Tytil

13/06/16, 20:11
(Modifié par Tytil
le 13/06/16, 21:43)
 

H.Moser & Cie : les 10 ans du Q.P revue détaillée part 3 (Revues & Essais)

Après le mouvement HMC 341, voyons maintenant la montre dans son ensemble...

La montre




[image]


Que que serait cette montre sans son design qui fait aussi partie de son charme !

On doit le design des boites H. Moser à Marcus EILINGER (qui a aussi travaillé chez IWC, Zenith, A.P, GO…). Il a depuis créé son entreprise :
http://www.id-connect.com/
Le maître mot est la sobriété : on est loin des QP habituels, surchargés d’indications via de multiples petites aiguilles et généralement difficile à lire. Le cadran est « épuré ».


A) Le boitier
Le boîtier est rond et a une forme tridimensionnelle. Ses dimensions:
-diamètre de 40,8 mm
-hauteur de 11,05 mm

La boite est très travaillée et est en métal précieux (or orse pour mon modèle).

[image]

[image]


Elle alterne des surfaces polies et brossées. A noter les surfaces à forme libre latérales
Le verre en façade est en saphir dépoli

Quant au fond, il est également transparent pour pouvoir admirer le mouvement. On note un verre saphir dépoli discrètement galbé et concave dans l’axe 12H-6H.

[image]

Il est incurvé pour mieux épouser le poignet sans pour autant créer un effet de cheminée entre la glace et le haut du mouvement

[image]

Le dessin des cornes révèle une complexité d’exécution et de finition toute en subtilité. Elles tombent parfaitement sur mon poignet.

[image]

Au porté, malgré le poids conséquent dû à la platine du boitier, la montre semble réellement fusionner avec le poignet en termes de confort.

[image]

Le tout est donné pour une étanchéité de 30 mètres





B) Couronne :
Elle a une forme optimisée, légèrement conique pour une prise en main idéale.
Grace au système breveté H. Moser « Double Pull Crown », la manipulation est aisée car rendant superflu la recherche, parfois approximative, de la position intermédiaire
Un simple M est inscrit sur la couronne pour rappeler la marque.

[image]


C) Les cadrans fumés
La finition fumé a été proposée par la marque jusqu’aux années 1950 et quand en 2003 les fondateurs de H. Moser se replongèrent dans les archives, il fut décidé de la remettre au gout du jour.
Les cadrans fumés H. Moser sont remarquables de par l'artisanat et le savoir-faire qu’ils représentent.
lls font désormais partie intégrante de l'identité de H. Moser. Les cadrans sont fabriqués selon les spécifications de H. Moser avec une entreprise spécialisée basée en Suisse française qui a une longue expérience dans l'horlogerie.
A chaque fois, le décor traditionnel rayon de soleil est incrusté dans le cadran (matériau en alliage)
Chaque cadran est coloré via une immersion dans différents bains chimiques puis fini à la main pour obtenir ce fameux effet, cette patine « solaire »
De la laque est ensuite appliqué pour obtenir un effet dégradé qui produit un subtil jeu de lumière disparaissant progressivement vers les bords. Plus de trente couches de laque sont au final nécessaires et pratiquement autant d’étapes de polissage
Ensuite, on applique les index qui sont le plus souvent en harmonie avec le cadran
Ce procédé de fabrication n’est maitrisé que par quelques sociétés…

Pour la collection:
-Le cadran fumé est disponible en ton argenté sur toute la collection Endeavour (dont le Q.P fait partie)
-Pour l'Endeavour calendrier perpétuel édition or, un nouveau cadran fumé a été spécialement créé en or massif avec une finition qui permet à l'or de briller à travers l'effet fumé, donnant au cadran des tons plus chauds

[image]

[image]




D) Description du cadran de ma montre


[image]

Quand la complexité s’offre la simplicité…

Pour mon modèle, il s’agit du cadran blanc. Le cadran est argenté avec appliques en or 18 carat qui sont déposées à la main.

