Vue indentée  Vue mixte  Triage  «  
 
PIFPAF
[image]

Page d'accueil 18/09/12, 19:59
 

Le Silicium: évolution, ou révolution? (Revues & Essais)

Il y a dix ans déjà, feu Nicolas Hayek prévenait qu’il allait cesser les livraisons d’ébauches à ses concurrents.
Certains, comme Breitling ou Panerai, ont tout fait pour verticaliser au maximum leur production; d’autres, comme IWC par exemple, n’ont pas cherché à développer de nouveaux mouvements « in-house », pour compenser l’absence des précieux 7750 et autres 2824. Qu’ils soient Fourmis ou Cigales, qu’ils soient besogneux ou paresseux, dans tous les cas personne n’avait envisagé le cœur du problème actuel. Qui concerne en fait le «cœur» de la montre.

[image]

Je voulais faire un sondage d'illustration, mais apparemment l'interface de Chronomania ne le permet pas...

Donc le sondage sur le silicium, les avis des bloggers (Ariel Adams, Robert-Jan Broer, Peter Chong, etc...) et le sujet, en anglais sur Watchonista.

En effet, la fin de livraison des ébauches par le Swatch Group avait été bien anticipée par les « faiseurs de copeaux » (comme Tech Ebauches, Sellita, Technotime, Concepto, etc.…), qui ont constitué une ligne Maginot de « CNC ». Mais le destin des lignes Maginot étant d’être contournées, le problème vient finalement des assortiments en général et des spiraux en particulier! En effet Nivarox, le principal fournisseur, est une division du Swatch Group…

Depuis quelques mois, on chuchotait à propos d’une panique autour des spiraux : que ce composant, aussi minuscule que vital, aussi peu coûteux que nébuleux à industrialiser, allait manquer avec une cruauté digne de la crise du quartz. Cette angoisse est devenue palpable quand TAG Heuer s’est vu signifier par Nivarox la fin des livraisons.

Aujourd’hui, celui qui veut être totalement indépendant pour sa production de montres doit s’équiper. Or, pour être prêt il n’y a que trois moyens :

Monter sa propre ligne de production de Spiraux en Elinvar : si c’est la solution la plus conventionnelle et la plus rassurante en termes d’image, c’est aussi la plus compliquée à mettre en place. En effet, la recette de l’alliage est connue par tout le monde, les alliages d’Elinvar servent dans les instruments de mesure de précision tels que balances industrielles, manomètres de précision, etc.… ; il existe donc quelques producteurs, principalement allemands, du précieux alliage d’acier isotrope ; on pourrait penser, par exemple, à l’actionnaire de Precision Engineering/Moser qui en produit depuis longtemps.

[image]

Le produit est disponible, la recette du spiral en Elinvar existe dans tous les bons livres de cuisine horlogère. Mais, ce qui manque, c’est le « Chef »! Seuls quelques membres de Nivarox, triés sur le volet et soumis à une sécurité et une confidentialité à faire pâlir un agent de la CIA, connaissent la recette de la magie des spiraux de la filiale d’ETA.

Des maisons proposant des spiraux alternatifs, comme Atokalpa ou Technotime, ont mis des années avant de produire des spiraux de bonne qualité, et le taux de rejet semble avoir été (car personne ne sait ce qui se passe dans les arcanes de Nivarox) supérieur à la production du Swatch Group !

Donc pour résumer :

Trouver le bon alliage, c’est presque facile, de toute façon un spiral ne pèse que quelques dixièmes de gramme, il ne faut donc pas beaucoup de matière avant de trouver le bon mélange.
Trouver les machines pour le laminage, le tréfilage et le comptage des spiraux, ça devient beaucoup plus compliqué, car elles ne sont plus produites et la plupart ont été détruites lors de la crise du quartz ; Technotime, par exemple, a acheté des machines venant du bloc de l’est et qui servaient à produire des Poljot et consorts.
Trouver le « Chef » qui maîtrisera parfaitement toutes les étapes de la production, c’est quasiment impossible ; il faut former des personnes en interne.
Ce long processus d’implémentation d’une chaine de production de spiraux implique plusieurs années de mise au point afin d'obtenir une qualité élevée et régulière (en fait suffisamment bonne pour que l’appairage et le réglage des spiraux/balanciers ne prennent pas une journée par montre).

[image]

Mais, comme la récente « affaire Tag » vient de le démontrer, la plupart des maisons n’ont pas ces 5 ou 10 ans nécessaires à la verticalisation intégrale d’une production de montres !

Acheter des spiraux à d’autres fournisseurs que Nivarox : malgré la qualité de leur production, les sympathiques sous-traitants helvètes ne peuvent pas fournir des marques de volume type Tag Heuer (ou Breitling). Tag, toujours à la pointe et ce dans tous les domaines, vient de déclarer qu’ils vont acheter japonais. Car le seul continent qui produit massivement des spiraux, c’est l’Asie. On pourrait par exemple penser au chinois Sea-Gull, dont les chiffres de production sont supérieurs à ceux d’ETA. Ou à SeikoSha, qui est également une alternative de choix, ses montres Grand Seiko annonçant des résultats chronométriques supérieurs à ceux de Rolex.

Les maisons helvètes qui se fourniront en Asie vont « piétiner » de manière symbolique le Swiss Made, en intégrant dans des montres suisses le seul composant qui était jusqu'alors transformé en Suisse à 100%. Cette décision risque d’être lourde de conséquences pour toute l’industrie.
On voit d’ores et déjà de petites marques revendiquer une appartenance cantonale, tant le Swiss Made ne semble plus être un gage d’AOC des montres.
Ça sera certes la fin d’une certaine ambiguïté ; mais celle-ci profite à l’ensemble de l’horlogerie ; et toute la profession, inclus ceux qui font le nécessaire, risque d’être pénalisée par le brouillage d’image à terme.

[image]

Produire des spiraux en silicium : c’est actuellement le plus gros débat de l’horlogerie depuis l’arrivée du quartz. Pour bien comprendre les enjeux, il faut comprendre que la préparation du silicium comparé à l’Elinvar, c’est la Gastronomie Moléculaire opposée à la « Nouvelle Cuisine » des grands chefs. Voire, si on est très mauvaise langue, du McDonald's opposé à la Grande cuisine.
Là où le processus de fabrication de l’Elinvar requiert un cuisinier de génie, sentant les matériaux, observant la course des nuages pour estimer la pression atmosphérique, la fabrication des spiraux en silicium nécessite un premier de promotion, formé sur les technologies de pointe et activant les procédés chimiques de dépôt de la matière au micron, suivant des formes déterminées par la rigueur d’équations mathématiques.
L’avantage de la mise en place du silicium, c’est qu’on peut mettre beaucoup moins de temps à implanter une chaîne de production. L’expérience des fabricants de « silicon chips », maîtres des technologies « wafer » tels Intel, AMD et de nombreux autres, peut être reprise et appliquée. Ce composant stratégique peut donc sortir de l’usine en quantités, bien plus rapidement que l’Elinvar.

L’autre avantage du silicium, c’est que la qualité des spiraux est totalement uniforme, standardisée, par le biais technologique du masking et de la photolithographie. Donc, la longue et difficile phase d’appairage n’existe plus (les différentes qualités de spiraux se compensent à l'aide de balanciers appropriés). Même la phase de production des balanciers s’en trouve ainsi simplifiée voire banalisée…
Le problème du silicium survient plutôt lors de l’assemblage, où le spiral très délicat à manipuler doit arriver dans son emplacement final sans heurts.

Pour mieux comprendre les deux options « rapides », Silicium ou Asie, examinons de près l’affaire TAG Heuer :
La rumeur veut que les services juridiques de LVMH aient plus ou moins provoqué leurs homologues de Swatch Group. LVMH souhaitait accélérer le processus de renouvellement du contrat de fourniture d’assortiments d’échappement Nivarox. Mais les juristes de Swatch Group ont été plus malins que ceux de LVMH. Et ils ont mis fin aux livraisons d’assortiments à TAG Heuer.
Vu la soudaineté de l’annonce, TAG n’avait aucun moyen de développer ses propres assortiments en Invar à temps. Le choix se limitait donc à deux options, l’Asie ou le Silicium.
Pour pallier à la défection de Nivarox, TAG a encore fait appel à Seiko (et ce après le calibre 1887) pour se sortir de l’ornière. Une partie de ses Spiraux viendra désormais d’Asie, le solde de la maison suisse Atokalpa.

[image]

TAG aurait presque pu développer du silicium pour pallier à la défection de Nivarox ; mais ils ont choisi de faire appel à Seiko, d’une part parce qu’évidemment c’était plus simple du point de vue logistique, mais aussi parce que l’image du silicium était peut-être jugée dangereuse.

