permis d’apprendre encore beaucoup de choses. 

[image]

Une fois la boite terminée, je me suis attaqué au cadran. J’ai dû consacrer beaucoup de temps et effectuer de nombreuses tentatives pour trouver un style et un équilibre qui me conviennent. Ce n’était pas simple de réaliser ce cadran en ne travaillant que la matière. Je ne souhaitais toujours pas faire appel à d’autres artisans pour mettre de la peinture, de la gravure esthétique ou encore de l’émaillage…Après plusieurs essais, j’ai fini par évider du maillechort à la fraiseuse pour en sortir le disque central.

[image]

J’ai réalisé les plots en acier polis ou revenus à la flamme puis je les ai rivés au cadran.
 
[image][image][image]


L’ensemble comprend environ 50 pièces à usiner et à ajuster auxquelles il faut ajouter les finitions. Pour cette exécution je compte un mois de travail par montre. Je suis ouvert à une certaine marge de personnalisation pour le client tout en respectant l’architecture du cadran et mes techniques de fabrication. Par exemple, je propose deux couleurs de cadran et deux types d’aiguilles . Ces cadrans et aiguilles ont évidemment été dessinés, fabriqués et peints par mes soins.

[image][image][image][image][image][image]


Seules exceptions à la règle :

-Le mouvement. Dans les circonstances actuelles, j’aurais été contraint de consacrer trop de temps à la conception et la construction d’un modèle personnel. J’ai donc choisi d’utiliser un mouvement bien connu : un ETA 2892 A 2.
- Le verre. Celui-ci est en saphir traité antireflet.
- Les joints : il y en a trois, un autour du verre, un au fond, un sur la couronne. Néanmoins, par mesure de prudence, je ne garantis pas l’étanchéité de la montre.
- Le bracelet : il est en cuir, large de 18 millimètres, fourni par Molequin Oxford.

[image]

- L’étui de voyage : il est également en cuir et fabriqué sur mesure par une amie maroquinière.
- L’écrin : je l’ai dessiné moi-même. Il reçoit l’étui de voyage et comporte un logement contenant un tournevis pour permettre au propriétaire de changer aisément le bracelet. Cet écrin est en chêne, et est réalisé par un artisan menuisier local. J’en ai conçu et construit moi-même les charnières qui rappellent les vis de fond du boîtier.
-Enfin, j’ai fait appel à un graveur pour reproduire les inscriptions sur le cadran, la couronne et au dos du boîtier

[image]

Reste (presque) l’essentiel : le prix de l’objet ! Sachant qu’un mois m’est nécessaire pour réaliser mon travail, outre le coût des fournitures et des quelques interventions extérieures, j’ai fixé le prix de vente à 3600 euros TTC pour chaque montre, quelques soient le cadran et les aiguilles choisis. Enfin, s’agissant d’une série limitée, seuls 20 exemplaires numérotés seront proposés aux acheteurs.


[image]


[image]


Conclusion :

Le Capitaine espère que cette aventure menée par un jeune horloger indépendant vous aura intéressés. Il précise également qu’il ne perçoit aucune rétribution, commission ou avantage quelconque en nature.

ENFIN, en raison de son état de santé (mentale et physique), il cessera toute activité sur son forum favori dès qu’il aura, à l’aide du CDA (et d’autres supports), liquidé la plupart de ses montres (à l’exception de celles offertes par son épouse et celles qu’il destine à sa descendance) et tous ses bouquins relatifs à l’horlogerie.

Il tient à cet instant, à assurer tous les membres de Chronomania de sa sincère et amicale considération, à présenter ses excuses à tous ceux qu’il a pu froisser d’une façon ou d’une autre et à souhaiter longue vie et constant succès à CHRONOMANIA.

Par Saint Éloi, vive les montres !

:waving:

---
Je tiens beaucoup à ma montre, c'est mon Grand Père qui me l'a vendue sur son lit de mort (W. Allen)

Mnementh

Autan en emporte le vent,
12/02/24, 23:59

@ capitaine56

Montre Bretonne; eurier Breizh

Merci. (sobre pour une fois)

---
Rien ne va de soi...

JoeldeToulouse


13/02/24, 09:46

@ capitaine56

Montre Bretonne; eurier Breizh

Du grand art mon Capitaine, passionnant et une découverte remarquable !
Hors de question d'arrêter : une santé mentale défaillante on est tous concerné :lol:
A la barre mon capitaine !
:Applause_1:

Bertrand


13/02/24, 09:54

@ capitaine56

Montre Bretonne; eurier Breizh

un reportage très intéressant présentant la fabrication "à l'ancienne" des éléments d'habillage d'une montre, sans CNC.
Le design de la montre est très réussi je trouve et le prix étonnamment contenu compte tenu du travail réalisé.

merci Capitaine

Hulot
[image]

13/02/24, 10:20

@ capitaine56

Montre Bretonne; eurier Breizh

Pour écrire un tel article, une santé mentale défaillante ne suffirait pas : merci Capitaine ! Je trouve la montre de ce Morbihannais très alléchante. Et puis, étant natif des bords de la Vilaine, je suis bien d'accord avec vous : quel nom mal choisi pour un fleuve charmant ! Nous avons aussi la Sèche et la Rance, dans ce département. :-|

"Ils ont des montres rondes, Vive la Bretagne !
Ils ont des montres rondes, Vive les Bretons !"

louiset


13/02/24, 11:27

@ Hulot

Montre Bretonne; eurier Breizh

Bonjour capitaine,

Merci de mettre en avant le travail de cet artisan qui gagne a être connu.