[image]

Les index bâton sont dorés. Cs 12 index appliqués représentent intelligemment non seulement les heures mais aussi les mois de l’année, contribuant à améliorer l’exploit de simplifier la lecture du mécanisme complexe du calendrier perpétuel.

[image]

Les différentes aiguilles sont en or. On en distingue 5 :
-heure/minute/seconde
-et indicateur du mois (petite aiguille au centre utilisant les 12 index des heures)
-réserve de marche


[image]

Les aiguilles des heures et des minutes sont effilées et facettées de type « feuille de sauge ». Quant à l’aiguille des mois au centre, elle est de type flèche.

[image]




Enfin un grand dateur facilement lisible sur le cadran complète ces indications

[image]





E) Fabrication du Q.P
Le mouvement HMC 341 est constitué de 326 pièces. L et l’assemblage de ses composants comprend ces différentes étapes
- aAssemblage de l’ébauche
- assemblage des éléments du calendrier perpétuel
- aAssemblage du module réserve de marche (10 jours)
- réglage du mouvement
- ajout du cadran, des aiguilles
- intégration du mouvement dans le boitier & fermeture
- contrôle durant 3 cycles complets (Rdm de 10 jours) soit 30 jours au total
- check up final de toutes les fonctions et emballage/conditionnement



F) Packaging :


La montre est livrée dans un bel écrin. Voici quelques photos :


La sur boîte

[image]

[image]


et la boite

[image]

[image]



En bref






1. Premières livraisons mondiales aux boutiques : Mai 2009
Mais Il y eu également des pièces de pré-production envoyées aux détaillants et à la presse auparavant

2. Premier Q.P vendu durant le salon des belles montres en Novembre 2009
Il y avait une liste d’attente au lancement en France donc les premières ventes sont acquises

3. premier propriétaire du Q.P : c'est un journaliste américain (Jeff Kingston)

4. -nombre de possesseurs de ce Q.P dans le monde : je l’estime autour de 500 ?

5. récompenses/awards :
*grand prix de l’horlogerie de Genève en 2006 catégorie complications
*2010 – Goldene Unruh, Uhren Magazine (Allemagne) – montres au-dessus de 25 k€


Les améliorables pour rester quand même objectif :
*On regrettera peut être une boucle déployante deux lames un peu longue qui dans mon cas particulier se fait moins oublier que le boitier et son extraordinaire ergonomie
[image]


*aucune vis bleuis dans le mouvement HMC 341

[image]


*Affichage du 4 du mois qui présente une petite imperfection



Et pour terminer ce reportage , quelques photos...




[image]

[image]

[image]

[image]

[image]

[image]

[image]

---
CARPE DIEM !

capitaine56

Page d'accueilBretagne,
13/06/16, 21:00

@ Tytil
 

H.Moser & Cie : les 10 ans du Q.P revue détaillée part 3

Reportage remarquable, par la forme et par le fond. Clair, net, prècis, documenté, illustré: un modèle du genre. Grand merci sincère.

Cela dit, j'ai noté quelques points non dépouvus d'intérêt:

Si j'ai bien lu, il y aurait un défaut au niveau du 4 des dates. Insupportable!

La fiabilité, a-t-on osé dire, ne serait pas toujours au rendez-vous. Ciel! Cette montre doit-elle passer aussi souvent à l'atelier qu'une vulgaire Ferrari?

Enfin, je déteste la forme de la petite aiguille des mois en comparaison de celles des heures et minutes. Quel gâchis!

Il faut, à n'importe quel prix, se débarrasser de cette chose au plus vite et je suis disposé à la recueillir en échange d'une poignée de main reconnaissante.

---
Rien ne sert de penser,
faut réfléchir avant.

toom78

14/06/16, 12:56

@ Tytil
 

H.Moser & Cie : les 10 ans du Q.P revue détaillée part 3

Merci beaucoup pour cette revue fort complète !!!

J'ai appris beaucoup de choses sur l'histoire de cette marque qui me "parle" de plus en plus.