La question cruciale soulevée par le choix de TAG est finalement la suivante : qu’est-ce qu’un terroir?
Est-ce une tradition technique, impliquant un alliage simple et beaucoup d’opérations manuelles mais produit en Asie ? Ou bien est-ce un produit totalement standardisé, réalisé en salle blanche, issu de l’industrie de pointe, mais fabriqué dans le Jura ?

Bien évidemment, l’autre raison d’écarter le silicium, fut certainement la question de la fiabilisation.
La fiabilité, le taux de retour minimum, c’est l’obsession absolue de Rolex. C’est d’ailleurs l'un des facteurs qui explique le fort taux de mécanisation de sa production. Rolex est sans aucun doute la marque des montres moyen de gamme la plus automatisée de l’horlogerie suisse. Evidemment, pour Rolex il s’agit avant tout de réduire les coûts, mais pas uniquement ! Les ingénieurs de chez Rolex passent leur temps à enterrer des innovations. Ces avancées, qui feraient les choux gras de certaines maisons indépendantes pendant des années, sont, chez Rolex, enterrées sans état d’âme.

[image]

Chez Rolex, cette politique d’ultra-industrialisation et d’innovation au compte-goutte est bien sûr guidée par l’impératif de réduction à minima du SAV. Jamais la maison à la couronne ne se lancerait dans une innovation sans en maîtriser les conséquences de A à Z. On sait même que la marque est très avancée sur la question du silicium, mais se raccroche pourtant à l’excellent Parachrom plutôt que de prendre des risques avec le silicium.
On sait par ailleurs qu’Oméga, comme De Béthune ou d’autres « early adopters », a déjà fait les frais de la mise au point difficile de cette technologie d’avant-garde.
Pour les grands horlogers, comme Journe ou Flageollet, l’ultime Graal d’Abraham Louis Breguet était la diminution de la lubrification, source de problèmes et de saletés dans un mécanisme de montre. Avec, par exemple l’Extrem Lab, Jeager leCoultre a tenté (avec un succès mitigé) la montre sans gras! Si la technologie silicium perce, nul doute que la JlC Extrem Lab explosera les scores aux enchères chez Christie’s dans 50 ans, tant elle aura été emblématique du début de cette technologie 0% de matière grasse.
Mais est-ce qu’aujourd’hui, avec les montres étanches et les huiles de haute qualité, la recherche de l’absence de lubrification fait encore sens?

Les plus grandes réalisations techniques, comme la Citroën DS, l’iPhone, le Concorde ou l’Imprimerie, connurent des mises au point douloureuses, qui frustrèrent beaucoup de clients (-cobayes).
Mais ces longues mises au point furent des laboratoires d’innovations, réutilisées dans des centaines d’autres produits similaires (par exemple, les technologies développées pour le Concorde servent dans tous les avions de ligne actuels).
La transposition en horlogerie, c’est le 8500 d’Oméga, spiral en silicium, échappement coaxial, double barillet ; c’est actuellement le summum de la technologie horlogère grand public, mais inévitablement, il souffre d’un taux de retour supérieur au 3135 de Rolex.
Donc, est-on prêt à sacrifier potentiellement la fiabilité sur la durée, pour bénéficier d’un produit à la pointe de la technologie?

D’autant lorsqu’on parle d’horlogerie, la technologie de pointe n’a pas le même sens !
Dans le domaine automobile ou dans la téléphonie mobile, l’équation est relativement simple, on recherche principalement la technologie la plus avancée. « Principalement » parce que si certaines marques de voitures, leaders dans l'innovation comme Lexus, cartonnent, leurs homologues Allemandes, pas toujours à la pointe de la technologie, cartonnent encore plus!
Finalement, là où les teutonnes font la différence, c’est sur leur image ininterrompue de fiabilité, de prestige et d’une certaine tradition de l’automobile de luxe germanique.
Des communistes aux capitalistes, des industriels au crime organisé, tous ont posé leurs illustres séants sur les cuirs rigides de Mercedes-Benz. Il y a même ce groupe de rap Français (NTM), qui chantait son ode au Benz-Benz-Benz.
Pourquoi ? Parce que Mercedes-Benz, c’est la tradition. Et la tradition est une valeur commune à toutes les cultures.

[image]

Et pourquoi je vous parle de tradition? Parce que la tradition, c’est la clef de la résurrection de l’horlogerie mécanique. Dans un monde où tout va de plus en plus vite, où l’on vit dans une société opulente gouvernée comme un bateau ivre, c’est rassurant de se remémorer les sacrifices de nos grands-parents, qui permirent de créer cette opulence.

La Kryptonite de l’horlogerie mécanique fut le quartz. Et il y a des ressemblances troublantes entre le quartz et le silicium: le silicium est le composant principal des micro-processeurs qui font fonctionner l’ensemble de nos systèmes informatiques, notamment les Casio G-Shock. Mais aussi (et surtout ?), le processus de fabrication d’une montre à quartz est totalement standardisé, de la même manière que la fabrication d’assortiments silicium (par rapport au bricolage que représente toujours la construction d’une montre mécanique…).
Plus ironiquement, le silicium, bien réglé, est redoutablement efficace; pour preuve, le dernier concours de Chronométrie a vu la victoire de Technotime, Chopard et Tissot, tous équipés de spiraux silicium. Or, l’autre technologie qui fournit une précision redoutable avec un cœur de silice, c’est bien sûr le quartz!

La meilleure illustration de ce phénomène, c’est Patek Philippe : l’aura de la plus prestigieuse maison d’horlogerie repose sur une tradition mécanique ininterrompue, sur la recherche de la qualité maximum, en employant les ouvriers les plus qualifiés de Suisse. Du coup, est-ce qu’on a vraiment envie de voir un matériel de pointe, de cette pointe-là, dans une montre de tradition?

L’horlogerie n’a de sens que dans la mesure où l’on arrête conventionnellement le progrès technique à une date donnée. Est-ce que moyennant les outils qui vont bien, Abraham-Louis Breguet aurait intégré du silicium dans ses montres, du temps de la révolution Française? Pas sûr ! D’autant que le silicium n’autorise à l’horloger plus aucune intervention: cassant, il ne se laisse ni décorer, ni ajuster.

Bref, le silicium pose la question métaphysique de la date d’arrêt de l’horlogerie mécanique pure et dure : est-ce que le silicium est légitime dans une montre de construction traditionnelle?

[image]

Conclusion:

L’effet papillon, c’est quand une décision mineure entraîne des conséquences majeures. L’ironie de l’histoire, c’est que le « sauveur » de l’horlogerie mécanique traditionnelle pourrait, par progéniture interposée, être son fossoyeur.
La décision de stopper les livraisons d’assortiments Nivarox risque d’accélérer le passage au silicium. Mais ce dernier est à double tranchant ! Cela pourrait être la plus grande révolution horlogère depuis Huygens (allez, au moins depuis l’Invar), mais ça pourrait aussi être le produit high-tech qui dévalorise la tradition suisse:

On a la chance d’assister à la plus grande révolution en horlogerie depuis la fin des années 60 et l’avènement du quartz ; comme toutes les révolutions, leurs issues sont inconnues. Le silicium ira-t-il rejoindre le paradis des technologies géniales mais foncièrement « inadaptées » ou non souhaitées? Sera-t-il adopté parce qu’il permet d’atteindre de nouveaux sommets chronométriques ? Se fracassera-t-il sur les brisants des côtes escarpées de la fiabilité? Sauvera-t-il le Swiss Made des mâchoires des Dragons ou brouillera-t-il définitivement l’image écornée de l’horlogerie «helvétique » ?

---
http://www.foudroyante.com/
http://davidrutten.com

alemmar (Modérateur)
[image]

Page d'accueil 18/09/12, 20:24

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

:Laporte:

Mes respects, très bel article de fond!

Concernant: "TAG aurait presque pu développer du silicium pour pallier à la défection de Nivarox ; mais ils ont choisi de faire appel à Seiko, d’une part parce qu’évidemment c’était plus simple du point de vue logistique, mais aussi parce que l’image du silicium était peut-être jugée dangereuse." ne pourrait-on pas penser que ce choix s'est fait aussi et peut-être surtout, d'une part sur la disponibilité du produit et d'autre part sur sa qualité intrinsèque, Seiko ayant une maîtrise totale du spiral, y compris sur des alliages "tech"?

Concernant l'emploi du silicium, je lis et j'écoute...

:)

---
Tempus et circenses

http://watchphotosblog.eklablog.com/accueil-c24620802

PIFPAF
[image]

Page d'accueil 18/09/12, 20:32

@ alemmar (Modérateur)

Le Silicium: évolution, ou révolution?