Simon est une personne discrète, taiseux, bien à l'image de ce que je me faisais avant de le rencontrer, de l'horloger solitaire.

Je l'ai connu à son premier atelier d'Arzal et est découvert ensuite son nouvel atelier et ces impressionnantes machines.

Je trouve sa réalisation magnifique de pureté.

Bravo

Madelon


13/02/24, 15:46

@ capitaine56

Montre Bretonne; eurier Breizh

UNE MONTRE BRETONNE


Merci pour cet article de grande qualité.

J'ai découvert le travail de Simon Lefrancois sur les réseaux, j'ai tout de suite été séduit par cette montre singulière.

autrichongris
[image]

13/02/24, 17:48

@ capitaine56

Montre Bretonne; eurier Breizh

Très belle montre artisanale ! Un objet rare et précieux.

---
Je déteste deux choses: l'analyse et le pouvoir. Sviatoslav Richter

manzarek94


13/02/24, 20:08

@ capitaine56

Montre Bretonne; eurier Breizh

Merci beaucoup capitaine, tant pour la présentation de cet horloger que pour la mise en valeur du Morbihan.

Et restez encore un peu avec nous, s'il vous plaît !

testoni


13/02/24, 22:36

@ manzarek94

Montre Bretonne; eurier Breizh

» Et restez encore un peu avec nous, s'il vous plaît !

Merci de nous faire découvrir la Bretagne et un horloger qui fabrique des montres dans votre beau pays.

Ed the Grocer (modérateur)
[image]

Paris,
14/02/24, 11:59

@ capitaine56

Montre Bretonne; eurier Breizh

Salut Capitaine, et merci pour cette découverte.

Non, on n'avait pas oublié le 1er episode.

Je suis profondement admiratif de la volonté et du travail de tels artisans.

Une idée du diametre ?

---
Ed the Grocer ancienne maison l'Epicier

tomdeuk


14/02/24, 19:03

@ capitaine56

Montre Bretonne; eurier Breizh

Merci

capitaine56


Toujours près de la mer,
14/02/24, 19:05

@ Ed the Grocer (modérateur)

Montre Bretonne; eurier Breizh

» Salut Capitaine, et merci pour cette découverte.
»
» Non, on n'avait pas oublié le 1er episode.
»
» Je suis profondement admiratif de la volonté et du travail de tels
» artisans.
»
» Une idée du diametre ?

Et bien voilà: j'ai oublié le diamètre, l'épaisseur et le poids. A part ça, ça va...

---
Je tiens beaucoup à ma montre, c'est mon Grand Père qui me l'a vendue sur son lit de mort (W. Allen)

Philou1971
[image]

Entre betteraves et champagne !,
16/02/24, 14:20

@ capitaine56

Montre Bretonne; eurier Breizh

Superbe réalisation !

Pour avoir fait appel à Simon Lefrançois, je ne suis pas étonné de la méticulosité et de la qualité de ce travail !

:ok:

---
Impossible de vous donner l'heure : Elle change tout le temps ...

basyl177
[image]

Paris,
18/02/24, 18:06

@ capitaine56

Montre Bretonne; eurier Breizh

Merci Capitaine pour cette belle découverte.
C'est toujours passionnant de découvrir... un passionné ! :ok:

---
Amitiés

Basyl177

nonosore


25/02/24, 21:12

@ capitaine56

Montre Bretonne; eurier Breizh

Merci pour la présentation, et merci encore pour les précédentes c'était et c'est toujours un plaisir à lire.

Kenavo ur wech all et prenez soin de vous!

Boris
[image]

05/03/24, 13:54

@ capitaine56

Montre Bretonne; eurier Breizh

C'est toujours un plaisir de te lire, Capitaine.

Belle histoire que celle de cet artisan breton, et la montre est vraiment interessante.

Prends soin de toi.

Boris

capitaine56


Toujours près de la mer,
10/03/24, 16:57

@ Boris

Montre Bretonne; eurier Breizh

Grand merci à tous pour votre soutien; et pour m'aider encore, ELLE est arrivée, livrée à domicile par l'artiste lui-même!
[image][image][image][image]

---
Je tiens beaucoup à ma montre, c'est mon Grand Père qui me l'a vendue sur son lit de mort (W. Allen)

basyl177
[image]

Paris,
10/03/24, 19:34

@ capitaine56

Montre Bretonne; eurier Breizh

Jooo-liiiiiie ! :love:
Félicitations, Cap'taine ! :ok:

---
Amitiés

Basyl177

290584 messages dans 23867 discussions, 42611 usagers enregistrés, 817 usagers en ligne (0 enregistrés, 817 invités) :
RSS Feed
powered by my little forum