Je ne suis pas qualifié pour traiter des éléments techniques du calibre, mais sensible aux réponses techniques trouvées pour faire face aux contraintes (disques de date superposés, tirage de la couronne en deux temps, échappement interchangeable...). Vous décrivez d'ailleurs très bien l'histoire du développement de ce calibre.

Je trouve par ailleurs ce modèle intéressant par le traitement singulier de la complication QP : là où pour d'autres marques il s'agit d'entasser un maximum d'informations sur le cadran (jour, date, mois, année...), tout est ici bien discret. L'indication de la (longue) réserve de marche sur la face me parait plus utile que l'indication d'année bisextile. J'apprécie également la présence d'une aiguille des secondes - chose rare sur un QP - qui donne de la vie. Non, je n'aime pas les QP "morts".

Que dire du fond de boitier incurvé pour épouser la forme du poignet ? Ca parait être du bon sens, finalement.

En revanche, plusieurs choses font que je ne suis pas encore prêt à passer à l'acte :
- le questionnement sur la pérénnité de la marque, comme vous le soulignez
- le prix relatif : à ce budget (environ 30k), Patek et Lange commencent à proposer des chosent qui me plaisent plus, comme par exemple le calendrier annuel Lange équipé du saxomat
- l'absence de chemin des minutes participe certes au coté épuré du cadran, mais à l'usage ça gêne un peu la lecture précise et rapide de l'heure.

Encore une fois, merci pour votre travail !

Montres1
[image]
Doha - Qatar,
14/06/16, 14:30

@ Tytil
 

H.Moser & Cie : les 10 ans du Q.P revue détaillée part 3

Merci Tytil pour ce magnifique reportage en 5 volets !

J'ai beaucoup apprecie la revue sur Andreas ainsi que l'exhaustivite de la revue de ton QP Moser.

Pour ma part la marque Moser n'a jamais reussi a m'enthousiasmer j'ai toujours trouve leurs modeles un peu fades.
Maintenant et apres ta revue, je dois dire que je vais essayer d'aller voir leur nouveaux cadrans fumes, notamment les bleus qui ont l'air a tomber !

Merci encore et compliments pour le beau travail et le partage !

Origami
[image]
Paris,
14/06/16, 21:18

@ Tytil
 

H.Moser & Cie : les 10 ans du Q.P revue détaillée part 3

:Applause_1:

Félicitations, Tytil, pour cette présentation de cette très belle montre.

Question. Tu parles de verre dépoli. Mais pour moi, le verre dépoli n'est pas transparent. Or là, il l'est. Alors, pourquoi parles-tu de verre dépoli ?

---
Ma nouvelle montre : HDDWatches (aussi sur Twitter)
Les Origami Watches : www.origami-watches.com.

Tytil

15/06/16, 13:05

@ Origami
 

H.Moser & Cie : les 10 ans du Q.P revue détaillée part 3

tu as raison Origami, petite erreur de ma part. Il n'est pas dépoli

Petit rappel : le verre "saphir" est un cristal de corindon (qui est une forme cristallographique de l'oxyde d'aluminium /formule chimique Al2O3).

Le procédé a été inventé par le Français Auguste Victor Louis Verneuil en 1902 (on parle parfois de procédé Verneuil). A l’origine, les « stalactites » de saphir synthétique n’étaient pas de grande taille et leur découpe imposait des tailles relativement réduites. Ainsi les Reverso Dame des années 1930 de Jaeger-LeCoultre étaient déjà dotées de verre saphir.

Le saphir de synthèse est fabriqué à base d’une fonte d’alumine/oxyde d’aluminium). Sa fusion s’opère à 2050° C à l’aide d’un chalumeau oxhydrique avec apport d’oxygène et d’hydrogène. Il faut environ 15h pour que le «corindon» (alumine cristallisée) se forme sur le bâtonnet, telle un stalagmite. Les pierres sont ensuite recuites à une température de 1800° C pour stabiliser la matière.