» :Laporte:
»
» Mes respects, très bel article de fond!
»
» Concernant: "TAG aurait presque pu développer du silicium pour pallier à la
» défection de Nivarox ; mais ils ont choisi de faire appel à Seiko, d’une
» part parce qu’évidemment c’était plus simple du point de vue logistique,
» mais aussi parce que l’image du silicium était peut-être jugée dangereuse."
» ne pourrait-on pas penser que ce choix s'est fait aussi et peut-être
» surtout, d'une part sur la disponibilité du produit et d'autre part sur sa
» qualité intrinsèque, Seiko ayant une maîtrise totale du spiral, y compris
» sur des alliages "tech"?
»
» Concernant l'emploi du silicium, je lis et j'écoute...
»
» :)

Merci beaucoup.

Il y avait de multiples raisons au choix de Seiko, certes la fiabilité, le délais, et le fait, que même Technotime ne pouvait apparemment pas fournir les quantités...

Seiko, on en parle peu, c'est une des plus impressionnante maison de l'horlogerie, si la Grand Seiko dévie de plus d'une seconde à la livraison, c'est Sepuku pour le misérable chien qui aura laissé passé ça.

---
http://www.foudroyante.com/
http://davidrutten.com

jrmdg
[image]

18/09/12, 20:44

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Merci pour ce reportage de qualité!

:Applause_1:

---
Les meilleures choses ne sont pas celles que l'on possèdent...mais celles qui nous possèdent...

Mil


18/09/12, 21:01

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Magnifique article, félicitations.

N'ayant aucune idée argumentée sur le spiral silicium, j'aurai tendance à penser que seul l'avenir des montres ainsi équipées nous dira si c'est une révolution ou juste une tentative technique de contournement de la pénurie et de simplification du process industriel.

D'autres solutions techniques ne manqueront pas d'apparaitre: j'ai cru lire un jour un article sur des tentatives de developpement d'un balancier sur lequel les forces de rappel seraient de type magnetique.

Cette situation est interessante, elle montre tous les effets possibles d'une situation de monopole, quel qu'en soit la nature: spiraux, terres rares chinoises etc..

Mais cela permet aussi d'aiguilloner les services recherche-développement, qui autrement peuvent parfois faire "dodo"!

Mais au fait, quelle est la véritable raison de cette décision de ne plus livrer (depuis longtemps prévue mais non anticipée)?

Cordialement

autrichongris
[image]

18/09/12, 21:49

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Impressionnant article !

J'ai régulièrement en tête un certain nombre de défis auquel sera confronté le marché de l'horlogerie mécanique, mais la tu fais fort en soulevant les secrets technolgiques ! Il reste à observer les acteurs continuer à en découdre...

---
Je déteste deux choses: l'analyse et le pouvoir. Sviatoslav Richter

moonfleet


18/09/12, 22:11

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Merci Pifpaf pour cet article sur les évolutions technologiques horlogères et les enjeux cruciaux qui en découlent.

Juste une remarque sur un larron d'outre Rhin : Damasko.

Il n'est pas fait mention de cet acteur qui est en passe de produire en interne un spiral original dit EPS.
Le lien est ici :
http://www.damasko.de/eng/index.html

Le tour de force est d'autant plus remarquable que ce nain au regard de la puissance financière de grand groupes a ,semble-il ,réussi, presque seul ,ce travail de Recherche et Developpement.

Est-ce que cette technologie a de l'avenir ?
Est-il possible de passer à l'étape de production de masse?
Est-ce une alternative crédible pour les grands groupes horlogers?

That is the question?

hhh
[image]

Sur le forum,
18/09/12, 22:41

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Merci pour cet article. Quid des autres composants strategiques (rubis, balanciers, ancres, roues d'ancre, antichocs) ?

---
Il n'y a pas que les montres dans la vie.

Mnementh

18/09/12, 23:00

@ hhh

Le Silicium: évolution, ou révolution?

» Merci pour cet article. Quid des autres composants strategiques (rubis,
» balanciers, ancres, roues d'ancre, antichocs) ?

Ca c'est bien plus simple à gérer donc pas si critique.

Sortir du Si dans une montre mécanique essentiellement métallique, ça vous a un je ne sais quoi de gênant.
Ca tord l'idée qu'on se fait du mé-ca-ni-que en horlogerie.

Sur la fiabilité, c'est déjà super cher de nos jours alors se taper les plâtres à 5000€ le bout, ça va bien comme ça. A d'autres le mistigri. Patek en a collé aussi un peu... du sable dans les rouages. Le SAV a moyennement apprécié la farce...

De toute façon, si on veut du précis pour de bon, on sait quoi acheter, un petit cœur de silicium genre Seiko spring drive et roule l'affaire.

Le spiral Si collé dans une tocante dont tout le reste est "classique", c'est contraire à mon ressenti de la montre 100% mécanique. C'est une intrusion, le ver dans la pomme, l'alien dans le bide, la fin de tout.

lolov49
[image]

18/09/12, 23:01

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Bonsoir PifPaf et merci pour cet article de grande qualité où le sujet compliqué est rédigé avec pédagogie. En espérant que les manufactures concernées le lisent avec soin.
Il me semble que Swatchgroup avait déjà averti tout le monde de la future non-fourniture de cet élément moteur il y a maintenant de nombreuses années, je suis donc surpris qu'à ce niveau d'entreprise beaucoup de manufactures n'aient pas provisionné les budgets R&D nécessaires pour subvenir à la fabrication de cet élément aussi important qu'un moteur pour un constructeur auto.C'est limite faute de gestion... La facilité, c'est d'aller l'acheter ailleurs: pas de dépense, juste des bons de commande à signer.
Sans compter que cette facilité entraine un revers, un important revers: une grosse part de noblesse (pour non maitrise de ce qui est essentiel: le moteur)qui s'envole pour l'Asie. Cela me fait le même effet qu'une berline haut de gamme allemande qui aurait un moteur asiatique sous le capot (aussi fiable et performant soit-il). Du saké dans une bouteille de Cognac.
Les manufactures haut de gamme ont déjà ou vont investir pour tenir leur rang et ce sera les marques d'avenir, les autres en milieu de gamme ont intérêt à se réveiller...
Les décisions d'aujourd'hui sont les résultats de dans 10 ans comme on par chez moi.
Quant à choisir entre nouvelle technologie et fiabilité : tout bon consommateur choisira fiabilité car il n'y a pas mieux pour perdre ses clients que de ne pas être fiable (fiable au sens pas de sav quitte à perdre quelques secondes par jour).
Encore merci pour ce super article.

---
le moins et le plus

mostra
[image]

corse,
18/09/12, 23:32

@ lolov49

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Merci, bel article qui met en lumière plusieurs pans des enjeux de l'horlogerie, face aux matériaux et les choix face à ceux ci.

Bonne analyse, mais l'on pourrait ajouter qu'une autre 'découverte' pourrait coiffer au poteau celle décrite plus haut.
Cela a souvent été le cas, dans divers secteurs!

Servatempus
[image]

18/09/12, 23:35

@ Mnementh

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Le vieux débat entre le nouveau et l'ancien, au travers d'un article très bien écrit au demeurant, le tout saupoudré des paillettes d'une guerre technico-commerciale.

Le soucis de l'horlogerie, c'est que c'est un secteur devenu hyper-conservateur.

Le silicium serait sorti il y a 50 ans, tout le monde aurait crié au génie et la technologie serait depuis longtemps intégrée...et les gens se plaindraient actuellement de tout autre chose.

Pour ma part, je pense qu'il y a autant de raisons de vouloir intégrer ou de refuser cette technologie qu'il y en a de créer des calibres nouveaux ou pas.

Croit-on encore au progrès technique en horlogerie mécanique ?

A mon sens, l'arrivée du quartz a surtout eu un impact négatif au niveau des représentations que la plupart des gens avait de la montre purement mécanique : la faire passer pour une technologie désuète et obsolète.

La vérité des chiffres et du bas coût a enfoncé cette idée à coups de marteau dans le crâne des gens, comme c'est souvent le cas dans notre société "moderne".

Une technologie est a-morale en soi : c'est l'usage que l'on en a qui l'est ou non.

Le silicium, c'était le rubis synthétique du début du XXème siècle.

Imaginerait-on aujourd'hui une montre sans rubis ?

Dans tous les cas, c'est ce que je trouve réellement intéressant dans ce débat : pour une fois, certaines marques sont réellement prêtes à renoncer à une avancée technique pour des questions de valeurs.

Arf, mais en y réfléchissant bien...peut être qu'on ne parle pas des mêmes valeurs... :-D

amicalement

Servatempus

---
Le renversement est le mouvement du Tao, la faiblesse sa modalité.

Gdi
[image]

Région Parisienne,
19/09/12, 00:13

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Très belle analyse (à part un léger bémol sur la vertu du rapprochement entre l'iPhone et l'imprimerie ;-) )

Sans parier sur le positionnement réel de cette technologie dans l'avenir, les principales maisons qui s'y sont frottées ont pris bien soin de la positionner dans le segment haut de gamme de leur collection, voir d'en faire carrément une pièce maîtresse comme la Freak que tu présentes.

Mais comme tu le souligne, cette approche qualitative sur une techno à priori à l'opposé de la tradition horlogère est risqué. D'autant plus risqué qu'à mon avis le pékin moyen n'y entrave pas grand chose, sauf que silicium c'est classe car c'est plus rare donc plus cher, donc plus "hype" (pour l'instant).
A part ce côté superficiel, l'autre argument qui se dessine, c'est la chasse aux hautes fréquences. La Chopard présentée illustre bien le propos avec ses 8Hz. Là l’intérêt chronométrique est évident, mais qui de plaisir d’entendre un calibre au son se rapprochant d’un buzzer ?

Et puis quitte à discuter du silicium, autant parler du quartz. La première montre à quartz commercialisée (une Seiko tiens tiens) était vendue le prix d’une voiture moyenne au Japon. Les Oméga et Patek à base de calibre beta 21 n’étaient pas en reste. Quarante ans après qu’en reste-il ?
Rien ou pas grand-chose en termes d’image ou de valeur intrinsèque. Il n’y a que Seiko qui ait envie de commémorer avec fierté cette histoire.

Bref à première vue l’argument marketing du silicium fonctionne à plein tube. Mais pour magnifier sur le long terme le fait que le cœur de la montre soit produit en salle blanche comme le dernier chip de la tablette à la mode, alors que le guillochage reste fait main ou que l’émail est grand feu, il va falloir bien nourrir les budgets pub :-P

ailleurs


19/09/12, 01:34

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Lecture intéressante quoique à cette heure matinale elle fut diagonale.
L 'exemple de la DS est excellent, d'une part car j'en ai possédé une de longues années, d'autre part, avoir une 'benz" était faire un bond en arrière.
A présent, une montre est une "Benz, benz, benz", un objet pour collectionneur qui ne s'intéresse qu'à une vague légitimité, une prouesse technologique illisible ou à une certaine notoriété.
Il est facile de critiquer le quartz, pourtant pour qui cherche une montre pour travailler, qui donne l' heure, la date, le numéro de la semaine sans que cela coûte une fortune est une mission difficile.
Un exemple, certes pas le plus pertinent, la Lange 1815 Kalenderwoche, elle donne le jour, le numéro de la semaine mais pas la date du jour, tout le monde trouve cela normal, moi pas ...
Bien sur c'est une caricature mais qui montre bien que l'horlogerie n'est plus que bijouterie ou joaillerie.

hhh
[image]

Sur le forum,
19/09/12, 09:58

@ Mnementh

Le Silicium: évolution, ou révolution?

»
» Le spiral Si collé dans une tocante dont tout le reste est "classique",
» c'est contraire à mon ressenti de la montre 100% mécanique. C'est une
» intrusion, le ver dans la pomme, l'alien dans le bide, la fin de tout.

J'ai le même sentiment, d'autant que j'ai l'impression que ces spiraux silicium n'ont pas tenu leurs promesses en terme de coût de production et de fiabilité. Les rares productions semblent n'être que des ballons d'essais (aux frais des pauvres acheteurs). Si le spiral silicium était la panacée espérée, il y a longtemps qu'il aurait remplacé le spiral classique et que l'on en parlerait plus.

Personnellement, je ne vois pas le besoin de perfectionner encore les montres mécaniques, sauf peut-être la lubrification pour espacer les révisions ?

---
Il n'y a pas que les montres dans la vie.

Dynamo
[image]

Paris,
19/09/12, 10:19
(Modifié par Dynamo
le 19/09/12, 11:30)


@ lolov49

Le Silicium: évolution, ou révolution?

» Cela me fait le même effet qu'une berline
» haut de gamme allemande qui aurait un moteur asiatique sous le capot (aussi
» fiable et performant soit-il).

C'est des voitures mondialisés avec une bonne partie de l'électronique venus d'Asie japon et chine, des pièces Française, Chinoise (pompe, moteur électrique, siège ... ) y compris des bloc moteurs .... Le reste c'est du marketing et du rêves

Arnaud


19/09/12, 10:30

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Bonjour PifPaf,

Excellentissime article, digne d'être étudié dans les meilleurs écoles de commerce! Ou comment (ne pas) rater le coche des innovations dans le milieu horloger.

Je suis personnellement mitigé sur l'utilisation de ce bout de silicium - mais je suis un peu conservateur/"c'était mieux avant" dans l'âme. Non pas que les innovations technologiques soient mauvaises, elles sont même nécessaires, mais tout dépend du domaine dans lequel elles sont faites - évident dans le monde du téléphone mobile, pas tant que ça dans l'horlogerie. Le Si deviendra peut-être un standard quand les horlogers "de tradition" l'adopteront (Rolex...).

Merci encore pour cette lecture,

Arnaud

Deniz
[image]

Page d'accueil France,
19/09/12, 10:37

@ PIFPAF

gros bon article

et moi je dis, que cela, je le pond en photo mais pas en texte ;-)

J'ai beaucoup apprécié. il m'a fallu me poser un peu pour lire (seul, enfermé, avec son écran ... longtemps, avec le fils qui rââle de l'autre côté...)
Bel article de fond.

Deniz

autrichongris
[image]

19/09/12, 10:38

@ Dynamo

Le Silicium: évolution, ou révolution?

» » Cela me fait le même effet qu'une berline
» » haut de gamme allemande qui aurait un moteur asiatique sous le capot
» (aussi
» » fiable et performant soit-il).
»
» C'est des voiture mondialisés avec une bonne partie de l'électronique venus
» d'Asie japon et chine, des pièces Française, Chinoise (pompe, moteur
» électrique, siège ... ) y compris des bloc moteurs .... Le reste c'est du
» marketing et du rêves

On peut remplacer "voiture" par "montres" dans ta phrase et en l'adaptant à peine, c'est la même chose pour l'horlogerie, surtout les 4 derniers mots !!

---
Je déteste deux choses: l'analyse et le pouvoir. Sviatoslav Richter

autrichongris
[image]

19/09/12, 10:44

@ Deniz

gros bon article

» et moi je dis, que cela, je le pond en photo mais pas en texte ;-)
»
» J'ai beaucoup apprécié. il m'a fallu me poser un peu pour lire (seul,
» enfermé, avec son écran ... longtemps, avec le fils qui rââle de l'autre
» côté...)
» Bel article de fond.
»
» Deniz

Wow, Deniz, crois-moi, la lecture est pourtant un loisir du 20è siècle encore assez remarquable quand on y pense, tu sais on a appris ça à l'école il y a près de 40 ans; je laisse le tout écran aux jeunes générations en lisant la Chartreuse de Parme sur... papier !... Non !.... Si c'est vrai, et j'ai pas de tablette.

Autrichon, Xtremhasbeen.

---
Je déteste deux choses: l'analyse et le pouvoir. Sviatoslav Richter

Gdi
[image]

Région Parisienne,
19/09/12, 11:52
(Modifié par Gdi
le 19/09/12, 12:03)


@ autrichongris

Le Silicium: évolution, ou révolution?

De toute façon le marketing reste le même pour tout produit manufacturé lorsqu'une rupture ou une nouveauté apparaît. L'introduction se fait par le haut, et après on décline sur les segments inférieurs avec l'image du haut de gamme . En voiture ça donne les BMW X5, X3 et X1. Pareil chez Audi avec Q7/Q5/Q3.
A mon avis pour les montres ça va être pareil.

Zerkis


19/09/12, 11:58

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Merci pour l'article, très intéressant :)

Petit commentaire sur la forme: l'illustration aurait gagné à être en relation avec le sujet pour l'enrichir (genre la JLC dont tu parles, les visuels des deux spiraux, etc :) )

fb
[image]

Page d'accueil digne-les-bains,
19/09/12, 16:29

@ Gdi

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Ton analyse me semble extrêment pertinente, à moi qui ne maitrise pas les aspects techniques.

Malik ton article est excellent et surtout pertinent, comme de coutume.

---
Fabrice

Jeff d'Alsace
[image]

France,
19/09/12, 21:39

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Bonsoir Malik, très bel article qui éclaire et fait réfléchir. À nouveau, chapeau bas!:ok:
En complément, la lecture de l'article sur horlogerie-suisse, SPIRAL : LA QUÊTE DU GRAAL HORLOGER: http://www.horlogerie-suisse.com/articles/DavidChokron/spiral/Spiral_La_quete_du_Graal_horloger-07342004.html

---
Jeff.

alemmar (Modérateur)
[image]

Page d'accueil 20/09/12, 19:34

@ Jeff d'Alsace

Le Silicium: évolution, ou révolution?