Les corindons sont ensuite sciés à l’aide de lamelles diamantées. L’usinage du verre se poursuit par le meulage du diamètre avec une précision de 2/100 de mm, puis le surfaçage (ajustement de l’épaisseur). La forme bombée de la glace est obtenue par meulage des surfaces inférieures et supérieures.

Après le biseautage des angles, qui permet l’adaptation au boîtier, le verre saphir subit un polissage chimique sur ses deux faces.
Il est ensuite transféré dans un laboratoire aseptisé (chambre blanche) où il passe dans un four pour recevoir le traitement antireflet grâce à un processus très élaboré d’évaporation sous vide. Ce traitement sur les deux faces élimine alors 99% des reflets perçus par l’œil.

Aujourd’hui, il faut compter entre 7 et 22 opérations pour tailler un verre saphir de montre et le mettre en forme. Cela explique un prix plus élevé d’autant que ce matériau ne peut être travaillé que par lui-même ou du diamant en raison de sa grande dureté (échelle de 9 sur l’échelle de Mohs)


Plusieurs types de polissage existent.Exemple: poix/antimoine + polissage poudre diamantée

Et il y a aussi un autre procédé pour la fabrication de saphir synthétique: Czochralski appelée aussi méthode par "tirage »
Le processus consiste à cristalliser le matériau à partir de sa phase liquide en trempant à la surface du bain fondu un germe monocristallin. Le bain se solidifie sur le germe légèrement plus froid. Le cristal formé est extrait en tirant lentement ce germe vers le haut. On peut contrôler le diamètre de croissance du cristal en faisant varier la température du bain ou la vitesse de tirage.Au final, elle diffère donc de la méthode Verneuil car on approche un germe de la surface du liquide en fusion puis on l'éloigne au fur et à mesure de sa croissance cristalline.

a+


»
» Félicitations, Tytil, pour cette présentation de cette très belle montre.
»
» Question. Tu parles de verre dépoli. Mais pour moi, le verre dépoli n'est
» pas transparent. Or là, il l'est. Alors, pourquoi parles-tu de verre dépoli
» ?

---
CARPE DIEM !

Deniz
[image]
Page d'accueilFrance,
15/06/16, 11:06

@ Tytil
 

H.Moser & Cie : les 10 ans du Q.P revue détaillée part 3

très belle. Très très belle.

Mais pour ma part, une grosse faute de goût, sur ce QP et sur la version plus simple, proposant la RdM à l'arrière.

Ici, c'est le bout de métal peint présentant l'année 1/2/3/4 et sur la RdM, c'est le disque ou est dessiné la réserve.

c'est presque une pièce simplement emboutie et peinte au tampon.
Alors que tout le mouvement est superbement travaillé, il y a cette pièce qui trône au milieu...

Je n'y arrive pas. On dirait que ça a été rajouté après, à l'arrache.
Désolé.

Deniz

Tytil

17/06/16, 11:16

@ Deniz
 

H.Moser & Cie : les 10 ans du Q.P revue détaillée part 3

Je suis un peu d accord avec toi deniz...notamment pour la version cadran noir
Cependant il faut dire que les photos en mode macro ne lui rendent vraiment pas justice
Dans la vie de tous les jours, au porte, cette piece n est pas disgracieuse et ressort beaucoup moins. Elle ne rompt pas l harmonie du mouvement.
Mais ce n est que mon avis: il faut voir la montre et son mouvement en conditions reelles


»
» c'est presque une pièce simplement emboutie et peinte au tampon.
» Alors que tout le mouvement est superbement travaillé, il y a cette pièce
» qui trône au milieu...
» Je n'y arrive pas. On dirait que ça a été rajouté après, à l'arrache.
» Désolé.
Deniz

---
CARPE DIEM !

248399 messages dans 20652 discussions, 28197 usagers enregistrés, 95 usagers en ligne (2 enregistrés, 93 invités) :
DirtyHarry, Kim75
RSS Feed
powered by my little forum