» Bonsoir Malik, très bel article qui éclaire et fait réfléchir. À nouveau,
» chapeau bas!:ok:
» En complément, la lecture de l'article sur horlogerie-suisse, SPIRAL : LA
» QUÊTE DU GRAAL HORLOGER:
» http://www.horlogerie-suisse.com/articles/DavidChokron/spiral/Spiral_La_quete_du_Graal_horloger-07342004.html

Très bien aussi cet article d'HS, je l'avais en stock. J'ai le sentiment que ce type de produit facilement industriable se retrouvera, dans quelques années, dans la production courante, alors que les "high end pure elitist mecanical" garderont toute la noblesse du spiral à l'ancienne...ou comment poursuivre la route vers une horlogerie de préciosité, accessoirement de précision...Quelque peu navrant, pour l'amateur, de voir cette dérive qui réserve des produits banals - au sens de mécanisme séculaire éprouvé- à une élite financière souvent inculte!

---
Tempus et circenses

http://watchphotosblog.eklablog.com/accueil-c24620802

gregorypons
[image]

20/09/12, 21:26

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

• Malik, il faudrait tout de même préciser le seul facteur qui a empêché les marques de développer en interne des spiraux au silicium (technique relativement aisée à maîtriser, peu coûteuse et rapide à mettre en oeuvre) : c'est le blocage absolu par les brevets détenus dans ce domaine, pour quelques années encore, par le consortium Swatch Group-Rolex-Patek.

• Impossible aujourd'hui de travailler autour des spiraux en silicium sans tomber dans les brevets de cet oligopole, d'où, par exemple, la décision radicale de TAG Heuer, qui aurait eu les moyens de se lancer dans le silicium.

• Ces brevets seront certainement contournés avant qu'ils ne tombent dans le domaine public, et diverses initiatives laissent penser qu'on peut travailler autrement le silicium, ou travailler avec autre chose que le silicium. En attendant...

• La bataille du spiral concerne les spiraux traditionnels : on amuse la galerie avec cette pénurie, mais personne n'interroge le Swatch Group sur le fait que Nivarox réserve la totalité de ses spiraux en silicium (plus performants) aux marques du groupe, qui s'en équipent massivement. On se trompe de bataille en se focalisant sur les spiraux traditionnels, banalisés partout dans le monde (Japon, Grande Chine, Inde, Russie, Biélorussie, Allemagne, etc. : on en faisait même en France)...

Servatempus
[image]

20/09/12, 22:21

@ gregorypons

Le Silicium: évolution, ou révolution?

» blocage absolu par les brevets détenus dans ce domaine, pour
» quelques années encore, par le consortium Swatch Group-Rolex-Patek.

Effectivement, c'est judicieux de le souligner.

J'ajouterai que non seulement ce trio a breveté un certain nombre de process de fabrication, mais que par ailleurs, ils ont également breveté un certain nombre de formes liées à la technologie, en particuliers des géométries optimisées d'échappement ainsi que d'autres fonctions de la montre.

» On se trompe de bataille en se focalisant sur les spiraux traditionnels, banalisés partout dans le monde

Banalisés partout dans le monde, mais dont la Suisse ne dispose que d'un seul fabricant historique ! Incroyable pour un pays dont l'horlogerie est l'une des premières industries ! Je crois que cela pointe surtout l'incroyable erreur d'avoir laissé les FAR intégrer ETA puis après la SSIH dans les années 80 ! Une juteuse concentration qui en aura aidé quelques uns !

Servatempus

---
Le renversement est le mouvement du Tao, la faiblesse sa modalité.

plume68


21/09/12, 11:33

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

excellent article ou la démonstration de : "comment ce tirer une balle dans le pied"!!!

merci beaucoup

PIFPAF
[image]

Page d'accueil 21/09/12, 11:52

@ Mil

Le Silicium: évolution, ou révolution?

» Magnifique article, félicitations.
»
» N'ayant aucune idée argumentée sur le spiral silicium, j'aurai tendance à
» penser que seul l'avenir des montres ainsi équipées nous dira si c'est une
» révolution ou juste une tentative technique de contournement de la pénurie
» et de simplification du process industriel.
»
» D'autres solutions techniques ne manqueront pas d'apparaitre: j'ai cru lire
» un jour un article sur des tentatives de developpement d'un balancier sur
» lequel les forces de rappel seraient de type magnetique.
»
» Cette situation est interessante, elle montre tous les effets possibles
» d'une situation de monopole, quel qu'en soit la nature: spiraux, terres
» rares chinoises etc..
»
» Mais cela permet aussi d'aiguilloner les services recherche-développement,
» qui autrement peuvent parfois faire "dodo"!
»
» Mais au fait, quelle est la véritable raison de cette décision de ne plus
» livrer (depuis longtemps prévue mais non anticipée)?
»
» Cordialement

Merci beaucoup!

Balancier magnétique: Tag Heuer et De Bethune (et Rolex aussi je présume) s'y sont penchés... On se rapproche du Spring Drive de seiko, qui fonctionne aussi sur un principe de magnétisme.

---
http://www.foudroyante.com/
http://davidrutten.com

PIFPAF
[image]

Page d'accueil 21/09/12, 11:57

@ moonfleet

Le Silicium: évolution, ou révolution?

» Merci Pifpaf pour cet article sur les évolutions technologiques horlogères
» et les enjeux cruciaux qui en découlent.
»
» Juste une remarque sur un larron d'outre Rhin : Damasko.
»
» Il n'est pas fait mention de cet acteur qui est en passe de produire en
» interne un spiral original dit EPS.
» Le lien est ici :
» http://www.damasko.de/eng/index.html
»
» Le tour de force est d'autant plus remarquable que ce nain au regard de la
» puissance financière de grand groupes a ,semble-il ,réussi, presque seul
» ,ce travail de Recherche et Developpement.
»
» Est-ce que cette technologie a de l'avenir ?
» Est-il possible de passer à l'étape de production de masse?
» Est-ce une alternative crédible pour les grands groupes horlogers?
»
» That is the question?


Merci.

Je ne connais Damasko qu'au travers du monde des forums... Jamais vu leurs montres, et je n'ai aucune information recoupable.

Mais c'est intéressant, surtout pour l'indépendance horlogère Germanique, qu'ils arrivent à produire leurs propres organes réglants.

On ne sait quels sont les fournisseur de Damasko. Comme Precision Engeenering, (Moser), qui est la filiale d'un producteur d'Elinvar Allemand, Damasko est peut-être la filiale d'un producteur de silicium, ce qui pourrait expliquer une tel avance technologique pour une marque inconnu...

---
http://www.foudroyante.com/
http://davidrutten.com

PIFPAF
[image]

Page d'accueil 21/09/12, 11:58

@ Mnementh

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Ahahahaa. :lol3: Merci Alain. :ok:

---
http://www.foudroyante.com/
http://davidrutten.com

PIFPAF
[image]

Page d'accueil 21/09/12, 12:01

@ hhh

Le Silicium: évolution, ou révolution?

» »
» » Le spiral Si collé dans une tocante dont tout le reste est "classique",
» » c'est contraire à mon ressenti de la montre 100% mécanique. C'est une
» » intrusion, le ver dans la pomme, l'alien dans le bide, la fin de tout.
»
» J'ai le même sentiment, d'autant que j'ai l'impression que ces spiraux
» silicium n'ont pas tenu leurs promesses en terme de coût de production et
» de fiabilité. Les rares productions semblent n'être que des ballons
» d'essais (aux frais des pauvres acheteurs). Si le spiral silicium était la
» panacée espérée, il y a longtemps qu'il aurait remplacé le spiral classique
» et que l'on en parlerait plus.
»
» Personnellement, je ne vois pas le besoin de perfectionner encore les
» montres mécaniques, sauf peut-être la lubrification pour espacer les
» révisions ?

Omega en produit quand même en grande quantités... C'est la seule expérience non-élitiste (avec Damasko).

Ca vaudrait presque le coup d'ailleurs, de tester une Damasko sur le long terme, je vais demander un budget. :lol3:

---
http://www.foudroyante.com/
http://davidrutten.com

PIFPAF
[image]

Page d'accueil 21/09/12, 12:10

@ Servatempus

Le Silicium: évolution, ou révolution?

» Le vieux débat entre le nouveau et l'ancien, au travers d'un article très
» bien écrit au demeurant, le tout saupoudré des paillettes d'une guerre
» technico-commerciale.
»
» Le soucis de l'horlogerie, c'est que c'est un secteur devenu
» hyper-conservateur.
»
» Le silicium serait sorti il y a 50 ans, tout le monde aurait crié au génie
» et la technologie serait depuis longtemps intégrée...et les gens se
» plaindraient actuellement de tout autre chose.
»
» Pour ma part, je pense qu'il y a autant de raisons de vouloir intégrer ou
» de refuser cette technologie qu'il y en a de créer des calibres nouveaux ou
» pas.
»
» Croit-on encore au progrès technique en horlogerie mécanique ?
»
» A mon sens, l'arrivée du quartz a surtout eu un impact négatif au niveau
» des représentations que la plupart des gens avait de la montre purement
» mécanique : la faire passer pour une technologie désuète et obsolète.
»
» La vérité des chiffres et du bas coût a enfoncé cette idée à coups de
» marteau dans le crâne des gens, comme c'est souvent le cas dans notre
» société "moderne".
»
» Une technologie est a-morale en soi : c'est l'usage que l'on en a qui l'est
» ou non.
»
» Le silicium, c'était le rubis synthétique du début du XXème siècle.
»
» Imaginerait-on aujourd'hui une montre sans rubis ?
»
» Dans tous les cas, c'est ce que je trouve réellement intéressant dans ce
» débat : pour une fois, certaines marques sont réellement prêtes à renoncer
» à une avancée technique pour des questions de valeurs.
»
» Arf, mais en y réfléchissant bien...peut être qu'on ne parle pas des mêmes
» valeurs... :-D
»
» amicalement
»
» Servatempus

Salut Servatempus,

Déjà merci, et ensuite, félicitations, cette intervention, est comme à ton habitude passionnante...

Je suis pas sur que les marques se posent beaucoup la question de la perception du silicium.
Mais peut importe la question de la typologie de "valeur", quand des politiciens renoncent (trop rarement) à faire une sal*perie, parce que l'opinion publique va hurler, ils ont quand même évité une sal*perie...

On vit pas chez les bisounours, soyons pragmatiques.

Par ailleurs, entre les rubis synthétique et les spiraux silicium, il y à une différence de taille: La composition chimique.

Les rubis synthétiques ont une composition très proches des rubis naturels, les procédé de synthèse se contentant de singer la nature.

Pour avoir un produit comparable au rubis artificiel en Spiraux, il faudrait produire un alliage d'Elinvar parfaitement homogène par des procédés à froid, l'homogénéité de la coulée semblant le plus gros problème que rencontre l'alliage...

---
http://www.foudroyante.com/
http://davidrutten.com

PIFPAF
[image]

Page d'accueil 21/09/12, 12:24

@ lolov49

Le Silicium: évolution, ou révolution?

» Bonsoir PifPaf et merci pour cet article de grande qualité où le sujet
» compliqué est rédigé avec pédagogie. En espérant que les manufactures
» concernées le lisent avec soin.
» Il me semble que Swatchgroup avait déjà averti tout le monde de la future
» non-fourniture de cet élément moteur il y a maintenant de nombreuses
» années, je suis donc surpris qu'à ce niveau d'entreprise beaucoup de
» manufactures n'aient pas provisionné les budgets R&D nécessaires pour
» subvenir à la fabrication de cet élément aussi important qu'un moteur pour
» un constructeur auto.C'est limite faute de gestion... La facilité, c'est
» d'aller l'acheter ailleurs: pas de dépense, juste des bons de commande à
» signer.
» Sans compter que cette facilité entraine un revers, un important revers:
» une grosse part de noblesse (pour non maitrise de ce qui est essentiel: le
» moteur)qui s'envole pour l'Asie. Cela me fait le même effet qu'une berline
» haut de gamme allemande qui aurait un moteur asiatique sous le capot (aussi
» fiable et performant soit-il). Du saké dans une bouteille de Cognac.
» Les manufactures haut de gamme ont déjà ou vont investir pour tenir leur
» rang et ce sera les marques d'avenir, les autres en milieu de gamme ont
» intérêt à se réveiller...
» Les décisions d'aujourd'hui sont les résultats de dans 10 ans comme on par
» chez moi.
» Quant à choisir entre nouvelle technologie et fiabilité : tout bon
» consommateur choisira fiabilité car il n'y a pas mieux pour perdre ses
» clients que de ne pas être fiable (fiable au sens pas de sav quitte à
» perdre quelques secondes par jour).
» Encore merci pour ce super article.

Merci! Plusieurs précisions:

Si la fin des fourniture d'ébauches par ETA était annoncé, Nicolas Hayek, n'avait jamais annoncé la fin des fournitures par Nivarox...

Pour la questions des achats en Asie: Le débat, c'est un peu "un produit Asiat avec toute l'âme Japonaise, ou un produit Suisse avec l'absence d'âme du silicium...?"

J'ai pas la réponse, cette notion "d'âme" étant fondamentalement religieuse et intangible...

Pour le comparatif avec les Mercos Benz:
Pendant la catastrophe de Fukushima, toute l'industrie automobile c'est retrouvé bloqué. Un des composant de l'électronique embarqué, n'est produit que dans une seule usine au monde, à proximité de la centrale...

Donc dans ta Benz, il y à déjà des composants Japonais et très certainement Chinois... Les petits moteurs des Benz sont fournit par... Renault!
Le gros moteur de ma Citroën, vient de chez Ford. PSA achète aussi des moteurs chez BMW.

Dans l'industrie auto, même au niveau "prestige", on se pose assez peu la question du terroir, l'image est bien plus importante que la réalité du "German Made"

D'ailleurs, à mon sens, Lexus est la meilleure marque d'automobile actuelle sur les lectures lourdes: Terroirs, fiabilité, technologie, sécurité (pas confort, faut pas déconner).

Quand on arrive à certains niveau de technicité, il devient impossible de faire du 100% terroirs, tant l'élaboration des différents composants demande un niveau de compétence inaccessible.

---
http://www.foudroyante.com/
http://davidrutten.com

PIFPAF
[image]

Page d'accueil 21/09/12, 12:27

@ Gdi

Le Silicium: évolution, ou révolution?

» Très belle analyse (à part un léger bémol sur la vertu du rapprochement
» entre l'iPhone et l'imprimerie ;-) )
»
» Sans parier sur le positionnement réel de cette technologie dans l'avenir,
» les principales maisons qui s'y sont frottées ont pris bien soin de la
» positionner dans le segment haut de gamme de leur collection, voir d'en
» faire carrément une pièce maîtresse comme la Freak que tu présentes.
»
» Mais comme tu le souligne, cette approche qualitative sur une techno à
» priori à l'opposé de la tradition horlogère est risqué. D'autant plus
» risqué qu'à mon avis le pékin moyen n'y entrave pas grand chose, sauf que
» silicium c'est classe car c'est plus rare donc plus cher, donc plus "hype"
» (pour l'instant).
» A part ce côté superficiel, l'autre argument qui se dessine, c'est la
» chasse aux hautes fréquences. La Chopard présentée illustre bien le propos
» avec ses 8Hz. Là l’intérêt chronométrique est évident, mais qui de plaisir
» d’entendre un calibre au son se rapprochant d’un buzzer ?
»

» Et puis quitte à discuter du silicium, autant parler du quartz. La première
» montre à quartz commercialisée (une Seiko tiens tiens) était vendue le prix
» d’une voiture moyenne au Japon. Les Oméga et Patek à base de calibre beta
» 21 n’étaient pas en reste. Quarante ans après qu’en reste-il ?
» Rien ou pas grand-chose en termes d’image ou de valeur intrinsèque. Il n’y
» a que Seiko qui ait envie de commémorer avec fierté cette histoire.
»
» Bref à première vue l’argument marketing du silicium fonctionne à plein
» tube. Mais pour magnifier sur le long terme le fait que le cœur de la
» montre soit produit en salle blanche comme le dernier chip de la tablette à
» la mode, alors que le guillochage reste fait main ou que l’émail est grand
» feu, il va falloir bien nourrir les budgets pub :-P


Merci! ;-)

Je suis d'accord, le passage sur l'Iphone est un peu pourrie, mais je travaille avec une bande de Macistes (maqueux, maqueraux?) intégristes, fallait bien que je leur fasse un petit clin d'oeil.

Les 2 passage en gras: Fabuleux, que dire de mieux?

---
http://www.foudroyante.com/
http://davidrutten.com

PIFPAF
[image]

Page d'accueil 21/09/12, 12:34

@ ailleurs

Le Silicium: évolution, ou révolution?

» Lecture intéressante quoique à cette heure matinale elle fut diagonale.
» L 'exemple de la DS est excellent, d'une part car j'en ai possédé une de
» longues années, d'autre part, avoir une 'benz" était faire un bond en
» arrière.
» A présent, une montre est une "Benz, benz, benz", un objet pour
» collectionneur qui ne s'intéresse qu'à une vague légitimité, une prouesse
» technologique illisible ou à une certaine notoriété.
» Il est facile de critiquer le quartz, pourtant pour qui cherche une montre
» pour travailler, qui donne l' heure, la date, le numéro de la semaine sans
» que cela coûte une fortune est une mission difficile.
» Un exemple, certes pas le plus pertinent, la Lange 1815 Kalenderwoche,
» elle donne le jour, le numéro de la semaine mais pas la date du jour, tout
» le monde trouve cela normal, moi pas ...
» Bien sur c'est une caricature mais qui montre bien que l'horlogerie n'est
» plus que bijouterie ou joaillerie.

On pourrait aller plus loin avec le débat, aussi vieux que l'auto, de la technologie Francais et de la fiabilité Allemande.

Les voitures Allemandes étaient plus fiable pendant longtemps, car elle embarquaient une technologie médiévale, appliqué avec la rigueur teutone.

Quand les allemands ont commencés à faire des voitures complexes comme une DS, leur niveau de fiabilité à chuté, pour se rapprocher fortement de celui des Français. (Sans doute que cela tient aussi à un profond changement des mentalité en Allemagne = plus d'individualisme et moins de discipline)

Les pros ont des outils à quartz aujourd'hui, ordinateur de plongée, bidulomètre ou encore Casio G-Shock...

C'est pour les touristes l'horlogerie mécanique. :)
(à part en cas de guerre nucléaire)

---
http://www.foudroyante.com/
http://davidrutten.com

PIFPAF
[image]

Page d'accueil 21/09/12, 13:03

@ gregorypons

Le Silicium: évolution, ou révolution?

» • Malik, il faudrait tout de même préciser le seul facteur qui a empêché
» les marques de développer en interne des spiraux au silicium (technique
» relativement aisée à maîtriser, peu coûteuse et rapide à mettre en oeuvre)
» : c'est le blocage absolu par les brevets détenus dans ce domaine, pour
» quelques années encore, par le consortium Swatch Group-Rolex-Patek.
»
» • Impossible aujourd'hui de travailler autour des spiraux en silicium sans
» tomber dans les brevets de cet oligopole, d'où, par exemple, la décision
» radicale de TAG Heuer, qui aurait eu les moyens de se lancer dans le
» silicium.
»
» • Ces brevets seront certainement contournés avant qu'ils ne tombent dans
» le domaine public, et diverses initiatives laissent penser qu'on peut
» travailler autrement le silicium, ou travailler avec autre chose que le
» silicium. En attendant...
»
» • La bataille du spiral concerne les spiraux traditionnels : on amuse la
» galerie avec cette pénurie, mais personne n'interroge le Swatch Group sur
» le fait que Nivarox réserve la totalité de ses spiraux en silicium (plus
» performants) aux marques du groupe, qui s'en équipent massivement. On se
» trompe de bataille en se focalisant sur les spiraux traditionnels,
» banalisés partout dans le monde (Japon, Grande Chine, Inde, Russie,
» Biélorussie, Allemagne, etc. : on en faisait même en France)...

Bonjour Gregory,

Alors, en fait je connais ces problématiques, j'en ais également discuté avec Guy, en allant faire un sujet sur le Mikrotourbillons en juillet:

La vidéo du MikrotourbillonS Tag Heuer.


La revue du MikrotourbillonS Tag Heuer



Alors déjà, les brevets devraient tomber dans le domaine public en 2017-18.

Et arrête-moi si je m'égare, mais un brevet n’empêche pas de chercher, ni de mettre en place une structure de production. Il interdit simplement d'utiliser à des fins commerciales... Non?

Sachant que la mise en place d'une infra pour produire du Silicium, prend tout de même quelques années.

A mon Tag Heuer était de toutes manières pris par le temps, impossible en moins de 18mois, d'avoir une chaîne de production de spiraux silicium, sans courir à une catastrophe au niveau SAV.


Mais si j'évoquais la problématique des brevets dans le sujet, je tuais dans le débat dans l'oeuf, ce qui aurait été un peu dommage, vu le fonctionnement des forums (plus il y à débat, plus le sujet est vu, donc plus il y à encore plus de débats).

D'autres part, Rolex-SG-Patek ont certes posés des brevets, mais pourtant Ulysse Nardin, De Béthune, Chopard et quelques autres vendent du silicium.
D'ailleurs, que dirais la COMCO sur le double monopole de SG = Spiraux Elinvar et Spiraux Silicium?

A mon sens la démarche de Tag est beaucoup plus simple, mais aussi beaucoup plus avisé:

ls achètent du temps, en achetant des (excellents) spiraux Seiko, temps qui leurs permets d'observer l'évolution du Silicium, tant du point de vue SAV, que du point de vue image...

---
http://www.foudroyante.com/
http://davidrutten.com

PIFPAF
[image]

Page d'accueil 21/09/12, 13:05

@ Zerkis

Le Silicium: évolution, ou révolution?

» Merci pour l'article, très intéressant :)
»
» Petit commentaire sur la forme: l'illustration aurait gagné à être en
» relation avec le sujet pour l'enrichir (genre la JLC dont tu parles, les
» visuels des deux spiraux, etc :) )

Malheureusement, je n'ai pas mes entrées chez Nivarox... :no:

Mais j'ai cette photo d'un magnifique balancier De Bethune:

[image]


Promis, cet aprem, je sors des photos d'une Freak et de son échappement.

---
http://www.foudroyante.com/
http://davidrutten.com

ailleurs


21/09/12, 13:38

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

» C'est pour les touristes l'horlogerie mécanique. :)


Des touristes sympas c'est ce qui compte.
;-) ;-) ;-)

PIFPAF
[image]

Page d'accueil 21/09/12, 14:13

@ ailleurs

Le Silicium: évolution, ou révolution?

» » C'est pour les touristes l'horlogerie mécanique. :)
»
»
» Des touristes sympas c'est ce qui compte.
» ;-) ;-) ;-)

Passionnés, c'est encore mieux!
C'est déprimant le manque de passions des ados, non?

---
http://www.foudroyante.com/
http://davidrutten.com

Dynamo
[image]

Paris,
21/09/12, 14:36

@ moonfleet

Damasko

Damasko est une entreprise de décolletage et de microéconomique (Pour des ammplicatione en machine outils, aviation et le secteur militaire ) : http://www.damasko-metall.de

Bref, dans un secteur ou l’horlogerie c'est la vielle techno y compris dans les matériaux

ailleurs


21/09/12, 14:54

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Bien sur les passions qu'elles soient, amoureuses, horlogères ou aquarophiles et autres sont magnifiques mais je n'ai pas l'impression que les "ados" soient moins passionnés qu'auparavant.

moonfleet


21/09/12, 16:12

@ Dynamo

Damasko

»
» Bref, dans un secteur ou l’horlogerie c'est la vielle techno y compris dans
» les matériaux


Leur activité dans le domaine de l'horlogerie est tout de même assez intense.
Ils déposent beaucoup de brevets dans ce domaine.
Je pense qu'ils ont les 2 pieds dans l'horlogerie contemporaine,mais ça c'est mon humble avis.
je ne suis pas impartial,j'ai un faible pour cette "manufacture"...
;-)

PIFPAF
[image]

Page d'accueil 21/09/12, 19:23

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Quelques photos d'une Freak, toutes chaudes:

L'album de la montre sur Watchonista.

[image]

[image]

[image]

---
http://www.foudroyante.com/
http://davidrutten.com

MikeWatchAddict


22/09/12, 00:02

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Je suis scotché par la qualité de cet article, évidemment un peu ardu quand on n'est pas très pointu sur la technique, mais malgré tout assez accessible si on prend le temps d'être concentré.
Chapeau bas Malik, et tbwe à tous !

Mike

Invité.

22/09/12, 01:42

@ PIFPAF

Le Silicium: évolution, ou révolution?

Salut Malik,

Très très bon post, excellentissime même !
Maintenant, je comprends mieux tout l'enjeu du silicium dans une montre méca :lol:
N'étant pas un ayatollah de la "pureté" mécanique, mon raisonnement est simple : si le silicium est une avancée techno aussi remarquable que tu sembles le dire, allons y, à partir du moment où cela sera fiable !
Tu cites à juste titre la tentative de Patek avec du silicium. Quelqu'un a t-il jamais pensé que cela pouvait remettre en cause l'image de la marque ou son "AOC" ?
Ce que je retiens de l'aspect technique est la fiabilité non encore prouvée de cette techno.
Je terminerai sur le concept de tradition que tu évoques vraiment à juste titre. Dans l'étymologie du mot tradition est inclus l'idée de transmission (d'où au passage l'excellence cachée mais réelle du concept pub de Patek par exemple). La tradition s'est historiquement nourrie des avancées philosophiques, spirituelles et technologiques de l'humanité, à partir du moment où cette avancée va dans le sens du domaine concerné. Ici, donner l'heure le plus exactement possible. Si c'est le cas du silicium, cette avancée tehcno est tout à fait compatible avec la tradition horlogère, et c'est ce que notre époque transmettra à la suivante dans ce domaine précis.
Amicalement.

foversta
[image]

Page d'accueil Paris,
22/09/12, 08:28

@ PIFPAF

L'avenir du silicium? Le bas de gamme pour moi.

Pour moi, l'intérêt du silicium proviendra à l'avenir grâce à l'évolution des machines de la capacité à fabriquer des spiraux et autre pièces de l'organe régulant en grande quantité de façon fiable.

Dans ce contexte, je vois l'avenir du silicium dans les montres de bas de gamme qui pourront profiter de cette technologie à bas coût.

Car n'oublions pas que les techniques évoluent et quelque chose qui a l'air compliqué aujourd'hui peut beaucoup moins l'être demain.

Je ne me sens pas confortable avec le silicium. Des tests ont été faits mais sur la durée personne ne connaît le comportement de ces pièces.

L'emploi de silicium est un frein réel pour moi dans l'acquisition d'une montre avec laquelle je veux être en confiance.

De plus, si j'achète une Breguet et une Patek "silicium", je ne voudrai pas me retrouver dans 20 ans avec une technologie soit obsolète soit représentant la solution de bas de gamme, les haut de gamme restant sur les spiraux et échappement traditionnels.

Car il y a un côté un peu vain et paradoxal dans tout cela au-delà des considérations industrielles et des stratégies d'indépendance par rapport à certains fournisseurs: cette volonté d'améliorer à tout prix les performances d'une technologie elle-même dépassée.

Si j'achète une Patek, c'est pou une certaine conception de l'horlogerie. J'attends performance, régularité, fiabilité mais avec les contraintes de l'horlogerie traditionnelle. Je ne veux pas dedans des solutions qui me donneraient l'impression d'avoir une montre hybride.

Ces raisons font que pour le moi le silicium est un frein à l'achat. A ce titre, je trouve la démarche de Lange plus cohérente: on est dans l'horlogerie traditionnelle et on y reste.

Merci pour l'article Malik.

---
Fr.Xavier

Zerkis


22/09/12, 09:14

@ PIFPAF

merci (st)

merci

PIFPAF
[image]

Page d'accueil 24/09/12, 18:12

@ Invité.

Le Silicium: évolution, ou révolution?

» Salut Malik,
»
» Très très bon post, excellentissime même !
» Maintenant, je comprends mieux tout l'enjeu du silicium dans une montre
» méca :lol:
» N'étant pas un ayatollah de la "pureté" mécanique, mon raisonnement est
» simple : si le silicium est une avancée techno aussi remarquable que tu
» sembles le dire, allons y, à partir du moment où cela sera fiable !
» Tu cites à juste titre la tentative de Patek avec du silicium. Quelqu'un a
» t-il jamais pensé que cela pouvait remettre en cause l'image de la marque
» ou son "AOC" ?

» Ce que je retiens de l'aspect technique est la fiabilité non encore prouvée
» de cette techno.
» Je terminerai sur le concept de tradition que tu évoques vraiment à juste
» titre. Dans l'étymologie du mot tradition est inclus l'idée de transmission
» (d'où au passage l'excellence cachée mais réelle du concept pub de Patek
» par exemple). La tradition s'est historiquement nourrie des avancées
» philosophiques, spirituelles et technologiques de l'humanité, à partir du
» moment où cette avancée va dans le sens du domaine concerné. Ici, donner
» l'heure le plus exactement possible. Si c'est le cas du silicium, cette
» avancée tehcno est tout à fait compatible avec la tradition horlogère, et
» c'est ce que notre époque transmettra à la suivante dans ce domaine
» précis.
» Amicalement.

Merci Didier,

pour te répondre sur les points en gras:

Remarquable sur le plan mathématique. Ca me semble être très largement une vision d'ingénieur le silicium, les horlogers ont le mérite d'être empirique dans leur approche, ce qui peux éviter des regrets sur le long terme.
D'autant qu'un silicium optimum, implique d'avoir tout un train de rouage optimum, quelque part, l'elinvar pardonne plus l'erreur que le silicium.
Une pensée pour les gens comme Charles Vermot... :ok:


Patek: Patek à une image d'airain; tellement irréductible; qu'ils peuvent se permettre des écarts qui seraient fatals à n'importe quelle autre marque.

Un petit exemple: Breguet met un faux pare-chute sur la Tradition, ça fait hurler tous les passionnés. Patek fait son propre poinçon (ce qui revient à s'auto-certifier), personne ne bronche.

Puis il y à une autre raison à la 5550p, Patek, à des billes dans l'oligopole qui détient le brevet du silicium.

Mais tu noteras bien que la montre n'a pas été présenté à Baselworld, et qu'on l'a très peu vu... Ce que je veux dire, c'est que du point de vue com', ça ressemble plus à un galop d'essais, qu'à une offensive généralisé.


Dernier point: Tu en reviens à un des arguments que je développe dans l'article, le plus précis, c'est le quartz. Est-ce que Breguet aurait fait du quartz, si il avait eu accès à la technologie?


Je vais même aller plus loin dans les analogies pourries:

Est-ce qu'on achète un grand vin, parce qu'il à le meilleur gout; ou est-ce qu'on l'achète, parce qu'il vient d'un grand cépage, et que l'on est sur, qu'on à pas triché lors de son élaboration (copeaux, sucre, etc...)???

---
http://www.foudroyante.com/
http://davidrutten.com

PIFPAF
[image]

Page d'accueil 24/09/12, 18:22

@ foversta

L'avenir du silicium? Le bas de gamme pour moi.

» Pour moi, l'intérêt du silicium proviendra à l'avenir grâce à l'évolution
» des machines de la capacité à fabriquer des spiraux et autre pièces de
» l'organe régulant en grande quantité de façon fiable.
»
» Dans ce contexte, je vois l'avenir du silicium dans les montres de bas de
» gamme qui pourront profiter de cette technologie à bas coût.
»
» Car n'oublions pas que les techniques évoluent et quelque chose qui a l'air
» compliqué aujourd'hui peut beaucoup moins l'être demain.
»
» Je ne me sens pas confortable avec le silicium. Des tests ont été faits
» mais sur la durée personne ne connaît le comportement de ces pièces.
»
» L'emploi de silicium est un frein réel pour moi dans l'acquisition d'une
» montre avec laquelle je veux être en confiance.
»
» De plus, si j'achète une Breguet et une Patek "silicium", je ne voudrai pas
» me retrouver dans 20 ans avec une technologie soit obsolète soit
» représentant la solution de bas de gamme, les haut de gamme restant sur les
» spiraux et échappement traditionnels.
»
» Car il y a un côté un peu vain et paradoxal dans tout cela au-delà des
» considérations industrielles et des stratégies d'indépendance par rapport à
» certains fournisseurs: cette volonté d'améliorer à tout prix les
» performances d'une technologie elle-même dépassée.

»
» Si j'achète une Patek, c'est pou une certaine conception de l'horlogerie.
» J'attends performance, régularité, fiabilité mais avec les contraintes de
» l'horlogerie traditionnelle. Je ne veux pas dedans des solutions qui me
» donneraient l'impression d'avoir une montre hybride.
»
» Ces raisons font que pour le moi le silicium est un frein à l'achat. A ce
» titre, je trouve la démarche de Lange plus cohérente: on est dans
» l'horlogerie traditionnelle et on y reste.
»
» Merci pour l'article Malik.

Merci FX.

La phrase en gras = fabuleux. :lol3:
"Cacher ce quartz que je ne saurais voir"


On pourrait objecter, pour la beauté de la discussion, que le possesseur de Patek, regardera bancal le possesseur de Mido, car ce dernier, aura une montre beaucoup plus précise...
Et cette argument, pourrait faire basculer progressivement toute l'horlogerie dans le giron du silicium.

---
http://www.foudroyante.com/
http://davidrutten.com

Mnementh

24/09/12, 19:03

@ PIFPAF

L'avenir du silicium? Le bas de gamme pour moi.

» On pourrait objecter, pour la beauté de la discussion, que le possesseur de
» Patek, regardera bancal le possesseur de Mido, car ce dernier, aura une
» montre beaucoup plus précise...
» Et cet argument pourrait faire basculer progressivement toute
» l'horlogerie dans le giron du silicium.


Pour la précision, l'horlogerie a déjà basculé dans le silicium :-) électrifié, avec différentes sources d'énergie, masse oscillante incluse

En traditionnel pur et dur le silicium n'a pas vraiment sa place.

Reste l'hybridation, c'est un peu la tendance ces temps-ci.
Question de degré et de fiabilité.
Sur ce point, un hybride Seiko me parait plus pertinent, à la fois écolo (pas de pile) et précis (ben oui tant qu'à faire...).
Le spiral SI est amha une piste sans issue pour le client final.
C'est peut-être sa raison d'être d'ailleurs. :-)

Vue indentée  Vue mixte  Triage  «  
 
283527 messages dans 23323 discussions, 39998 usagers enregistrés, 251 usagers en ligne (3 enregistrés, 248 invités) :
Ed the Grocer, J++, charles
RSS Feed
powered by my little forum